Crèmes antirides: mythe ou réalité?

Je ne suis pas convaincue de l’efficacité des crèmes antirides. Qu’en est-il au juste?

J’estime qu’on peut faire confiance aux cosmétiques antiaging, à la condition de ne pas leur demander des miracles. Ils ne peuvent certes pas effacer les rides profondes, mais, moyennant une utilisation régulière, ils atténuent et repoussent les marques du temps tout en conférant à la peau éclat et douceur. Cette précieuse enveloppe corporelle doit être sans cesse choyée; desséchée et/ou déshydratée, elle flétrit et se marque prématurément. Les soins cosmétiques antiaging contiennent des actifs antiradicalaires (vitamines C et E, coenzyme Q10, etc.), nourrissants (huiles d’onagre, de jojoba, etc.), hydratants (allantoïne, acide hyaluronique, etc.), restructurants (collagène, etc.), exfoliants (acides de fruits, etc.). . . En ce qui me concerne, en toute saison, je préfère les crèmes de jour contenant  un filtre solaire, car, même par temps couvert, 88 % des rayons ultraviolets atteignent la surface du globe. Chaque fois que cela est possible, j’aime jouer avec la synergie de la voie interne et de l’usage externe. On obtiendra les meilleurs résultats en ingérant et en appliquant sur la peau, à titre d’exemple, l’huile d’onagre ou la coenzyme Q10. Dans la même optique, j’offre volontiers à mon épiderme un soin au collagène, mais, en parallèle, je fournis à mon corps les substances qui interviennent dans la synthèse de cette substance (vitamine C, silicium, zinc, etc.).

- Publicité -