Accueil Communiqués de presse Plus d'élèves stressés

Plus d’élèves stressés

Près d’un tiers des élèves de 15 ans se sentent sous pression. Parmi eux, la consommation de tabac est plus fréquente. Le stress lié au travail scolaire est plus répandu qu'il y a seize ans et les élèves concernés se sentent souvent moins bien. Ces résultats proviennent de la dernière enquête nationale auprès des écolières et écoliers réalisée par Addiction Suisse sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique. Ils sont résumés dans une nouvelle feuille-info qui se penche sur le stress scolaire chez les jeunes et son évolution au fil du temps.

Une enquête représentative menée en Suisse montre qu'entre 12 et 22% des élèves de 11 à 15 ans indiquent être «assez stressés», 6 à 12% «très stressés», avec des variations en fonction de l'âge et du sexe. On observe des différences marquées entre les groupes d'âge chez les filles uniquement: celles de 13 à 15 ans sont nettement plus souvent stressées que leurs cadettes.

Plus de stress parmi les élèves de 15 ans

Le fait que le stress semble davantage toucher les élèves plus âgés pourrait notamment être lié au développement ainsi qu'à la hausse des exigences à chaque niveau scolaire et aux enjeux liés au choix d'une profession. «Les résultats nous montrent que nous devons rester vigilants», déclare Marina Delgrande, chercheuse à Addiction Suisse et coauteure d’une nouvelle publication sur le stress scolaire chez les jeunes en Suisse.

Un phénomène plus répandu qu’il y a seize ans

La proportion d'élèves de 11 à 15 ans qui se sentaient stressés par le travail scolaire a passé de 22% en 1998 à 27% lors de la dernière enquête en 2014. Cette hausse pourrait notamment s’expliquer par un changement d’attitude des jeunes vis-à-vis de l’école. Ils accorderaient par exemple davantage d’importance aujourd’hui à de bons résultats scolaires.

Stress et bien-être

Les jeunes qui se disent stressés par le travail scolaire se sentent souvent moins bien. Des symptômes récurrents tels que les difficultés à s’endormir ou la nervosité sont plus répandus parmi eux. Parmi les élèves de 15 ans, près d’un tiers se sentent assez voire très stressés par le travail scolaire. La consommation de tabac au moins une fois par semaine y est aussi plus répandue que parmi les élèves du même âge qui se sentent peu ou pas du tout stressés par l’école. L'enquête ne permet cependant pas de dire si le stress scolaire est la cause ou la conséquence des symptômes décrits et du tabagisme.

Le rôle de la prévention

Un environnement scolaire positif peut contribuer à la bonne santé psychique des élèves. Le sentiment d’appartenance et la solidarité au sein de la classe, des exigences scolaires et des évaluations transparentes constituent notamment des conditions favorables. A cela s’ajoutent, dans l’idéal, un environnement qui encourage le mouvement, des activités extra-scolaires ou la possibilité de participer à l’organisation de la vie de l’école. Les programmes qui permettent aux élèves d'apprendre des stratégies de résolution de problèmes et des techniques de gestion du stress s'avèrent également bénéfiques. Des mesures de ce type peuvent également contribuer à prévenir des consommations à risque.

Conseils pour les parents

Les parents trouveront des conseils plus détaillés à la fin de la feuille-info sur la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis des jeunes et sur la page dédiée aux parents sur le site internet d’Addiction Suisse. Ils peuvent recevoir des conseils en lien avec la consommation de substances psychoactives auprès d’Addiction Suisse (numéro gratuit 0800 105 105) ainsi qu’auprès des services spécialisés cantonaux (p. ex. services régionaux de consultation pour adolescents et familles).

Source: Addiction Suisse

A lire aussi

Nez sec ou bouché? La réponse est Fluimare® !

Fluimare, spray nasal d’eau de mer naturelle, libère, protège et soigne les fosses nasales en douceur. Il est idéal comme thérapie de soutien en...

Mauvaise haleine, le succès du traitement passe par la franchise!

Environ un quart de la population souffre de mauvaise haleine (halitose, en jargon médical). Quel que soit le terme utilisé, le sujet reste tabou. Rares sont ceux qui osent l'aborder, par fausse pudeur ou par politesse à l'égard des personnes concernées, qui sont d'ailleurs nombreuses à être très affectées par ce trouble. Mal à l'aise, elles s'isolent au travail et dans leur vie privée, tout en ­mettant parfois des années à consulter un professionnel de la santé.

Une substance «dopante» … naturelle

D’un point de vue chimique, la carnitine ou plus précisement la L-carnitine (également connue sous le terme de vitamine B11), est une molécule constituée...

Le foie, glande essentielle de l’organisme

Les repas, parfois excessifs, des fêtes de fin d'année enfin digérés, janvier arrive avec son cortège de bonnes résolutions. Certaines personnes décident de ne plus jamais manger autant et aussi riche, d'autres de restreindre quelque peu leur consommation d'alcool. Inconsciemment ou non, ce type de résolutions permet de soulager le foie, glande essentielle du système digestif qui est fortement mise à contribution par les semaines de bonne chère.