Accueil Alimentation Compléments alimentaires Vitamine C: un déficit à compenser

Vitamine C: un déficit à compenser

Il y a environ 60 millions d’années, l’un de nos ancêtres a perdu la capacité de fabriquer une certaine enzyme, indispensable à la synthèse de la vitamine C, également appelée acide ascorbique. Depuis, notre organisme, tout comme celui des grands singes, est incapable de produire lui-même l’acide ascorbique dont il a besoin.

A la base, le manque en vitamine C n’est donc pas une carence alimentaire, mais une déficience enzymatique, que l’on ne peut souvent pas compenser uniquement par l’acide ascorbique contenu dans les aliments.

Chez les individus dont les réserves sont faibles, une alimentation pauvre en ce micronutriment entraîne une carence en 1 à 2 semaines. Le stress et certaines maladies chroniques péjorent le statut en vitamine C, de même que la prise de plusieurs médicaments ou le tabagisme.

Cet état de carence, dit «scorbut subclinique», se traduit par de la fatigue, des douleurs musculaires et des saignements spontanés, dus à une augmentation anormale de la perméabilité vasculaire.

De la vitamine C en supplément

Les quantités de vitamine C que l’on peut puiser dans la nourriture suffisent certes à prévenir le scorbut, mais en aucun cas à couvrir les besoins fondamentaux, nécessaires pour contrer la vulnérabilité à certaines maladies, conserver une bonne santé et atteindre un âge avancé en restant en forme. Grâce à ses propriétés anti-oxydantes, l’acide ascorbique a un effet bénéfique sur les allergies, l’asthme, l’artériosclérose et l’anémie. Il réduit également les inflammations et les saignements.

Le rôle joué par la vitamine C à haute dose dans la prévention des refroidissements et autres infections est maintenant reconnu. Comme elle est inoffensive, mieux vaut en prendre trop que pas assez. En outre, l’organisme semble pouvoir augmenter sa capacité à la stocker en cas d’apport élevé.

A lire aussi

Lorsque la vivacité enfantine vire au cauchemar

Bien qu'elle soit connue depuis le début du XXe siècle, l'hyperactivité suscite actuellement un intérêt croissant. Ce terme désigne un syndrome regroupant certaines anomalies du comportement: agitation extrême, activité physique excessive, instabilité psychomotrice, ainsi que, le plus souvent, déficit d'attention. Notons que ce dernier trouble peut exister en l'absence de l'hyperactivité.

Gare aux changements de saison!

Dès début mars, les journées progressivement plus longues et des températures plus douces nous font ressentir un avant-gout de printemps. Mais attention: l’hiver n’a...

Algues d’eau douce, complément alimentaire venu de

Unicellulaires ou dotées de structures cellulaires très complexes, les algues font partie des organismes les plus anciens sur Terre. Selon leur origine, elles sont...

DERCUT® contre l?eczéma, dans un contexte global

Les gouttes DERCUT® sont recommandées pour le traitement interne des éruptions cutanées eczémateuses. Les gouttes contiennent divers principes actifs homéopathiques et spagyriques. Les différentes...

Longévité: à quand la clé du mystère?

Depuis des décennies, les scientifiques tentent de percer le secret du vieillissement et de la longévité.