Accueil Alimentation Un hiver plus exotique, grâce à la patate douce!

Un hiver plus exotique, grâce à la patate douce!

La patate douce est un tubercule originaire d’Amérique tropicale. Blanche, jaune, orange ou pourpre, elle se distingue de la pomme de terre traditionnelle par sa saveur douce et sucrée. Elle peut ainsi entrer dans la composition de nombreux mets, de l’entrée au dessert. Peu calorique (environ 80 kcal pour 100 g), elle contient de nombreux micronutriments essentiels.

La patate douce est aussi bien plus riche en fibres que la pomme de terre. À l’instar des autres féculents (et des légumes), le mode de cuisson à la vapeur est à privilégier pour préserver toutes ses qualités nutritionnelles.

Une belle source de vitamine A

L’un des atouts majeurs de la patate douce saute aux yeux: ses belles couleurs suggèrent à juste titre qu’elle contient du bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A. Elle fournit d’ailleurs 100% de l’apport quotidien recommandé en vitamine A. Les propriétés antioxydantes du bêta-carotène réduisent le risque cardiovasculaire et préviennent le vieillissement cellulaire. Ses autres bienfaits sont associés à ceux de la vitamine A. La patate douce est donc bénéfique à la santé des yeux, à la synthèse hormonale ou encore à la différenciation cellulaire.

Ce tubercule contient également des quantités notables de vitamine C (près de 50% des apports quotidiens recommandés), B6 (nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux) et B9 (acide folique). Côté minéraux, la patate douce se distingue surtout par son apport en potassium et en magnésium.

À savoir que la peau est bien plus riche en antioxydants que la chair: pour en profiter, lavez bien les patates et conservez la peau en optant pour une cuisson vapeur. Les feuilles de patate douce, qui contiennent encore plus d’éléments nutritifs que le tubercule, se préparent et se consomment comme les épinards.

Pour varier les plaisirs…

La patate douce s’inscrit tout à fait dans un régime hypocalorique, car elle contient peu de protéines et de lipides. Elle présente en outre un faible index glycémique (70). D’un point de vue nutritionnel, préférez les variétés à chair orange ou pourpre.

Si vous optez pour la friture, les patates perdront toutes leurs qualités nutritionnelles.

Comment consommer les patates douces? En accompagnement, on les cuira simplement à la vapeur ou à l’eau, jusqu’à ce que l’intérieur soit tendre. Elles sont également excellentes en purée. En potage, faites cuire les patates dans du bouillon de poulet, puis mixez avec une pointe de crème fraîche. Les enfants raffoleront sans doute des frites de patates douces, mais attention, on perd ici une bonne partie des nutriments.

À noter que comme toutes les vitamines liposolubles, la provitamine A sera mieux assimilée si on associe ces patates à une source de graisse (huile d’olive, avocat, etc.). En quantité raisonnable, bien entendu! Enfin, sachez que le gâteau de patates douces ou «gâteau patate» est un grand (et délicieux) classique de la cuisine réunionnaise.

A lire aussi