La cellulite: tour d’horizon

Très inesthétique, la cellulite est une disgrâce typiquement féminine: elle affecte 90% des femmes, sans épargner les plus minces, et ignore la gente masculine. Tour d’horizon sur ce problème sexiste à souhait.

La cellulite est une graisse gorgée d’eau et de toxines, emprisonnée dans un réseau fibreux et accompagnée le plus souvent d’un aspect capitonné de la peau (peau d’orange). Cette graisse particulière, qui présente une prédisposition héréditaire, est localisée (elle privilégie les fesses et les cuisses, sans toutefois ignorer les mollets, le ventre et les bras), rebelle aux régimes et, une fois apparue, elle ne disparaît jamais spontanément.

Cause hormonale

La principale cause de la cellulite est hormonale, liée à l’hormone féminine, la folliculine ou oestrogène, qui favorise la rétention d’eau et le stockage des graisses.Ainsi, le corps féminin fabrique la cellulite dans les périodes d’intense activité ovarienne (puberté, grossesse) et celles caractérisées par un excès d’oestrogène et un déficit de progestérone (deuxième partie du cycle menstruel, périménopause).

Des traitements homéopathiques peuvent s’avérer utiles en cas de cellulite d’origine hormonale.

L’homéopathie peut s’avérer utile dans ces deux dernières situations. Dans la première, le traitement fera appel à une dose de Folliculine en dilution frénatrice (15 CH) le 7e et le 14e jour du cycle, ensuite à 3 granules quotidiens de Progestérone en dilution stimulante (la 5 CH), du 15e au 25e jour du cycle. En périménopause, il est judicieux de freiner la production de l’hormone qui stimule la sécrétion des oestrogènes (FSH 30 CH, 3 x fois par semaine) et d’augmenter celle de la progestérone (Progestérone 5 CH).

Cause circulatoire

La cause circulatoire est aussi omniprésente. La cellulite se développe dans le tissu conjonctif, situé entre la peau et les muscles, où circulent les vaisseaux capillaires et se trouvent les fibres collagènes et élastiques. Une augmentation de la perméabilité de la paroi capillaire se traduit par une infiltration d’eau dans le tissu conjonctif et une altération des fibres ci-dessus, qui acquièrent une structure gélatineuse. La cellulite récente a, en effet, une consistance molle et gélatineuse, alors que l’ancienne, sclérosée, devient dure et douloureuse.
Il est possible de:
• diminuer l’infiltrationà l’aide de micronutriments qui fortifient les parois capillaires: la vitamine C et les bioflavonoïdes (hespéridine, rutine, citrine, etc.); ces derniers sont également désignés sous le terme de vitamine P (P comme perméabilité),
• augmenter la tonicité du tissu conjonctif à l’aide de substances qui interviennent dans la synthèse du collagène: vitamine C, cuivre, manganèse, silicium, etc.

Causes alimentaires

Un apport hydrique insuffisant, un excès de sel et de sucre favorisent la rétention hydrique. A l’inverse, une consommation importante de fruits, légumes (riches en potassium, l’antagoniste du sodium) et d’aliments protéiniques maigres produisent l’effet contraire.

- Publicité -