Array

Rendez votre activité professionnelle plus agréable!

Lors de notre dernier article, nous avons vu que le mot «stress» est un mot neutre. En effet, nous distinguons le stress positif (eustress) du stress négatif (distress). Nous avons également mis en évidence les effets du stress négatif sur l’organisme. Nous avons, en outre, relaté la notion psychologique du SGA, c’est-à-dire du syndrome général d’adaptation. Concrètement, si les mesures d’adaptation ne sont pas suffisantes face à nos stresseurs, nous subirons des symptômes physiques et/ou psychologiques. Durant les lignes qui suivent, nous allons étudier quelles sont les meilleures mesures à adopter face à des stresseurs négatifs.

Subir, s’adapter et/ou adopter des mesures de soulagement?

Face à des facteurs de stress négatifs, nous pouvons continuer à les subir, c’est-à-dire ne rien entreprendre. Malheureusement, de nombreuses personnes optent pour cette variante et ceci aura des répercussions sur leur santé physique et/ou psychologique. Richard Lazarus, psychologue, avait mis en évidence l’aspect psychologique du stress. En effet, il avait démontré que ce n’est pas forcément la situation (le stresseur) qui met en stress négatif, mais la propre perception de ce stresseur (aspect cognitif).

 

Comment alors procéder concrètement?

Prenons un exemple: vous recevez une nouvelle directive de travail, qui vous met en stress. A ce moment, une pensée automatique vous a traversé l’esprit: «Cette directive est nulle». Nous appelons ces pensées, pensées automatiques défavorables. Elles vous mettent en stress négatif.

Vous pouvez décider de changer votre propre perception de cette situation et ainsi vous éliminerez ou diminuerez votre stress négatif. Exemple: «Je suis convaincu qu’en essayant cette directive, je vais y trouver des avantages». Cette nouvelle pensée se dénomme pensée alternative favorable.

Face à toute situation de stress négatif, nous pouvons procéder ainsi, par contre la pensée alternative doit rester réaliste.

Et encore?

En plus de ces moyens d’adaptation, vous avez la possibilité d’introduire des mesures de soulagement. Ces dernières sont nombreuses, par exemple exercices respiratoires, sport, musique, chant, etc. Nous appelons ceci mesures de soulagement, car elles ne suffisent pas toujours, lorsque vous êtes en face de stresseurs négatifs présentant une intensité assez élevée chez vous.
Nous vous souhaitons plein succès dans l’exploration des différentes solutions exposées ci-dessus.

Romain Ducret
Conseils stratégiques

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles