Accueil En Vedette Vitamine K: pas seulement pour la coagulation sanguine …

Vitamine K: pas seulement pour la coagulation sanguine …

Il est bien connu que la vitamine K, découverte en 1920, intervient dans la coagulation sanguine (K comme Koagulation). Mais récemment, on a découvert qu’elle participe également au métabolisme des os et dans le maintien de l’élasticité des vaisseaux sanguins. Deux grands plus pour notre corps!

En réalité, il existe plusieurs vitamines K…

… mais celle qui nous intéresse est la K2, ou ménaquinone. C’est la plus efficace, à raison de 180 mcg, la mieux tolérée et la plus utilisée. Elle est fournie par le foie d’animaux, la choucroute et les produits laitiers fermentés, ainsi que, surtout, par le natto, un aliment japonais à base de soja fermenté. Elle est également fabriquée par les bactéries intestinales. Même à doses très élevées, la K2 n’est pas toxique.
La vitamine K1 ou phylloquinone est uniquement synthétisée par les plantes. Les aliments les plus riches sont les légumes à feuilles (épinard, salade verte), les choux, les algues, les huiles de soja et de colza. Son rôle principal est celui joué dans la coagulation.
Enfin, la vitamine K3 possède une action plus puissante que les deux précédentes, mais elle n’est plus guère utilisée à cause de ses nombreux effets secondaires (vomissements, anémie, asthénie, vertiges, etc.).

Les propriétés et les antagonistes de la vitamine K

Comme nous l’avons vu, la K2 est impliquée dans le métabolisme cardiovasculaire et osseux (un élément important, ce dernier, pour la prévention et la thérapie d’appoint de l’ostéoporose).
Parmi les ennemis de cette vitamine, qui peuvent induire une carence, citons l’alcool, les médicaments qui altèrent la flore intestinale, tels que notamment les antibiotiques, ainsi que les troubles du foie ou de la vésicule biliaire qui en diminuent l’assimilation.

Bon à savoir:

La synthèse de la vitamine K par la flore intestinale peut couvrir une part importante des besoins quotidiens, pouvant aller chez certaines personnes jusqu’à la moitié des besoins journaliers.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

L’huile des quatre saisons

Des générations entières l'ont avalée à contrecoeur, en grimaçant de dégoût. Jamais démodée, disponible depuis belle lurette sous une forme galénique qui en rend...

Au mieux de sa forme dans toutes les disciplines

Burgerstein Sport est une préparation de base équilibrée comprenant tous les micronutriments importants - vitamines, oligo-éléments et minéraux - pour répondre aux besoins des...

20 ans d’émotions…

En laissant vagabonder mon esprit, je pense à tant d’événements marquants de ces 20 dernières années. Je vous invite à découvrir en page 20...

Pour être mieux avant «ces» jours

On estime que 70% des femmes en âge de procréer souffrent, à des degrés divers, d'un syndrome prémenstruel (SPA), c'est-à-dire d'un état de mal-être...

Votre contribution personnelle à la maîtrise des coûts de la santé

Au fil des ans et des discussions récurrentes concernant les coûts de la santé, il apparaît clairement que les progrès de la médecine et l'augmentation de l'espérance de vie rendent illusoire une baisse globale des coûts.