Array

Mieux vivre avec le rhume des foins

Pour la plupart d’entre nous, l’arrivée du printemps réchauffe le cœur et booste le moral, mais pour environ 15% de la population (pourcentage en constante augmentation!), elle est synonyme de désagréments, causés par la pollinisation. Ecoulement et/ou obstruction nasal, yeux rougis et larmoyants, éternuements à répétition: ces symptômes, bien connus, caractérisent le rhume des foins ou rhinite allergique. 

Ce qui se passe dans notre organisme

Dans la rhinite allergique, les lymphocytes B produisent une trop grande quantité d’anticorps IgE contre l’antigène. Puis, l’organisme fabrique des quantités excessives d’histamine. Par l’intermédiaire des récepteurs H1 des vaisseaux sanguins, l’histamine déclenche une vasodilatation et une augmentation de la perméabilité des vaisseaux, ce qui entraîne, à son tour, un œdème de la peau et des muqueuses. Au niveau des bronches, l’histamine provoque une bronchoconstriction, jouant ainsi un rôle dans le développement de l’asthme allergique.

L’intestin abrite de nombreuses cellules immunitaires, notamment les lymphocytes TH1 et TH2. L’observation de leur rapport permet de déterminer si un intrus, resp. un allergène, est phagocyté (réponse TH1) par les cellules immunitaires (p. ex. les macrophages ou les lymphocytes T cytotoxiques) ou s’il doit être éliminé par des anticorps (réponse TH2: prolifération de lymphocytes B pour la production d’immunoglobulines (anticorps). En cas d’allergie, le taux de réponses TH2 est plus élevé. 

Une formule intéressante

Des souches spéciales de Lactobacillus paracasei (qui produisent de l’acide lactique), comme la LP-33, et la vitamine D3 (pour le bon fonctionnement du système immunitaire) rétablissent l’équilibre entre la réponse immunitaire des lymphocytes Th1 et Th2, ce qui permet de réduire, indirectement, celle de l’histamine.

Une telle préparation s’adresse à toute la famille (aux enfants dès un an). C’est le compagnon idéal avant et pendant la saison pollinique. Très bien tolérée, elle ne provoque pas de fatigue.

Des conseils utiles pour votre clientèle

• Pendant la saison pollinique, n’aérer que brièvement.

• Ne pas suspendre dans la chambre les habits ayant été portés la journée.

• Eviter de faire sécher le linge à l’extérieur.

• Laver ou rincer ses cheveux tous les soirs.

• Se rincer régulièrement le nez à l’aide d’une solution physiologique, afin d’éliminer les pollens.

• Se servir de mouchoirs en papier, pour un usage unique.

• Préférer le début de la matinée pour la pratique du sport.

Et lorsque cela s’avère nécessaire…

Un antihistaminique par voie orale, un spray et un collyre décongestionnants complètent au besoin vos conseils.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles