Il faut fluidifier!

    Qu’il s’agisse de virus ou de bactéries, ceux-ci se nichent dans les muqueuses des voies respiratoires supérieures (nez, gorge, sinus) ou inférieures (bronches, poumons) pour lesquelles ils ont une affinité particulière. L’infection qui s’y développe entraîne fréquemment une hypersécrétion de mucus, c’est-à-dire une production anormalement élevée de sécrétions souvent très visqueuses qui ne peuvent que difficilement être évacuées.

    Les glaires sont parfois purulentes (infections bactériennes des bronches ou de la sphère ORL) et peuvent même comporter des traces de sang (infections sévères, voir d’urgence un médecin!). Ces mucosités gênent la respiration et provoquent de la toux car leur viscosité empêche le bon fonctionnement des cils vibratiles qui tapissent les muqueuses et qui se chargent normalement de leur «déblayage» régulier.

    Pour faciliter l’expectoration ou pour dégager un nez bouché, il est donc logique de chercher à fluidifier ces sécrétions. Diverses substances et méthodes sont à disposition. On peut avoir recours à des tisanes de plantes médicinales (thym, réglisse, fenouil ou plantain), à des inhalations ou encore à des substances appelées mucolytiques (acéthylcistéine, carbocistéine, bromhexine, chlorure d’ammonium, etc.). Utilisée depuis de nombreuses années déjà, l’acétylcystéine s’est imposée comme l’un des médicaments essentiels pour traiter les toux grasses, les sinusites ou les rhumes présentant une forte sécrétion de mucus. Une action ciblée de l’acétylcystéine sur la structure des protéines contenues dans les mucosités permet d’en réduire la viscosité. Cette substance favorise ainsi l’expectoration des sécrétions et calme le réflexe de la toux. Elle entre également dans la composition de certaines préparations nasales indiquées dans le traitement local du rhume. L’acétylcystéine à prendre en cas de toux grasse est le plus souvent disponible sous forme de comprimés effervescents et de granulés à 200 mg et 600 mg. Chez l’adulte, on recommande de prendre soit 3 x 200 mg, soit 1 x 600 mg par jour. Il est en outre essentiel de boire en grande quantité – par ex. des tisanes – car l’efficacité des mucolytiques est directement liée à la présence suffisante de liquide dans l’organisme.

    En vente en pharmacies et drogueries, l’acétylcystéine est une substance très prisée de l’industrie pharmaceutique: on dénombre près de 20 marques différentes pour ce même médicament!

    - Publicité -