Accueil Communiqués de presse Sport propre et fair-play : les jeunes trouvent ça «cool»

Sport propre et fair-play : les jeunes trouvent ça «cool»

Les jeunes qui participent à «cool and clean» prennent cinq engagements. Ceux-ci portent sur la réussite sans dopage, la renonciation au tabac et au cannabis, la consommation responsable d’alcool, la réalisation de leurs objectifs sportifs et le comportement fair-play. En 2011, Addiction Suisse a réalisé pour la troisième fois une évaluation auprès des jeunes. Celle-ci analyse les réponses d’environ 2500 jeunes pratiquant un sport de loisir et celles de plus de 320 jeunes talents du sport d’élite. Il en ressort que la notoriété du programme et des engagements s’est renforcée au fil des ans. La grande majorité des jeunes a une attitude positive vis-à-vis des engagements. «Nous estimons qu’il s’agit là d’une condition indispensable pour pouvoir intéresser les jeunes et les responsables d’équipe au programme «cool and clean» et aux messages de prévention qu’il véhicule», explique Matthias Wicki, collaborateur scientifique et auteur de l’étude à Addiction Suisse.

Des effets bénéfiques

Il apparaît clairement que «cool and clean» a des effets bénéfiques. Ainsi, les jeunes participant à «cool and clean» sont moins souvent ivres et consomment plus rarement du snus que ceux qui n’y participent pas. L’étude d’Addiction Suisse montre par ailleurs que les participants ont une attitude plus critique vis-à-vis du dopage, comme de l’alcool, du tabac et du cannabis. Quant aux entraîneurs et aux champions sportifs, ils assument un rôle important de modèle et sont souvent bien placés pour inciter à un comportement souhaitable. Les résultats de l’étude montrent que ce sont en particulier les discussions au sein de l’équipe qui sensibilisent aux méfaits du dopage et de la consommation de substances et qui renforcent le fair-play et l’esprit d’équipe.

Un large programme de prévention

Selon Swiss Olympic, plus de 80 000 jeunes pratiquant un sport de loisir (associations et stages sportifs) participent à «cool and clean». Chez les jeunes talents du sport d’élite, l’objectif fixé a été dépassé, avec plus de 9600 participants. Le programme de prévention «cool and clean» s’engage depuis 2003 en faveur du fair-play auprès de la génération montante du sport d’élite. En 2006, Swiss Olympic a étendu le programme à l’ensemble des jeunes sportifs. Ceux de 10 à 20 ans pratiquant un sport en Suisse dans le cadre d’une organisation représentent le principal groupe cible. Le programme «cool and clean» est financé par le Fonds de prévention du tabagisme. L’étude d’Addiction Suisse concerne exclusivement le volet pour la jeunesse du programme « cool and clean » et de son évaluation.

Addiction Suisse recommande de poursuivre ce programme de prévention, lequel constitue une approche de prévention globale qui renforce les compétences sociales des jeunes. L’auto-détermination et la disposition à accepter de prendre des responsabilités sont promues, tout comme la capacité de développer des relations sociales sans avoir recours à l’usage de substances psychoactives. Les adultes qui encadrent les sportifs sont formés pour identifier les jeunes en difficulté à un stade précoce, afin de pouvoir réagir de manière adéquate. Par ailleurs, ce programme propose des mesures essentielles dans le contexte du sport, comme la promotion de manifestations sportives et des terrains de sport sans fumée.

Le rapport complet: Evaluation des Präventionsprogramms «cool and clean» bei Jugendlichen – Breitensport und Talents. Le rapport contient également des résultats non encore publiés de l’enquête de 2009.

 

Description du projet «cool and clean»

Renseignements:

Ségolène Samouiller

Porte-parole

[email protected]

Tél.: 021 321 29 84

Addiction Info Suisse devient Addiction Suisse. Plus d’informations sur notre site Internet.

A lire aussi

Une étude fait le lien entre cancer du sein et pollution atmosphérique

La pollution de l'air a déjà été associée à de multiples problèmes de santé. Une nouvelle étude d'avant-garde suggère que la pollution associée à la circulation routière pourrait augmenter chez les femmes le risque de souffrir du cancer du sein. Publiée dans la prestigieuse revue Environmental Health Perspectives, l'étude, menée par des chercheurs de l'Institut de recherche du CUSM, de l'Université McGill et de l'Université de Montréal, établit un lien entre le risque de cancer du sein – la deuxième principale cause de décès lié au cancer chez la femme – et la pollution atmosphérique provenant des véhicules à moteur.

«Nous constatons, depuis quelque temps, que les taux de cancer du sein augmentent, affirme le Dr Mark Goldberg, coauteur de l'étude et chercheur à l'IR du CUSM. Personne ne sait véritablement pourquoi et seulement un tiers des cas sont associés à des facteurs de risque connus. Puisque personne n‘avait encore étudié le lien entre la pollution atmosphérique et le cancer du sein en utilisant des cartes détaillées de la pollution atmosphérique, nous avons décidé de nous pencher sur la question.»

Une fois par mois 1 Tamia au lieu de douleurs menstruelles des jours entiers!

Plus de la moitié des femmes souffrent de symptômes menstruels. Tamia est un nouveau tampon qui dénoue les crampes de façon naturelle par vibration et combat ainsi les douleurs à l’endroit où elles se forment. Plus de 80% des femmes n’ont besoin que d’un seul tampon Tamia par mois pour venir à bout de leurs symptômes.

Déclarez la guerre aux ennemis des cheveux!

Nul n'ignore que les traitements capillaires agressifs, tels que permanentes, décolorations ou brossages trop vigoureux, risquent d'abîmer les cheveux et même d'en provoquer la...

L’initiative Healthy3 en Suisse: pour une production alimentaire respectueuse de l?environnement au service de la santé de tous

Davos, 7 Janvier 2011. Les objectifs de la promotion de la santé et du développement durable sont à bien des égards identiques. L’intérêt de tisser des liens entre ces deux domaines paraît donc évident. C’est la conclusion tirée par les personnalités de la politique, de l’économie et de la santé réunies à l’occasion de la 12ème Conférence nationale de promotion de la santé. Elles se sont retrouvées les 6 et 7 janvier à Davos pour débattre de la manière d’encourager un développement durable et favorable à la santé du système de production alimentaire en Suisse.

« J’aime le don de sang et le don de cellules souches »

Le 1er décembre 2014, Transfusion CRS Suisse active sa propre page Facebook. Celle-ci doit contribuer à sensibiliser le public au don de sang et...