Accueil Vie Le chien : meilleur ami de l’homme... et de sa santé !

Le chien : meilleur ami de l’homme… et de sa santé !

En 2018, la Suisse comptait environ 505’000 chiens. Ces compagnons à quatre pattes arrivent bien souvent dans le foyer à la demande des enfants, ou bien pour pallier une solitude quotidienne… Quelle que soit la raison de sa présence, cet animal apporte à ses propriétaires bien plus que sa simple compagnie.

En 2017, une étude scientifique suédoise a révélé que le risque de mortalité – toutes causes confondues – serait réduit de 20 % chez les heureux possesseurs de chiens. Ces animaux domestiques apporteraient en effet de nombreux bénéfices, notamment au niveau cardiovasculaire.

Un prétexte pour se bouger

Pour commencer, les indispensables promenades quotidiennes poussent les propriétaires de chien à faire régulièrement de l’exercice (ne serait-ce que pour faire le tour du quartier). Les mesures de confinement ont d’ailleurs été l’occasion de constater à quel point les chiens pouvaient être un bon « prétexte » pour motiver les moins sportifs… Certaines races ayant besoin de davantage d’exercice, ce seront des compagnons tout trouvés pour pratiquer la course à pieds.

Or, qui dit plus d’activité physique, dit meilleure santé cardiovasculaire ! Posséder un chien permettrait ainsi de faire baisser la tension artérielle et le niveau de cholestérol dans le sang, puis favoriserait même la perte de poids.

Des défenses immunitaires plus solides

Par ailleurs, plusieurs études ont démontré que les microbes et bactéries ramenés à la maison par nos compagnons à quatre pattes peuvent être très bénéfiques pour notre système immunitaire. De nombreux professionnels du secteur médical expliquent d’ailleurs qu’un environnement trop propre, trop aseptisé peut, au contraire, nuire à la santé.

Les chiens se roulent par terre, reniflent et lèchent un peu tout et n’importe quoi, et ramènent tout un petit monde microscopique avec eux à la maison. Être confrontés ainsi régulièrement à des agents pathogènes, grâce à notre animal, permet aux défenses immunitaires de s’entraîner à les combattre, de s’habituer en quelque sorte à leur présence.

Certaines études épidémiologiques montrent d’ailleurs que les enfants qui grandissent au contact des animaux, en particulier des chiens, ont beaucoup moins de risques de développer des maladies auto-immunes telles que l’asthme et les allergies.

chien complément affectif
Le chien est d’un grand soutien en cas d’état dépressif.

Un complément affectif

Enfin, la présence d’un chien au sein du foyer peut avoir un effet très positif sur l’humeur, et peut s’avérer d’un grand soutien en cas d’état dépressif. En effet, il favorise la baisse du cortisol (l’hormone du stress) et la production de sérotonine (l’hormone du bonheur). Aujourd’hui, de plus en plus de professionnels utilisent des chiens en thérapie, pour soigner une dépression par exemple, mais aussi pour traiter les personnes atteintes d’hyperactivité.

La présence de l’animal est rassurante. Il s’intègre si bien dans la famille qu’il en devient un membre à part entière. Certains vont même jusqu’à lui offrir de petits cadeaux pour Noël ou à chaque anniversaire !

Un chien incite également à communiquer, à s’ouvrir aux autres. Il peut aider à faire des rencontres, à engager la conversation, à tisser des liens. Au sein d’une famille, il peut parfois aider parents et enfants à mieux communiquer, malgré les différences générationnelles.

Cet animal domestique, petit ou grand, peu importe son âge et sa race, a donc énormément de choses à nous apporter. En échange, il n’attend qu’un peu d’affection. Si vous hésitiez à sauter le pas, c’est peut-être l’occasion de vous lancer?

A lire aussi

Trouvez des réponses à vos questions… et échangez vos expériences!

vitamag.ch, en 3 langues (F+D+I) > Trouvez les réponses à vos questions de santé, beauté et bien-être sur l’édition actuelle du vitamag ou parmi  toutes...

Les acides humiques au secours de notre santé

Il a été clairement établi que notre intestin joue un rôle majeur dans notre santé. Il suffit que notre «cerveau entérique» ne soit pas...

En tête à tête avec… Viktor Röthlin

4523 kilomètres par an! L’athlétisme suisse vit des moments difficiles. Les athlètes de notre pays pouvant se distinguer au niveau mondial sont une denrée rare....

Quand les parents fument, la tension artérielle des enfants monte  Prix de la recherche 2012 de la Fondation Suisse de Cardiologie attribué au Dr...

Berne (ots) - Comment un jeune enfant peut-il avoir trop de tension artérielle? Le Dr Giacomo Simonetti, Privat Docent, médecin spécialisé en pédiatrie à...

Et pourquoi ne demanderiez-vous pas un générique?

Parmi les différentes mesures préconisées pour maîtriser les coûts de la santé, l'emploi de médicaments génériques est régulièrement cité. A raison, car la part de marché qu'ils occupent est en Suisse encore faible par rapport à des pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne. Pour faire évoluer cette situation, l'initiative pourrait à l'avenir aussi venir du patient lui-même.