Array

Prenez soin de votre intestin!

«Fais du bien à ton corps, afin que ton âme ait envie d’y rester», dit un proverbe indien. Le faisons-nous vraiment? Permettez-moi d’en douter!

Selon des estimations récentes, les Suisses mangent trop et pas vraiment de façon équilibrée: en moyenne plus de 40 kg de viande, 20 de fromage et 30 de sucreries par année. Un véritable défi pour notre intestin, dont le rôle dans l’entretien de notre santé a été clairement établi. Et il n’est guère étonnant que les troubles digestifs, inflammatoires ou non, soient si fréquents!

Le curcuma, une plante ancestrale

D’un point de vue botanique, le curcuma (Curcuma longa) est une plante de la famille des Zingibéracées, originaire d’Inde et de Malaisie, qui peut atteindre une taille d’un mètre. On utilise son rhizome (racine), dont la principale substance active est la curcumine.
Depuis l’Antiquité, les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon et de la Thaïlande utilisent le curcuma comme stimulant du foie (remède traditionnel de la jaunisse), mais aussi comme remède contre l’acidité gastrique et d’autres troubles digestifs.
L’Ayurvéda, traditionnelle médecine indienne, attribue au curcuma de très nombreux effets positifs en termes de santé. Entre autres, elle préconise l’usage de cette plante pour garder un intestin sain, ainsi que pour favoriser l’écoulement de la bile et la digestion des graisses.
En Occident, le curcuma a été décrit pour la première fois par le médecin et botaniste Dioscoride, au 1er siècle, dans son ouvrage De Materia medica.
Depuis quelques décennies, la médecine moderne s’intéresse au curcuma et les études le concernant se multiplient.

Les bactéries probiotiques

Notre flore intestinale héberge 100 milliards de micro-organismes, soit les 10% des cellules constituant l’organisme humain. Dans une flore saine, il s’agit essentiellement de bonnes bactéries (lactobacilles, bifidobactéries, etc.), à l’effet protecteur, dites probiotiques. Pour maintenir ce fragile écosystème en équilibre, rien de tel qu’une bonne hygiène alimentaire et de vie. Le régime méditerranéen semble s’avérer particulièrement bénéfique.

Les amis des muqueuses

Pour que l’intestin se porte bien, encore faut-il que ses muqueuses soient en bonne santé. La vitamine A et son précurseur végétal bêta-carotène exercent une action anti-inflammatoire et cicatrisante sur toutes les muqueuses, notamment digestives,
respiratoires et urinaires. La vitamine B8 ou biotine, l’acide aminé L-glutamine1 et les acides humiques, substances naturelles provenant de la dégradation du lignite, sont également nécessaires à l’intégrité des muqueuses digestives.

Des anti-inflammatoires naturels

Les acides gras oméga-3 EPA et DHA2, d’origine animale ou végétale, exercent une remarquable action anti-inflammatoire autant sur la sphère digestive que sur les articulations. Dans les maladies inflammatoires de l’intestin, la résorption de l’oligo-élément molybdène est fortement diminuée. Un supplément de cette substance peut s’avérer bénéfique par ex. dans le côlon irritable.

Et si on reparlait de phyto?

Combien de fois, chères consoeurs, chers confrères, avez-vous conseillé, avec succès, les huiles essentielles de fenouil et de menthe dans les troubles digestifs les plus divers (lourdeurs, spasmes, ballonnements, inflammations)? Ces grands classiques ne sont pas prêts d’être remplacés!

 

1) Friedrichsen, H.P.: Darmschleimhaut- Barriere, intestinale Immunregulation und Mikronährstoffe. Zs. f. Orthomol. Med.3 (2004) 4-9.
2) Middleton, M., et al.: A double-blind, randomized placebo- controlled trial of essential fatty acid supplementation in the maintenance of remission of ulcerative colitis. Aliment. Pharmacol.Ther.16 (2002) 1131-1135.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles