Du phosphore pour garantir votre capital osseux

À l’instar du calcium et du magnésium, ce minéral est essentiel à notre organisme. Il participe en effet à de nombreuses réactions chimiques, son rôle principal étant de contribuer à la formation des os et des dents et d’assurer leur solidité tout au long de la vie.

Le phosphore est très abondant dans l’organisme. La majeure partie (85%) se trouve dans les os et les dents, le reste étant réparti dans les tissus musculaires et le cerveau. Ce sel minéral fonctionne généralement en duo avec le calcium, tous deux s’équilibrent pour que nous restions en bonne santé.

Son rôle

Dans notre organisme, il se présente sous forme de phosphates (phosphate de calcium, de sodium ou de potassium). Le phosphore, avec la calcium, assure une bonne densité minérale osseuse. C’est également un composant essentiel des phospholipides, les graisses contenues dans les membranes cellulaires.

De plus, il contribue à la synthèse d’adénosine triphosphate (ATP), qui fournit l’énergie nécessaire aux réactions chimiques du métabolisme, à la division cellulaire ou encore au transport des espèces chimiques dans l’organisme. Enfin, le phosphore permet de stabiliser le pH sanguin, en neutralisant les excès alcalins ou acides.

Où le trouver?

Partout! Le phosphore se trouve dans la plupart des aliments riches en protéines tels que les produits laitiers, certains fromages (pâtes dures et bleus), la viande, le poisson, les œufs et les fruits de mer. On en trouve également en grande quantité dans les fruits oléagineux (noix, amande, noisette), les graines (tournesol, chia, sésame, pavot, etc.), les légumineuses (haricots et lentilles), les germes de soja et le chocolat.

Les apports nutritionnels conseillés sont de 700 mg à 800 mg par jour pour les adultes (1250 mg pour les adolescents).

En cas de déséquilibre…

Parce qu’il est présent dans de nombreux aliments, la carence alimentaire en phosphore n’existe pas lorsque l’on conserve une alimentation variée et équilibrée. Certains médicaments (pansements gastriques) ou certaines pathologies (acidocétose diabétique, intoxication alcoolique aiguë) peuvent cependant le neutraliser.

Dans ce cas, la carence se traduit par une fatigue, une faiblesse musculaire, une perte d’appétit, des douleurs aux os et des engourdissements. Une supplémentation en phosphore (+ 250 mg par jour) est parfois recommandée pour préserver le capital osseux, assurer une bonne croissance ou lutter contre la fatigue.

Le surdosage est rare, mais possible. Lorsque le phosphore n’est plus éliminé correctement (notamment en cas d’insuffisance rénale chronique), le taux de phosphore dans le sang augmente (ce que l’on appelle une hyperphosphatémie). Il se dépose alors dans divers tissus, tels que les articulations, les muscles, les yeux, les valves cardiaques et les vaisseaux sanguins. Le métabolisme du calcium et la minéralisation osseuse s’en trouvent perturbés. On observe généralement une diminution du taux sanguin de calcium en parallèle et le risque de fracture augmente.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles