Accueil Communiqués de presse bonus.ch sur le système de santé : 65% des Suisses le jugent...

bonus.ch sur le système de santé : 65% des Suisses le jugent satisfaisant à très bien

Chaque année, le site de comparaison bonus.ch mène une enquête de satisfaction sur les caisses-maladie auprès des assurés. Cette année, plus de 1900 participants ont répondu et évalué leurs caisses-maladie. Outre l'évaluation de l'assurance-maladie de base (clarté des informations transmises, traitement des prestations et service clients), les assurés étaient également invités à s'exprimer sur l'obligation de s'assurer à une caisse maladie, sur les assurances complémentaires et sur leur appréciation du système de santé suisse.

Globalement, les Suisses sont satisfaits de notre système de santé. En effet, l'on peut constater que 65.02% des sondés, soit les deux tiers, le jugent "satisfaisant" à " très bien". Notons toutefois une légère baisse de 5% par rapport à l'année passée. 17.1% des sondés (contre 12.9% en 2015, soit une augmentation de 4.2%), estiment le système "médiocre" à "inacceptable".

Source: www.bonus.ch

En ce qui concerne les disparités régionales, on constate que ce sont les Tessinois qui sont le plus satisfaits du système de santé suisse avec 75.24% (68.3% en 2015) de mention "satisfaisant" à "très bien" contre 60.07% (67.9% en 2015) pour les Suisses romands et 70.69% (73.4% en 2015) pour les Suisses allemands.

On observe une différence de satisfaction entre les cantons romands de Genève et Vaud avec des pourcentages respectifs de 50% (59.8% en 2015) et 56% (69.6% en 2015) de mentions "satisfaisant" à "très bien". Au niveau des cantons germanophones, on relève que le canton de Zürich, avec 69% (74.1% en 2015) de mentions "satisfaisant" à "très bien", est davantage satisfait que Berne, dont le pourcentage pour ces mêmes mentions ne s'élève qu'à 63% (72.4% en 2015).

56.67% des assurés affirment également être couverts par une ou plusieurs assurances complémentaires. On peut relever que plus des deux tiers d'entre eux (60.67%) ont choisi d'avoir leur assurance de base et leurs complémentaires au sein de la même compagnie d'assurance et que cette tendance est constante depuis quatre ans. On peut en déduire que les assurés optent pour ce mode de fonctionnement pour la facilité administrative que cela représente.

Si l'appréciation générale des caisses-maladie pour l'assurance de base reste stable, les complémentaires hospitalières semblent être jugées plus sévèrement et enregistrent une baisse de satisfaction avec un pourcentage de 38.4% de "bien" à "très bien" contre 40.3% l'année passée.

Bien que les Suisses attribuent une note générale de 5.03 ("bien") à leur assurance maladie, on constate une hausse de leurs exigences: près d'un tiers des Suisses seraient prêts à abandonner l'obligation de s'assurer et plus deux tiers (70% en 2015) considèrent le système de santé suisse, sur l'échelle de satisfaction, au moins satisfaisant.

La hausse des primes pour 2017, prévue entre 4% et 5%, va-t-elle rendre les Suisses encore plus sévères à l'égard de leur système de santé?

 

Accès à l'enquête de satisfaction sur le système de santé suisse: www.bonus.ch/RDP-20160915_FR.pdf

Accès à l'enquête de satisfaction sur les caisses-maladie: www.bonus.ch/RDP-20160824_FR.pdf

Accès direct aux primes d'assurances et aux notes de satisfaction des assureurs-maladie: www.bonus.ch/zrHIE1X.aspx

Source: Presseportal

A lire aussi

L’avortement: de la clandestinité à la légalité

Pratiqué à toutes les époques, l'avortement n'a jamais cessé de faire débat. Parfois toléré, souvent criminalisé, il soulève le questionnement éthique sur le début...

L’huile de foie de flétan: ni démodée ni détrônée

Face à la variété d'huiles en capsules, il n'est guère étonnant que le profane s'égare parfois. Une erreur courante consiste à confondre l'huile de foie de flétan et les huiles de poisson. En réalité, il s'agit de deux compléments totalement différents (et éventuellement... complémentaires), dont le seul point commun est l'origine: le poisson.

Pour vivre mieux et vous épanouir: apprenez à mieux vous connaître pour mieux comprendre les autres!

Depuis toujours, l’être humain a voulu savoir qui il était vraiment, quelle était sa personnalité.  Hippocrate détermina déjà quatre types psychologiques. En apprenant à...

Le chiffre 50, ça se fête!

Incroyable mais vrai, nous voilà (déjà!) à la 50e édition du Communiqué Santé®, alors que son directeur et sa rédactrice en chef viennent de...

La marche, le seul sport qui marche? lorsqu?on n?aime pas le sport!

Entre 10 et 15 mois, la plupart des êtres humains apprennent à marcher. Des décennies plus tard, cet acte réflexe peut devenir un sport à part entière… même pour les sédentaires les plus irréductibles.