Accueil Psycho Bien-être Ne laissons pas l’insomnie gâcher… le tiers de notre vie!

Ne laissons pas l’insomnie gâcher… le tiers de notre vie!

Selon des estimations récentes, nous dormons en moyenne une heure en moins qu’il y a 20 ans, alors que la fréquence des burnouts ne cesse de croître. Rien d’étonnant à cela: notre style de vie frénétique, avec cette course effrénée à la productivité, nous amène à sacrifier ce qui est, à nos yeux, une perte de temps. Et pourtant…

Nous passons environ le tiers de notre vie dans les bras de Morphée! Un sommeil qualitativement ou quantitativement suffisant est une condition sine qua non pour rester en bonne santé, alors que l’insomnie, à moyen ou long terme, est à l’origine des troubles les plus divers: fatigue chronique, difficultés de concentration, baisse de l’immunité, problèmes gastro-intestinaux, hypertension, dépressions, etc.

Agir sans tarder

Le traitement de l’insomnie fait appel, d’un côté, à la suppression de sa cause (stress, abus de nicotine et de caféine, sédentarité, trouble organique, tel que douleurs ou toux, nuisances sonores, etc.) et, de l’autre, à l’acquisition de bonnes mesures hygiéno-diététiques. En font partie la relaxation, la pratique de la pensée positive, une activité physique douce et régulière, ainsi que, bien sûr, une alimentation équilibrée.
La prise d’un hypnotique ne devrait être envisagée qu’en cas d’échec des mesures susmentionnées. Les somnifères en vente libre sont d’origine végétale (valériane, passiflore, mélisse, etc.) ou synthétique (antihistaminiques, comme p. ex. la diphénhydramine). Les premiers sont bien tolérés, mais destinés aux insomnies légères, les seconds, plus efficaces. La diphénhydramine, en particulier, présente plusieurs avantages: une action rapide entraînant l’endormissement 15 à 30 minutes après la prise, une élimination après 4 à 6 heures assurant un réveil aisé, et une bonne tolérance. Elle représente une solution valable dans l’insomnie transitoire ou occasionnelle. Une insomnie persistante (qui dure plus de 2 à 3 semaines) relève de la consultation médicale.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

La douleur, un mal nécessaire

Les douleurs aiguës constituent des signaux d’alarme naturels de l’organisme. Lorsqu’un tissu est lésé, les récepteurs sensoriels de la douleur ­disséminés dans le corps transmettent le stimulus à la moelle épinière et au cerveau.

«Le Communiqué Santé®» prend de l’altitude!

Les derniers chiffres publiés par la REMP (Recherche Etude Médias Publicitaires), seul organisme habilité à communiquer les chiffres de tirage certifié des publications, parlent...

La douleur au fil du temps

La douleur et le souhait de s’en débarrasser sont aussi anciens que l’être humain.  Dans la civilisation chinoise, déjà en 2800 avant J.-C., on...

Acérola: quelles sont les vertus de ce petit fruit?

Stimulante et énergisante, la baie d’acérola est souvent qualifiée de «superfruit». Originaire d’Amérique centrale et des Caraïbes, cette cerise des Antilles est...