Array

Grossesse

Grossesse et allaitement: répondre à des besoins nutritionnels particuliers

A circonstances particulières, besoins particuliers: pendant la grossesse et l’allaitement, la future maman doit satisfaire aux besoins de deux êtres vivants! Tout en sachant qu’une femme enceinte ne doit pas manger pour deux, il vaut la peine de veiller à certains besoins spécifiques, qui ne sont pas aisés à combler par l’alimentation.

L’importance de l’acide folique est aujourd’hui bien connue. Cette vitamine prévient les malformations du système nerveux central chez le fœtus. Les conséquences d’une carence en acide folique sont notamment le spina-bifida, aussi appelé «dos ouvert». Comme la phase décisive pour la formation du tube neural se situe très tôt dans la grossesse (entre le 18e et le 25e jour, c’est-à-dire à un moment où la femme ne sait pas toujours qu’elle est enceinte), la prise d’acide folique est recommandée lors de la phase préconceptionnelle déjà, puis pendant tout le premier trimestre. Et comme il est difficile d’assurer la couverture des besoins accrus de cette période par l’alimentation (600 mcg par jour), la prise d’un complément alimentaire rend bien service.

Sels minéraux et vitamines

Que l’on soit enceinte ou non et que l’on allaite ou non son bébé, une alimentation en accord avec la pyramide alimentaire est de toute façon recommandable. Mais pour satisfaire aux besoins de la mère et de l’enfant à naître, il vaut la peine de porter une attention particulière à l’apport en calcium, en fer, en zinc et en vitamines B12 et D. Les spécialistes s’accordent à dire que des compléments alimentaires contenant des sels minéraux, des oligo-éléments et des vitamines sont, d’une manière générale, les bienvenus pendant la grossesse et l’allaitement.
L’augmentation du volume sanguin chez la femme enceinte implique des besoins accrus en fer. Cet oligo-élément est en effet un composant important de l’hémoglobine, une protéine qui assure le transport de l’oxygène par les globules rouges. Comme l’anémie n’est pas rare pendant la grossesse et les semaines qui suivent l’accouchement, la consommation d’aliments riches en fer comme la viande rouge est à l’ordre du jour, ainsi que, le cas échéant, le recours à une supplémentation.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles