Array

Comment soulager le rhume et en éviter les complications

Notamment en automne et en hiver, 200 rhinovirus guettent nos voies respiratoires. Pas évident d’échapper au rhume ou rhinite virale, qui est extrêmement contagieux et pour lequel (contrairement à la grippe) il n’existe aucun vaccin. Les adultes en contractent en moyenne 2 ou 3 par année, les enfants bien davantage.

Miser sur la prévention

Une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes frais, constitue le premier rempart contre le rhume et autres maladies de refroidissement. Des suppléments des plantes ou micronutriments immunostimulants (échinacée, vitamine C, zinc, acides aminés, etc.) représentent des atouts supplémentaires.

Contrairement à une idée reçue, le froid ne provoque pas directement le rhume, mais il crée un milieu favorable à celui-ci, en affaiblissant le système immunitaire et les muqueuses respiratoires. Il en va de même vec l’ensoleillement insuffisant, la fatigue, le stress et le manque de sommeil, d’autres facteurs de baisse de l’immunité.

Lorsque le rhume est là, il est possible d’en soulager les symptômes en adoptant les mesures suivantes:
• boire beaucoup, notamment des boissons chaudes, pour diluer le virus Comment soulager le rhume et en éviter les complications et en faciliter l’élimination,
• faire des inhalations de vapeurs chaudes additionnées d’huiles essentielles (thym, eucalyptus, etc.),
• humidifier l’habitat,
• appliquer ou ingérer des médicaments à l’effet vasoconstricteur.

Faut-il se méfier des gouttes nasales?

Avoir recours, en cas de rhume, à des gouttes nasales ou à d’autres topiques (spray, gel, etc.) n’est pas un geste anodin. En tant que spécialiste du médicament, vous savez comment le rendre bénéfique en évitant les effets indésirables.
Le tissu conjonctif de la muqueuse nasale est traversé par de nombreux vaisseaux sanguins; leur dilatation due au rhume entraîne un gonflement rapide de cette muqueuse, une production excessive de mucus et une obstruction nasale. Obligée à prendre la relève pour la respiration, la bouche n’est toutefois pas en mesure d’humidifier l’air inspiré. Ainsi, la respiration buccale a tendance à irriter et à dessécher le larynx et les bronches.

 

Des bienfaits bien réels

En provoquant le rétrécissement des vaisseaux (vasoconstriction) et une diminution des sécrétions, les topiques nasaux décongestionnent rapidement la muqueuse et dégagent le nez facilitant la respiration de façon durable. A titre d’exemple, l’oxymétazoline agit en 1 minute et pendant 12 heures. Tout en soulageant les symptômes du rhume, les topiques nasaux aident à prévenir d’autres affections respiratoires. Appliqués le soir, ils freinent l’écoulement dans l’arrière-gorge en prévenant la toux nocturne réflexe et les maux de gorge au réveil.

Aucun problème lors d’emploi de courte durée

L’emploi des topiques nasaux doit être de courte durée: une semaine au maximum. Au-delà de ce laps de temps, ces médicaments peuvent, d’un côté, entraîner une certaine accoutumance (d’où la nécessité d’une application toujours renouvelée) et, de l’autre, être à l’origine d’une rhinite sèche, caractérisée par la formation de croûtes et des difficultés respiratoires.
A noter que les restrictions ci-dessus ne concernent pas les produits à base de solution physiologique ou d’eau de mer stérilisée. Cependant, ceux-ci s’avèrent nettement moins efficaces dans le traitement du rhume.
Les médicaments vasoconstricteurs par voie orale complètent, si nécessaire, le traitement topique.

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles