Article n° 1247 | Edition n° 75 | 2011

Etats grippaux: une protection pour toute la famille

Fièvre, maux de tête, frissons et courbatures: ces pénibles symptômes, qui vont de pair avec un état grippal, ne sont pas une fatalité!

Les virus grippaux ont la partie belle lorsque l’organisme est exposé au stress (y compris soucis et autres préoccupations) ou à un mode de vie malsain. Contagieuse, la grippe s’attrape par les gouttelettes projetées en toussant. Les virus passent également d’un individu à l’autre par les poignées de main.

Le risque de transmission est particulièrement élevé pour les personnes séjournant à l’hôpital ou dans un home, ainsi que dans les crèches, car le virus peut s’y répandre très facilement. Dans le cercle familial, la contamination réciproque est aussi très rapide.

Comme prévention, il est conseillé de privilégier une alimentation équilibrée, dormir suffisamment et s’accorder du temps pour récupérer.

Il est également possible de fortifier son organisme à l’aide de remèdes homéopathiques antigrippaux. Ces derniers renforcent notamment le système immunitaire et diminuent la fréquence des états grippaux et des affections aiguës des voies respiratoires.

Idéalement, chaque membre de la famille devrait prendre une dose hebdomadaire pendant toute la période d’exposition grippale, les enfants en bas âge recevant une demi-dose.

Ces médicaments homéopathiques sont également indiqués pour traiter un état grippal à son début ou déclaré: la durée et l’intensité des symptômes en sont alors sensiblement réduites.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Michaela Paepke-Raack

Articles similaires

  • Article No | Edition no 96 2018
    La percée dentaire, une épreuve pour grands et petits

    Gencives enflées et douloureuses, salivation abondante, joues rouges, envie de tout mordiller, humeur maussade, pleurs, perte de l’appétit, sommeil perturbé, diarrhées… Très clairement, bébé  s’apprête à vivre la première véritable épreuve de sa vie: la percée dentaire. Même si la date d’apparition des dents varie sensiblement d’un enfant à l’autre, tout comme la fréquence et l’intensité des symptômes, la première dent de lait – une incisive centrale de la mâchoire inférieure – perce en général entre 4 et 7 mois. Dix-neuf adorables petites quenottes se mettront en place au cours des deux années suivantes. Autant de moments pénibles pour le petit… et ses parents désemparés. Interdiction de souffrir! Il existe différents moyens pour aider bébé à mieux vivre cette période difficile. Tout d’abord, irremplaçables, les câlins, qui l’apaisent et le rassurent. Un massage des gencives, un gel de dentition et un anneau réfrigérant s’avèrent en général bénéfiques. Les jouets à mordiller apportent également un soulagement bienfaisant. Efficace et dépourvue d’effets indésirables, l’homéopathie occupe une place privilégiée dans le traitement des troubles de dentition. Les préparations combinées, qui, de par leur composition, couvrent la totalité des symptômes, revêtent un intérêt particulier. Chamomilla est, par excellence, le médicament des poussées dentaires; d’une manière générale, il soulage les douleurs que bébé ressent comme intolérables, quelle que soit leur localisation. Phytolacca est indiqué en cas de salivation abondante, accompagnée d’un besoin irrésistible de serrer les dents. Rheum combat de façon ciblée la diarrhée pendant la dentition, ainsi que l’érythème fessier qui en découle. L’unidose: une forme galénique unique Nouveauté de taille, très adaptée à la vie moderne, l’unidose stérile offre les avantages d’être hygiénique (pas de contact direct entre les doigts de l’adulte et la bouche du petit), pratique (s’emporte partout, chez les grandsparents, à la crèche, etc.), facile à utiliser (pas de granules à laisser fondre dans l’eau), ainsi que – last but not least – agréable à administrer, grâce à son goût neutre.

