Article n° 1477

Développez votre capital bonheur!

Le bonheur est en nous. Au-delà de toute considération philosophique, nous avons les moyens de stimuler la production cérébrale de substances très bénéfiques pour l’humeur: les endorphines.

Le sport est le plus important producteur d’endorphines.

Présentes dans le cerveau, la moelle épinière et le tube digestif, les endorphines ont été découvertes dans les années 1970. Parmi les propriétés qui leur sont attribuées, figurent notamment l’apaisement de la douleur (action comparable à celle de la morphine), l’apparition du plaisir, voire de l’euphorie, ainsi que la diminution du stress et de l’anxiété.

 

Il existe différents facteurs favorisant la synthèse d’endorphines, à savoir:

• la lumière des UV, ce qui explique l’influence du beau temps sur l’humeur et plaide en faveur de l’activité physique en plein air;

• les relations amoureuses et sexuelles épanouies;

• le rire;

• la consommation de chocolat et de café (mais gare à l’abus, source de carences ou excès nutritionnels, ainsi que de troubles de santé)…

• et, surtout, la pratique du sport. Les sports les plus «endorphinogènes» sont ceux d’endurance (course, vélo, walking, ski de fond, natation, etc.), mais aussi la musculation et les activités à efforts fractionnés (football, basket, badminton, etc.).

 

Après une telle activité sportive, le taux d’endorphines est multiplié par 5, et les effets perdurent plusieurs heures. Mais il ne suffit pas de courir, marcher vite ou pédaler pour goûter aux endorphines. Encore faut-il maintenir l’effort pendant une demi-heure en gardant un rythme dit «confortable» (supérieur à 60% de ses capacités respiratoires et permettant de rester en équilibre d’oxygène).

La production d’endorphines à l’effort explique pourquoi on peut devenir accro du sport et ressentir un manque en cas d’arrêt, par exemple sur blessure. Mais mieux vaut-il être dépendant du sport que de l’alcool ou des médicaments!

Gare aux ennemis des endorphines!

Relevons qu’il existe également des facteurs qui diminuent la production d’endorphines: en premier lieu, l’alcoolisme (l’alcool agit sur les mêmes récepteurs que ces substances et prend leur place), et le surentraînement.

--------------------------------------------------------------------------------

Document PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept