Grippe: le paracétamol, toujours d’actualité!

Quelle grippe?

Les virus de la grippe comptent donc trois types: le type A, responsable des pandémies, le type B, à l’origine des manifestations saisonnières, et le type C, plus sporadique et donnant lieu à des formes grippales modérées. Etant de la même famille, ces trois types de virus provoquent des symptômes communs: ­fièvre d’apparition brutale, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires.

Des signes respiratoires apparaissent également parfois après quelques jours. Selon la virulence de la souche et le terrain, des complications peuvent alors survenir: bronchite, pneumonie, ainsi que, dans de rares cas, atteintes cardiaques ou neurologiques. La saisonnalité s’explique notamment par une plus grande stabilité du virus dans un environnement froid et sec.

Traitement: la cause ou les symptômes?

Afin d’éviter le développement de résistances, les autorités sanitaires réservent les traitements antiviraux à certains cas compliqués. Pour une large majorité des malades, on corrigera les symptômes par des antipyrétiques (contre la ­fièvre) et des antalgiques (contre les douleurs). Dans ces indications, le paracétamol a fait ses preuves depuis fort longtemps, grâce à sa polyvalence et à sa bonne tolérance. Doté aussi de formes pédiatriques, utilisable chez la femme enceinte, comptant de multiples modes d’administration et dosages, il représente aujourd’hui le traitement de référence du syndrome grippal. Certaines spécialités l’associent à de la vita­mineC pour combattre une fatigue concomitante. Attention, les premiers signes respiratoires doivent amener à consulter.

- Publicité -