  • Article No | Edition no 94 2017
    Ménopause: réagir au lieu de subir

    S'il y a une période dans la vie de la femme qui «jouit» d’une sinistre réputation, c’est bien la ménopause. A juste titre, car elle peut être accompagnée par une foule de désagréments physiques et psychiques: bouffées de chaleur, transpiration excessive, douleurs articulaires, sécheresse vaginale, baisse de la libido, fatigue, déprime. Mais, contrairement à leurs grand-mères, qui subissaient la ménopause comme un mal inévitable, les femmes d’aujourd’hui disposent de nombreux moyens pour soulager ces symptômes.   Une femme sur quatre est épargnée par les troubles de la ménopause. Parmi les moins chanceuses, certaines en souffrent au point de devoir recourir à un traitement de substitution hormonale. Mais, dans la majorité des cas, des approches thérapeutiques douces apportent le soulagement souhaité.   La reine des plantes médicinales Gorgée des vertus les plus diverses, la sauge mérite le prix de l’excellence dans le traitement des troubles de la ménopause. Déjà utilisée dans l’Antiquité pour soulager différents troubles féminins, elle s’est avérée particulièrement efficace en cas de bouffées de chaleur et d’hypertranspiration. Son action se manifeste quelques jours, voire deux semaines après le début de la prise. La sauge peut être ingérée en infusion, en grande quantité, ou sous la forme plus pratique de comprimés ou de gouttes.   Et encore… La nutrithérapie propose l’acide gamma-linolénique (huile de bourrache ou d’onagre) et la vitamine E, qui soulagent aussi bien les bouffées de chaleur et l’irritation vaginale que la fatigue et l’humeur dépressive. En homéopathie, deux remèdes aux modalités très différentes, Lachesis et Sepia, rivalisent en efficacité et se profilent comme traitement de fond. Le premier convient aux femmes très excitées, nerveuses et hyperactives, le second, à celles qui souffrent de déprime et d’épuisement. En appoint, d’autres médicaments homéopathiques soulagent des symptômes très spécifiques: Glonoïnum (battements violents dans les artères du crâne et du cou), Sanguinaria (afflux de sang à la tête et à la poitrine avec joues brûlantes),Veratrum (sueurs froides abondantes), Sulfur (mains et pieds brûlants), etc.

  • Article No | Edition no 93 2016
    Réponse douce à agression brutale

    Puisque le Myxovirus influenzae présente une forte affinité pour les muqueuses respiratoires, sa prise de possession de l’organisme s’accompagne le plus souvent de rhume, pharyngite et/ou toux. D’où le risque de l’assimiler à un banal refroidissement, provoqué par un rhinovirus bien plus bénin. Une erreur à éviter. La «vraie» grippe est caractérisée par l’apparition brutale de symptômes typiques, tels que fièvre élevée, douleurs musculaires, prostration et céphalée. Epuisante pour les sujets en bonne santé, elle représente un réel danger pour les personnes âgées, immunodéprimées ou présentant des pathologies chroniques cardiorespiratoires. Redoutable également pour son haut degré de contagiosité, le Myxovirus influenzae se transmet par contact direct (baiser, poignée de main), indirect (objets souillés par le malade) ou respiratoire à courte distance (éternuement, toux). Durant la mauvaise saison, les séjours prolongés dans des locaux fermés (bureaux, bus, crèches, écoles, etc.) favorisent la transmission interhumaine. Prévenir et soulager La prévention de la grippe repose sur: • le renforcement des défenses naturelles (alimentation équilibrée, sommeil en suffisance, activité physique régulière en plein air, suppléments de vitamines et/ou oligoéléments, échinacée, etc.); • certaines règles d’hygiène (se laver fréquemment les mains, désinfecter les poignées de porte, les téléphones, etc.); • la vaccination pour les sujets à risque; • le recours à une préparation homéopathique, à raison d’une dose hebdomadaire d’octobre à avril. En cas de maladie déclarée, la thérapie consiste à soulager les différents symptômes par des médicaments spécifiques, des préparations composées ou le produit homéopathique susmentionné. Tous les membres de la famille pourront bénéficier de ce dernier, dont l’efficacité et l’excellente tolérance s’avèrent depuis de nombreuses décennies, aussi bien à titre préventif que thérapeutique.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept