Accueil Communiqués de presse Fêtes de fin d’année: combien d’alcool pour les ados?

Fêtes de fin d’année: combien d’alcool pour les ados?

Faut-il laisser les adolescent-e-s trinquer à Noël et à Nouvel An? À partir de quel âge peuvent-ils boire de l’alcool et combien? Autant de questions que les parents se posent à l’occasion des fêtes de fin d’année. Il faut savoir que l’alcool n’a pas les mêmes effets chez les jeunes. Addiction Suisse informe et propose des pistes.

À Noël et à Nouvel An, l’alcool est souvent de la partie. Faut-il permettre aux jeunes d’en boire ou, au contraire, le leur interdire?

Les adolescent-e-s sont plus sensibles à l’alcool que les adultes. D’une part, ils ont généralement un poids inférieur à celui des adultes, de sorte que l’alcool se répartit dans une plus petite quantité de liquide corporel, ce qui entraîne une alcoolémie plus élevée. D’autre part, ils ont moins d’enzymes qui éliminent l’alcool dans le foie. Résultat : les effets de l’alcool durent plus longtemps.

Une consommation régulière d’alcool peut entraver des processus de développement physique comme la croissance du cerveau et des os. Par ailleurs, plus la consommation régulière et l’ivresse sont précoces, plus la personne concernée risque d’avoir des problèmes d’alcool plus tard.Pour protéger la santé des adolescent-e-s, ceux-ci ne devraient pas boire d’alcool du tout avant 16 ans. Quant aux moins de 18 ans, ils ne devraient pas consommer de spiritueux, d’alcopops ni d’apéritifs. Pour appliquer ces règles, on peut s’appuyer sur la loi, qui fixe ces deux limites d’âge pour la vente d’alcool aux mineurs.

Des cocktails sans alcool pour ados… et adultes

Les cocktails sans alcool constituent une option alléchante pour les adolescent-e-s. Pourquoi ne pas tester les nouvelles recettes proposées par Addiction Suisse et impliquer les ados dans la création de savoureux mélanges?
Les enfants et les adolescent-e-s sont parfaitement au fait de la consommation d’alcool de leurs parents ; inconsciemment, ils assimilent l’attitude de leurs pères et mères, qu’ils considèrent comme normale. Ainsi, la consommation d’alcool ultérieure des jeunes dépend dans une large mesure du modèle qu’ils ont eu sous les yeux à la maison. La première mesure à prendre à titre préventif est donc de montrer l’exemple, en ayant soi-même une consommation d’alcool modérée.

Des réponses aux questions des parents

À travers la campagne «Parents d’ados: des réponses à vos questions», Addiction Suisse soutient les parents sur les questions liées aux addictions, avec de nombreux conseils et supports éducatifs. Toutes les semaines, des conseils axés sur la prévention des addictions sont également mis en ligne sur la page Facebook de l’organisation.

Source: Addiction Suisse

A lire aussi

Pour vivre mieux et vous épanouir: l’affirmation de soi!

Les personnes qui ne savent pas s'affir­mer se sentent souvent ­incapables et incompétentes. Plus ces sentiments se renforcent, plus elles deviennent an­xieuses et moins elles s'affirment, et le cercle vicieux continue! Cela peut aboutir à une certaine anxiété sociale.

Rendez votre activité professionnelle plus agréable!

Lors de notre dernier article, nous avons vu que le mot «stress» est un mot neutre. En effet, nous distinguons le stress positif (eustress)...

Le soin approprié des dents de lait et des dents définitives chez les enfants

Les caries sont une affection dentaire douloureuse, mais non inévitable! Des soins dentaires réguliers et correctement effectués dès la première dent de lait constituent...

Non seulement pour nos nerfs…

Avec le calcium et les vitamines B, le magnésium joue un rôle déterminant dans le bon fonctionnement du système nerveux. Sa carence engendre: nervosité,...

Vivre sereinement sa maternité au travail: c’est possible

24 janvier 2011 – Trois entreprises reçoivent le Prix «Santé au travail» de la section suisse de l’Association européenne pour la promotion de la santé (AEPS). Le 1er prix est attribué à l’entreprise Stern Création (groupe Richmont), société de sous-traitance dans l’horlogerie de luxe, pour la protection ciblée des collaboratrices enceintes. Le Prix d’un montant total de 25 000 francs est cofinancé par Promotion Santé Suisse et la SUVA.