Accueil Vie Ménopause Comprendre son corps à l'arrivée de la ménopause

Comprendre son corps à l’arrivée de la ménopause

La ménopause est un cap important dans la vie d’une femme. Dans certaines sociétés, elle est vécue comme une délivrance. Ailleurs, elle est considérée comme un premier pas vers la vieillesse, souvent difficile à franchir. Pour appréhender au mieux cette étape, l’idéal est de s’informer, d’en parler et d’adapter son hygiène de vie.

Savoir reconnaître les symptômes

La ménopause se manifeste différemment chez chaque femme. Le plus souvent, elle s’accompagne de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes, d’insomnie, de sautes d’humeur, de sécheresse vaginale et parfois d’infections urinaires. Il est intéressant de constater que les désagréments physiques liés à la fin des règles diffèrent selon les régions.

Dans les pays méditerranéens, les bouffées de chaleur sont monnaie courante, alors qu’au Japon, les symptômes sont quasi inexistants. Une série de facteurs peuvent expliquer ces disparités, comme le régime alimentaire très riche en soja des Japonaises. Les différences génétiques ou même les attitudes sociales et psychologiques face au vieillissement influent également sur le déroulement de la ménopause.

Accepter le changement

La ménopause ne doit pas être vécue comme un choc. Toutes les femmes savent que ce moment viendra. C’est pourquoi, dès l’entrée dans la quarantaine, il est important de se préparer au mieux à ce véritable bouleversement, tant physique que psychique. Pour ce faire, il est essentiel de bien s’informer, que ce soit via la littérature spécialisée, en discutant avec des amies déjà passées par ce cap, ou en consultant un spécialiste.

Adapter son hygiène de vie

L’arrêt des menstruations peut être vécu comme une période assez éprouvante, notamment si l’on dort trop peu. C’est pourquoi il est nécessaire d’adapter son hygiène de vie: faire de l’exercice régulièrement permet de lutter contre l’anxiété et les troubles du sommeil. De plus, en maintenant la densité osseuse, l’activité physique réduit les risques d’ostéoporose, particulièrement accrus durant cette période du cycle hormonal.

Il faut également relever que les besoins nutritionnels varient en fonction de l’âge. Une femme en pré-ménopause devrait absorber quotidiennement 1’000 à 1’500 milligrammes de calcium pour pallier le risque d’ostéoporose. La vitamine D, qui favorise l’assimilation du calcium, doit impérativement être intégrée dans le régime alimentaire d’une femme dès les premiers signes de la fin des règles.

A lire aussi

Hygiène buccale avec .  .  . CB12® Une haleine sûre pendant 12 heures

Jusqu’à 50% des personnes souffrent  d’une mauvaise haleine. Dans environ 90% des cas, elle trouve son origine dans la cavité buccale. Les bactéries qui...

Biostimol: le plein d’énergie en 12 jours seulement

Biostimol est un médicament indiqué en cas de fatigue prononcée et généralisée, particulièrement en cas de convalescence après une longue maladie, pour le traitement...

Burgerstein sun Protection solaire interne

Grâce à sa composition associant des caroténoïdes naturels et des antioxydants de haute valeur, Burgerstein sun soutient les processus de réparation et favorise un...

Nello

Bonjour, Dans une société où tout est low cost, pourquoi ne pas inventer un abo fitness low cost pour permettre à tous d'aller faire du...

10.06.2013 – Les pharmaciens soutiennent le dossier électronique du patient

pharmaSuisse, la Société Suisse des Pharmaciens, se félicite de l’approbation par le Conseil fédéral du projet de loi sur le dossier électronique du patient....