Accueil Santé Arthrose Traiter l'arthrose dès le stade initial

Traiter l’arthrose dès le stade initial

L’arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire qui touche en priorité les grandes articulations (genou et hanche). Les symptômes typiques sont une raideur matinale et des douleurs plus ou moins fortes, ­fréquemment déclenchées ou aggravées par le mouvement exagéré et qui entraînent automatiquement une baisse de la mobilité. L’arthrose est évolutive.

Un diagnostic précoce est essentiel, car certaines mesures thérapeutiques peuvent en ralentir la progression. Le médecin diagnostique l’arthrose, notamment grâce à la radiologie. Selon le stade évolutif de la maladie, les radiographies mettent en évidence une diminution de l’épaisseur du cartilage, une condensation osseuse sous le cartilage et la présence d’excrois­sances osseuses, appelées ostéophytes.

La prise en charge non médicamenteuse de l’arthrose consiste en une physiothérapie ciblée, destinée à renforcer la musculature pour décharger l’articulation. Comme le cartilage est un tissu exempt de vaisseaux sanguins, c’est le liquide articulaire qui lui fournit ses éléments nutritifs. Ce système d’alimentation ne fonctionne toutefois que si l’articulation est mise à contribution («système de pompe»): le maintien de la mobilité est donc essentiel.

Sur le plan médicamenteux, des études récentes ont montré que la prise à long terme de sulfate de chondroïtine est susceptible de freiner la progression de l’arthrose. Les effets de cette substance extraite du cartilage de poisson ont été mis en évidence dans les clichés radiologiques avec un ralentissement de la diminution de l’épaisseur du cartilage dans le groupe traité par rapport au groupe placebo. La prise de médicaments antidouleurs (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens) a aussi diminué dans le groupe sous sulfate de chondroïtine.

En résumé, une prise en charge individuelle comprenant physiothérapie et/ou médicaments peut contribuer à freiner l’évolution de l’arthrose et à améliorer la qualité de vie des personnes concernées. Bien entendu, la condition indispensable reste cependant le diagnostic du médecin.

A lire aussi

Combattre sa fièvre

La fièvre est une réaction naturelle du corps humain, déclenchée  dès qu’il est confronté à une infection. En augmentant sa température, il se protège...

Automédication et douleurs en toute sécurité!

Maux de têtes, douleurs menstruelles ou états grippaux font partie de la vie ­quotidienne. Heureusement, plusieurs principes actifs disponibles en automédication les soulagent rapidement. Comme tous les médicaments, ils nécessitent quelques précautions d'emploi.

Le soin approprié des dents de lait et des dents définitives chez les enfants

Les caries sont une affection dentaire douloureuse, mais non inévitable! Des soins dentaires réguliers et correctement effectués dès la première dent de lait constituent...

Pour que manger ne vire pas au cauchemar?

A peine les agapes de fin d'année sont-elles passées que déjà nous guettent les tentations suivantes: boules de Berlin, merveilles, beignets et autres brioches. Qui veut garder sa silhouette doit observer une discipline stricte.

Cancer du sein, pleins feux sur la prévention

Si vous faites partie des femmes préoccupées, voire hantées par le cancer du sein, sachez qu'un grand nombre de mesures, faciles à adopter, permettent de réduire considérablement le risque de le développer. Faisons le point.