Accueil Vie Mon animal & moi Les chats en unité de soins palliatifs: une dose de réconfort sur...

Les chats en unité de soins palliatifs: une dose de réconfort sur pattes

La fin de vie est bien souvent marquée par une appétence relationnelle des malades, qui concerne l’entourage et les soignants, mais parfois aussi un animal. Il peut s’agir de l’animal du patient, ou bien d’un animal inscrit dans un vrai projet de service de médiation animale.

Certaines unités de soins palliatifs ont ainsi mis en place un tel projet, en accueillant un chat en tant que résident permanent. Quel impact la présence de cet animal a-t-elle sur les patients? Les résultats d’une étude réalisée en 2019 dans une unité de soins palliatifs à Férolles-Attilly (France), suggèrent qu’elle s’avère particulièrement bénéfique.

L’animal dont il est question dans cette étude a fréquenté presque toutes les chambres de l’établissement et circulé dans les parties communes. Patients et entourage ont ainsi eu des interactions avec lui, sous forme de caresses. Les sentiments et les sensations des patients ont été recueillis sur une période de trois mois, au moyen d’un questionnaire de satisfaction.

Une présence apaisante, qui facilite le dialogue

Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que la présence du chat apportait distraction, détente et réconfort. Dans une moindre mesure, l’animal a également permis de diminuer le sentiment d’anxiété. Globalement, cette «cohabitation» est un succès: près de 85% des personnes ont estimé la présence du chat très satisfaisante et un peu plus de 15% l’ont jugée satisfaisante.

L’équipe médicale à l’origine de l’étude souligne que bien d’autres items auraient pu être étudiés: impact sur l’humeur, la fatigue, l’appétit, ou encore la perception de l’état de santé. Il est en effet connu qu’un chat apporte de nombreux bénéfices à la santé humaine, tant au niveau physique que psychique.

Dans le cadre des soins palliatifs, l’animal apporte un certain réconfort aux patients, mais aussi aux soignants! Ces derniers ont parfois des journées difficiles, très chargées émotionnellement; caresser le chat quelques minutes leur permet de soulager leurs tensions, de se recentrer. En outre, l’animal leur permet de rentrer en communication avec les malades, de faciliter le dialogue et d’entretenir une relation plus humaine. Voilà donc une pratique que tous les établissements de santé devraient adopter!

A lire aussi