Array

Moins stressé pour mieux dormir

Si le concept de stress est aujourd’hui relativement galvaudé, il n’en demeure pas moins le point de départ d’un nombre considérable de pathologies, qu’elles soient dermatologiques, respiratoires, cardiaques ou encore gastro-entérologiques. On doit le considérer comme un facteur déclenchant ou aggravant de troubles préexistants.
Dépister et prendre en charge le stress devient donc un enjeu majeur de santé publique.

Le stress, comment ça marche?

Il s’agit d’un signal de détresse que notre corps émet lorsqu’un danger psychique ou physique menace notre intégrité. Il mobilise principalement les glandes surrénales et se déroule en 3 étapes:
La phase aiguë dite «phase d’alarme» implique une production massive de noradrénaline par les surrénales, entraînant notamment une augmentation du rythme cardiaque, une vasoconstriction, ou encore une dilatation des pupilles.
La «phase de résistance» s’installe si la situation de stress perdure. La sécrétion de noradrénaline se réduit et celle de cortisol progresse, manifestant son effet anti-inflammatoire, hyperglycémiant et immunosuppresseur.
Par ailleurs, dopamine et sérotonine croissent également durant cette phase. Hélas, les différentes sécrétions d’hormones et de neuromédiateurs finissent par se tarir: on parle alors de «phase d’épuisement». On se sent «vidé»!
Quelques indicateurs: irritabilité, impatience, difficulté d’endormissement, envie de sucre en fin de journée sont évocateurs d’un déficit en sérotonine par exemple.

Des solutions à tous les niveaux

Les plantes adaptogènes doivent constituer la base de la prise en charge des patients stressés. Citons par exemple la Rhodiola qui stimule les surrénales et améliore les performances mnésiques et physiques.
Il est également recommandé de recourir à un acide aminé essentiel: le tryptophane, que notre corps est incapable de synthétiser. Celui-ci est un précurseur de la sérotonine, dont le rôle antidépresseur est très documenté. De plus, cette dernière est transformée en mélatonine, hormone du sommeil par excellence.
Le magnésium limitera l’irritabilité liée au stress et les vitamines du groupe B faciliteront la transmission nerveuse. Voilà donc un ensemble de substances utiles en cas de stress. Prises simultanément, elles agissent de manière synergique. On pourrait imaginer absorber ce mélange lors d’une collation d’après-midi à base de fruits secs. En effet, le sucre améliore l’absorption du tryptophane, optimisant ainsi sa conversion en mélatonine pour la fin de journée et préparant une nuit plus apaisée.
Enfin, une activité physique régulière, tout en augmentant la synthèse naturelle de sérotonine, permettra d’éloigner les pensées négatives.

 

Signes évocateurs d’un déficit en sérotonine

  • Irritabilité, impatience
  • Impulsivité, agressivité
  • Vulnérabilité au stress
  • Difficulté d’endormissement
  • Grignotages surtout en fin de journée
  • Tendances addictives (tabac, alcool, sport…)

 

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles