Profitez du printemps… sans éternuements!

Le «rhume des foins» est une réaction de notre système immunitaire: en inhalant les pollens présents dans l’air, ou par contact direct avec ceux-ci, les mu­queuses du nez et de la conjonctive oculaire enflent. L’histamine libérée par les cellules provoque des démangeaisons. Le gonflement et l’inflammation des muqueuses s’accentuent lorsque l’on se gratte.

Les symptômes les plus fréquents sont les suivants: crises d’éternuements, écoulement nasal (rhinite), nez bouché, larmoiement, picotements au niveau des yeux, du palais, du nez et des oreilles. L’accumulation de mucus dans les sinus peut engendrer des douleurs de la mâchoire et des céphalées.

Traiter absolument!

La rhinite allergique augmente le risque de développer de l’asthme ultérieurement. C’est pourquoi elle devrait impérativement être traitée. Des antiallergiques sous forme de spray nasal, collyre ou comprimés sont recommandés pour soulager les symptômes.

Des médecines complémentaires, telles que l’homéopathie ou la phytothérapie, constituent une alternative intéressante: des études cliniques ont en effet prouvé que certains remèdes «doux» possèdent une efficacité analogue aux médicaments classiques.

Allergie aux pollens et homéopathie

Les complexes contre le rhume des foins sont préparés à partir de dilutions de plantes, telles qu’Allium cepa, Ambrosia, Euphrasia, Sabadilla, Solidago ou Sticta. Ils contiennent également Histaminum, des sels mucolytiques (qui fluidifient le mucus), tels que Kalium bichromicum, ou encore Belladonna, pour son action anti-inflammatoire.

Les remèdes homéopathiques sont dépourvus d’effets secondaires et conviennent à tout âge. Certains sont disponibles sous forme de comprimés, faciles à emporter et à doser.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles