L’estomac en feu

«Chaque année en automne, ainsi que dans les périodes de stress important, mon estomac se rappelle à mon bon souvenir. Aigreurs et brûlures sont à l’ordre du jour. Que me conseillez-vous?»

Il est connu que les saisons intermédiaires (le printemps et l’automne) ne réussissent pas aux estomacs sensibles. Le stress, quant à lui, représente une véritable agression pour le tube digestif. Non seulement il appauvrit l’organisme en vitamines B, indispensables pour l’intégrité des muqueuses digestives, mais de plus il stimule la production de deux hormones, l’adrénaline et le cortisol, qui augmentent la sécrétion gastrique.

Il va de soi qu’une prise en charge nutritionnelle s’avère indispensable. Soyez à l’écoute de votre corps et supprimez sans pitié tout ce qui ne vous réussit pas. D’une manière générale, en période de crise, renoncez au tabac, à l’alcool, au café, aux boissons au cola et à celles gazéifiées (y compris les eaux minérales), aux épices fortes etc… aux chewing-gums, qui augmentent la sécrétion de suc gastrique. Bannissez les fritures, les plats en sauce et les desserts trop riches qui alourdissent l’estomac. Evitez les mets et les boissons bouillants et glacés. Pratiquez l’alimentation dissociée, plus légère, c’est-à-dire consommez séparément les protéines et les féculents.

L’homéopathie, très efficace pour le traitement des gastrites chroniques, ne parvient pas à maîtriser une phase aiguë. Dans ce cas, un médicament allopathique antiacide s’impose. Les médicaments antiacides agissent soit en neutralisant l’hyperacidité de l’estomac, soit en diminuant la sécrétion du suc gastrique. Parmi ces derniers, la ranitidine, sur prescription médicale pendant des années, vient de passer en vente sur conseil du pharmacien, au dosage de 75 mg. Efficace et bien tolérée, elle agit pendant neuf heures. Néanmoins, si ces désagréments digestifs devaient persister au-delà de deux semaines, adressez-vous au médecin.

Si l’homéopathie vous intéresse, voici le traitement que je vous propose, à titre préventif, des mois durant, deux fois par année:

  • Ficus carica bourgeons M.G.1D, 50 gouttes dans un peu d’eau, le matin à jeun.
  • Histaminum 4 CH, 30 gouttes dans la matinée ou l’après-midi.
  • Muqueuse stomacale 4 CH, 1 ampoule 3 fois par semaine, le soir au coucher.
Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

Une cure de jeûne bien équilibrée

En renonçant à toute nourriture solide dans le cadre d'une cure de jeûne, vous offrez une petite pause salutaire à votre organisme. Ce dernier élimine des toxines, se régénère et puise dans ses réserves superflues.

Faut-il craindre un surdosage en micronutriments?

Peut-on faire le «trop-plein» de micronutriments, donc de vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras? Le corps «s'habitue-t-il» à une supplémentation permanente en nutriments?

Entretenir et améliorer sa mémoire

L’homme possède un cerveau très performant, qui lui permet de comprendre des situations et des processus complexes et d’effectuer des tâches difficiles. Sollicitées par...

Une protection douce et efficace

La transpiration est un phénomène normal. Mais lorsqu’elle devient très abondante ou prend une odeur désagréable, la gêne s’installe.

La chirurgie cardiaque : Au cœur du cœur

Le cœur est l’un des organes les plus essentiels du corps humain. Un muscle sensible à nos modes de vie, à nos habitudes de...