Accueil Communiqués de presse Pharmacies et Covid-19, à l'heure d'un premier débriefing

Pharmacies et Covid-19, à l’heure d’un premier débriefing

9 juin 2020 – Tandis que certains étaient contraints de fermer, de réduire leur activité ou de passer en mode télétravail, les pharmacies, qui font partie des services essentiels, ont continué à assurer leur rôle de premier interlocuteur santé dans des circonstances exceptionnelles. Le personnel des pharmacies, au même titre que les autres professionnels de la santé, a été très sollicité et exposé à des risques durant la crise sanitaire du Covid-19. À l’heure du déconfinement progressif programmé par le Conseil fédéral, bref retour sur l’impact de cette pandémie sur le quotidien des pharmacies.

Au cœur de la crise du Covid-19, les pharmacies ont répondu présentes. Dès février, elles ont été en première ligne au côté de la population pour les accompagner, les conseiller, les rassurer (communiqué 17.03.2020). Elles ont été présentes sur tous les fronts: elles ont relayé sur le terrain les messages de prévention du Conseil fédéral, fait face aux achats compulsifs de médicaments et aux ruptures de stock. Elles ont rapidement mis en place des mesures pour protéger la population et leurs équipes, alors même que ces dernières n’étaient pas considérées comme personnel de santé par la Confédération et certains cantons pour la distribution de matériel de protection individuel (communiqué 16.04.2020).

Elles ont préparé des solutions hydroalcooliques, intensifié les livraisons à domicile, renouvelé les traitements pour les patients chroniques alors que les cabinets médicaux étaient fermés. De leur côté, les pharmacies hospitalières ont elles aussi été mises à rude épreuve pour faire face à l’urgence et répondre aux besoins des équipes soignantes et des patients.

Dans tout le pays, ce sont des équipes officinales soudées qui se sont adaptées pour fournir des soins médicaux de qualité et de proximité. « Je suis très fier de vous ! » les félicite Fabian Vaucher, président de pharmaSuisse, dans un message accompagnant la campagne MERCI.

La population a acheté et stocké de grandes quantités de médicaments

L’impact du Covid-19 sur les ventes de médicaments durant les quatre premiers mois de l’année est net: la population a acheté et stocké de grandes quantités de médicaments. Cela représente 14,7 millions d’emballages vendus en mars 2020, soit 40 % de plus que l’année précédente à la même période. Dans un climat anxiogène, les patients se sont précipités sur les médicaments contre la grippe et les douleurs (cf. tableau détaillé en fin de communiqué).

La population a acheté et stocké de grandes quantités de médicaments.

Cette situation a obligé le Conseil fédéral, le 18 mars 2020, à restreindre la remise de certains médicaments afin de maintenir à long terme l’approvisionnement en médicaments vitaux (cette ordonnance reste en vigueur jusqu’au 31.08.2020). En avril, les officines ont enregistré une forte diminution de l’activité. Avec la réouverture des cabinets médicaux et le déconfinement progressif, l’activité reprend graduellement, mais reste actuellement en-dessous de la moyenne.

Accompagner le déconfinement et éviter une deuxième vague

La pandémie de Covid-19 a souligné le rôle primordial des pharmacies dans le système de santé, non plus en tant que détaillant, mais en tant que profession médicale qui assure des prestations de qualité et de proximité dans toute la Suisse. pharmaSuisse souhaite vivement que les pouvoirs publics n’oublient pas la force de frappe des pharmacies lorsqu’il s’agira de déployer, en partenariat avec les autres acteurs de la santé, des solutions nationales pour contenir le virus et éviter une deuxième vague: les pharmaciens ont les compétences pour faire des tests sérologiques et vacciner.

A lire aussi

« Le Communiqué Santé » évolue!

"Le Communiqué Santé" est de plus en plus apprécié par ses très nombreux lecteurs. Nous en voulons comme preuve l'augmentation tout aussi rapide qu'extraordinaire...

Les femmes en savent encore trop peu sur le coeur

Berne (ots) - Les femmes pourraient être mieux protégées qu'aujourd'hui des conséquences d'une attaque cérébrale ou d'un infarctus du myocarde. Trois conditions pour cela: elles devraient être les premières convaincues qu'elles sont au moins aussi menacées que les hommes par les maladies cardio-vasculaires, elles devraient savoir comment les prévenir et enfin elles devraient en connaître les symptômes.

Développez votre intelligence émotionnelle

Maximisez votre succès dans le conseil-vente global! Pour lire plus... téléchargez l'article en format PDF

Pyralvex® – Efficace dans toute la bouche depuis plus de 100 ans

Pyralvex® est une solution à base naturelle, destinée au traitement local des: • inflammations aiguës et chroniques de la muqueuse buccale et des gencives • aphtes,...

Chaque cor aux pieds est un cor de trop

Des chaussures de qualité Des points de pression aux pieds et aux orteils finissent par former une corne douloureuse qui peut s'étendre en profondeur,...