Accueil Communiqués de presse Genève s'oriente vers une production cantonale de masques transparents

Genève s’oriente vers une production cantonale de masques transparents

L’Etat, l’entreprise genevoise Jean Gallay, M3 Groupe, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et la start-up HMCARE ont signé, ce mardi 22 décembre 2020, un accord établissant les bases d’une fabrication locale de masques chirurgicaux révolutionnaires en matière de protection sanitaire.

Depuis le début de la crise sanitaire et économique engendrées par la pandémie, l’Etat de Genève n’a eu de cesse de faciliter la mise en relation des parties engagées dans la production locale de masques chirurgicaux entièrement transparents. L’objectif de cette stratégie de rapprochement est de faire en sorte qu’une innovation majeure sur le plan mondial, permettant de se protéger notamment du coronavirus tout en laissant apparaître ses émotions et les expressions de son visage, puisse rapidement voir le jour sur le territoire genevois.

Ce mardi 22 décembre 2020 a été l’occasion de franchir une étape décisive. Les représentant-e-s de l’entrepreneuriat et de la recherche scientifique romande, du secteur industriel genevois et des investissements notamment dans le domaine sanitaire, ainsi que des infrastructures hospitalières du canton ont signé un protocole d’accord afin de sceller formellement leur collaboration et de marquer leur volonté d’ancrer dans le canton de Genève le développement et la fabrication à grande échelle des premiers masques chirurgicaux transparents.

Une note positive dans le contexte sanitaire actuel

“La signature de ce “Memorandum of Understanding” marque le début d’une aventure sanitaire et économique, avec pour perspective la création de nombreux emplois à Genève et la garantie d’un approvisionnement local en masques de nouvelle génération. C’est une excellente nouvelle dans la période morose que nous traversons”, souligne Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat chargée du département de finances et des ressources humaines, ainsi que du développement économique. 

“Notre ambition est de proposer des masques le plus vite possible et au prix le plus bas possible, dans l’espoir que ce produit inédit devienne un nouveau standard mondial sur le plan sanitaire”, relèvent les chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) à l’origine de l’innovation, Thierry Pelet et Sacha Sidjanski, respectivement directeur général et co-fondateur de la société en démarrage HMCARE. 

“Nous devons faire en sorte de retenir et de faire grandir cette technologie novatrice dans le canton de Genève”, résument pour leur part les partenaires industriels et financiers genevois, Laurence de la Serna, administratrice déléguée de Jean-Gallay et Abdallah Chatila, président de M3 Groupe. Par ailleurs, M3 Groupe produira ses propres masques de protection à partir de 2021. Son pôle santé a en effet signé un bail dans les bâtiments du groupe Jean Gallay,  à Plan-les-Ouates. L’entité y installera en début d’année prochaine ses bureaux et ses deux lignes de production. L’association de ce jour avec HMCARE prend ainsi tout son sens.

L’innovation qui répond à d’importants besoins

“En tant que grands consommateurs de masques chirurgicaux, nous exprimons un fort besoin de mesures de protection améliorées sur le plan du contact humain et des relations interpersonnelles davantage adaptées notamment aux soins pédiatriques et à la patientèle souffrant de surdité”, relèvent ceux qui figurent parmi les premiers soutiens à HMCARE et sa nouvelle technologie prometteuse, Bertrand Levrat et Ricardo Avvenenti, respectivement directeur général des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et directeur de la central d’achats et d’ingénierie biomédicale Vaud-Genève.

Le projet de masques chirurgicaux transparents est né à Genève il y a cinq ans. Le concept a initialement été développé par une conteuse active dans le domaine de l’oncologie pédiatrique, pour répondre à la demande de personnes souhaitant maintenir un contact visuel plus satisfaisant avec des enfants malades. Indépendamment de la pandémie du coronavirus, la demande pour des masques chirurgicaux transparents n’a depuis cessé de croître. Le personnel de santé ou les proche-aidants qui s’occupent de personnes âgées ou atteintes de démence, celles en relation avec des personnes vivant avec un handicap auditif, mais aussi les professionnel-le-s de l’industrie des services et de l’événementiel, ont tous et toutes fait état d’un intérêt grandissant pour cette nouvelle génération de masques.

Une disponibilité prévue d’ici à l’été 2021

La société HMCARE, créée en 2020, est la détentrice de la propriété intellectuelle liée au tissu transparent. Elle poursuit actuellement les recherches en vue d’une production industrielle suffisante pour permettre une commercialisation à large échelle. Le masque chirurgical transparent devrait être disponible d’ici à l’été 2021.

Le développement du tissu transparent permettant la fabrication des masques est issu de la recherche de laboratoires de l’EPFL en collaboration avec le laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa). Le tissu est parmi les lauréats 2020 de l’innovation de l’Empa. Deux années de recherche ont été nécessaires pour concilier notamment la transparence, la durabilité et la porosité. Le résultat est une membrane fabriquée à partir d’un polymère spécialement développé pour cette application. La disposition des fibres crée de minuscules espaces qui permettent le passage de l’air mais conservent un pouvoir filtrant.

source : https://www.ge.ch/document/geneve-oriente-production-cantonale-masques-transparents

A lire aussi