Accueil La marche, le seul sport qui marche? lorsqu?on n?aime pas le sport!
Array

La marche, le seul sport qui marche? lorsqu?on n?aime pas le sport!

La sédentarité augmente le risque de maladies cardiovasculaires, diabète, ostéoporose, obésité, etc. Que faire alors, lorsqu’on préfère la lecture ou le bricolage aux activités physiques? Intégrer régulièrement la marche et améliorer progressivement son rythme. Des habits confortables et une bonne paire de chaussures représentent le seul équipement requis.

Il n’est guère nécessaire de viser la performance si le cœur n’y est pas: 30 minutes 3 fois par semaine, à la moyenne de 4-5 km/heure, permettent déjà de goûter aux endorphines, les hormones du bonheur produites par l’effort. Ainsi, la marche cesse d’être une obligation pour devenir un plaisir…

Les bienfaits de la marche rapide

Dépourvue de contre-indications, la marche rapide offre, en revanche, de nombreux avantages. Elle stimule les systèmes cardiovasculaire et pulmonaire, ainsi que la circulation sanguine, renforce les défenses immunitaires, aide à prévenir l’ostéporose, à contrôler le poids et la glycémie. Elle représente une base d’entraînement pour différents sports et une méthode de réhabilitation après des blessures sportives.

Un cas particulier: la marche nordique

La marche nordique (en anglais nordic walking) est une marche sportive pratiquée avec des bâtons spécifiques. Très populaire dans les pays scandinaves, c’est une dérive du ski de fond. Elle doit être précédée d’échauffement et suivie d’étirements. L’utilisation des bâtons requiert une technique adéquate, faute de quoi le risque de blessure est bien réel.

Le nordic walking est 40 à 50 % plus efficace que la randonnée pédestre. Il sollicite et tonifie autant le haut que le bas du corps. Il permet de brûler environ 400 calories par heure contre 280 pour la marche tout en puisant dans les graisses.

Alors, marche normale, rapide ou nordique? Ceci est en fonction des goûts, du temps dont on dispose et des objectifs qu’on se fixe. Pour autant que la régularité soit respectée! 

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

L’acide urique: un ennemi sournois…

Mon premier check-up depuis que je suis ménopausée a relevé un taux d'acide urique plus élevé que la norme. Cela m'a étonnée, car je n'ai rien changé à mes habitudes alimentaires. Que puis-je faire?

Les antidotes alimentaires

Il existe de nombreux remèdes homéopathiques qui antidotent les malaises engendrés par un aliment ou une boisson mal supportés, quelle que soit la cause: l'intolérance ou l'abus. Pour ma part, je propose une dose en dilution 9 CH, dès l'apparition des troubles ou même à titre préventif.

Si vous êtes sportif ou fatigué et sans entrain, un «carburant» adapté s’impose!

Les publications scientifiques récentes le prouvent: fini le temps où l'on préconisait l'utilisation exclusive de concentrés glucidiques pour recharger au plus vite les réserves...

Les poux ne passeront pas?

Les poux ne passeront pas sur la tête de mon enfant! N’est-ce pas le ­souhait de toutes les mères? Et pourtant ces petites bêtes réapparaissent non seulement à la reprise scolaire, mais, de plus en plus, aussi durant le reste de l’année.

Quand les douleurs nous tourmentent

Les douleurs, même légères, sont toujours à prendre au sérieux. Tel un signal d’alarme pour l’organisme, la douleur nous avertit et nous fait réagir. Le caractère invalidant et l’impact psychologique des douleurs rendent en général nécessaire un traitement rapide et efficace.