Accueil Beauté Cheveux Retrouvez une chevelure saine et soyeuse!

Retrouvez une chevelure saine et soyeuse!

Des beaux cheveux bien soignés sont synonymes de santé et vitalité. Tout à fait à raison d’ailleurs, car l’aspect de notre chevelure reflète l’état général de notre organisme. Ainsi, de nombreux troubles capillaires sont étroitement liés à des carences nutritionnelles.

Au menu: acides gras et vitamine A

Les cheveux secs peuvent par exemple traduire une carence en graisses polyinsaturées et/ou en vitamine A.

Au même titre que les acides aminés, les acides gras polyinsaturés essentiels (AGPE) sont nécessaires à la formation de la kératine, une protéine qui constitue 90% des cheveux et des ongles. Une consommation régulière de poisson et d’une huile riche en AGPE (lin, tournesol, ­carthame, colza, soja, etc.) est nécessaire pour assurer un apport correct de ces précieuses substances.

Quant au déficit en vitamine A, il n’est pas rare non plus, en raison d’une consommation insuffisante de légumes, fruits et laitages ou bien d’un besoin accru (en cas de surmenage oculaire notamment).

Des soins naturels et nourrissants

Des traitements cosmétiques agressifs, tels que des brossages trop vigoureux, des lavages trop fréquents, des shampoings trop décapants, des colorations ou des permanentes mettent également les cheveux à rude épreuve. Le froid intense, ainsi que des bains de mer ou en piscine réguliers peuvent également fragiliser votre chevelure.

En plus des mesures nutritionnelles, des soins cosmétiques adaptés rendront douceur et brillance aux cheveux secs, ternes et abîmés. Une gamme complète à base d’un shampoing nutritif, d’un baume après-shampoing, d’un soin fluide gainant sans rinçage et d’un masque réparateur permet de restaurer l’intégrité du film lipidique et de restructurer la tige capillaire.

Parmi les principes actifs nourrissants, citons par exemple le beurre de mangue, riche en acides gras à longue chaîne, et le lait de papyrus.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

Peut-on éviter les blessures sportives?

L’effort musculaire soutenu produit des radicaux libres, molécules oxydantes qui attaquent et dégradent nos cellules, si l’on ne parvient pas à les neutraliser. Non...

Produits antichute: le vrai et le faux

Si les médicaments antichute étaient vraiment efficaces, il n’y aurait plus de chauves! Pouvez-vous me convaincre du contraire?

Une aide en cas de blessures sportives ou non sportives

Refroidir, un geste toujours aussi important,pour prévenir l'inflammation et l'oedème lors de traumatismes, tels que contusions, meurtrissures, claquages, hématomes ou entorses. Quel est le...

Frederick G. Banting, 90 ans d?insuline

Des millions de diabétiques doivent la vie à l’insuline.