Burgerstein Phosphatidyl-Serin PS – pour améliorer la capacité de performance cérébrale

Burgerstein Phosphatidyl-Serin PS est offert dans le commerce au prix de vente non obligatoire de CHF 54.- Le contenu (90 capsules) suffit pour un mois à raison d’une prise journalière de 300 mg.

La phosphatidylsérine (PS) est un phospholipide présent naturellement. Comme constituant de la charpente de base des membranes plasmiques cellulaires, la PS est essentielle pour la mobilité et l’activité fonctionnelle de toutes les cellules de l’organisme humain. Son importance est extrême dans le cerveau où elle se trouve à des concentrations particulièrement élevées dans les membranes des neurones et joue un rôle majeur dans la transmission des signaux.

Un apport supplémentaire de PS sous forme de complément nutritionnel est possible pour toutes les tranches d’âge. Cette supplémentation est indiquée pour soutenir les facultés mentales de performance (concentration, capacité d’apprentissage, mémoire) et pour augmenter la résistance au stress lors de trop fortes sollicitations au plan mental et physique (quotidiennes, professionnelles, sportives, examens). En outre, des résultats intéressants ont été observés dans une étude interventionnelle chez les enfants, associant la PS aux DHA et EPA dans le THADA (trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention).

La PS est fournie par l’alimentation (surtout à partir des abats), ou synthétisée par le corps.

Pour cette synthèse endogène de la PS, notre organisme a besoin des éléments structurels que sont la L-sérine, le glycérophosphate et deux acides gras.

La consommation d’aliments riches en PS tels que les abats (foie, riens, rate) et la charcuterie est réduite de nos jours pour répondre à une nourriture “saine”. Envers de la médaille: cette alimentation, à vrai dire adéquate, pauvre en graisses animales et cholestérol, fait que  l’apport journalier nécessaire de 200 à 300 mg de PS n’est souvent plus satisfait actuellement. D’où l’intérêt d’un apport extérieur sous forme de supplément.

En raison des discussions autour de l’encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la vache folle, mais aussi vu la mauvaise récupération de PS à partir du cerveau des bovins, on a recours à la PS en provenance des graines de soja. Certes, la PS du soja n’a pas une structure identique à 100 % à celle de la PS animale, mais des études récentes ont pu confirmer une efficacité comparable.

La PS exogène peut traverser la barrière hémato-encéphalique et pénétrer ainsi dans le cerveau où elle va déployer son action. La PS est bien tolérée et n’exerce pas d’effets secondaires significatifs connus. Les dosages recommandés sont dans la fourchette de 100 à 300 mg par jour. Pour optimiser son absorption, il est recommandé de la prendre, comme pour tous les micronutriments liposolubles, au cours d’un repas contenant des graisses.

(1) Kato-Kataoka A et al. Soybean-derived phosphatidylserine improves memory function of the elderly Japanese subjects with memory complaints. J Clin Biochem Nutr. 2010;47:246-255.

(2) Benton D et al., The influence of phosphatidylserine supplementation on mood and heart rate when faced with an acute stressor. Nutr Neurosci. 2001;4(3):169-178.

(3) Starks MA et al, The effects of phosphatidylserine on endocrine response to moderate intensity exercise, J Int Soc Sports Nutr. 2008;5:11-17.

(4) Vaisman N, Kaysar N, Zaruk-Adasha Y et al. Correlation between changes in blood fatty acid composition and visual sustained attention performance in children with inattention: effect of dietary n-3 fatty acids containing phospholipids. Am J Clin Nutr. 2008;87:1170-80.

(5) Rosadini G et al. Phosphatidylserine: quanitative EEG effects in healthy volunteers. Neuropsychobiol. 1991;24:42-48.

(6) Monteleone P et al. Effects of phosphatidylserine on the neuroendocrine response to physical stress in humans. Neuroendocrinol. 1990;52:243-248.

www.burgerstein.ch

Articles Liés

- Publicité -

Derniers articles