Array

Le solarium et le soleil, du pareil au même

Il y a quelques décennies encore, le solarium était un passage obligé pour les innombrables fans du bronzage. Conseillé même par certains dermatologues (à doses homéopathiques, certes) pour préparer la peau au soleil avant l’été, on y avait recours en toute bonne conscience. On oublia les doses homéopathiques… et ce qui devait arriver arriva.
Déjà hâlée avant les beaux jours, moins sujette aux coups de soleil et à l’érythème, la peau fut condamnée à subir des orgies de soleil. On prolongea les vacances en profitant de chaque rayon à la piscine, dans son jardin ou sur son balcon. Ensuite, on ne résista pas à la tentation d’entretenir le bronzage en automne, puis en hiver, pour compenser la carence en vitamine D et combattre la morosité de la mauvaise saison. Un magnifique hâle permanent devint le prix à payer pour se sentir bien dans sa peau, en faisant fi des rides et des tâches qui l’accompagnaient. D’autant plus que celles-ci devenaient plus visibles lorsque le bronzage s’estompait…
Hélas, notre peau a une mémoire en termes d’UV: elle n’oublie pas les outrages que nous lui avons infligés tout au long de notre vie. De nos jours, nous pouvons atténuer ou même effacer les rides et les tâches, mais qu’en est-il des cancers cutanés? Notre pays détient le triste record de la fréquence européenne la plus élevée en mélanomes.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles