Accueil Sports & Loisirs Blessures sportives Blessures des articulations: il suffit d’un instant d’inattention…

Blessures des articulations: il suffit d’un instant d’inattention…

Parmi les plus de 200 formes de rhumatismes que l’on recense, les plus fréquentes (55%) sont les ab- ou périarticulaires, qui concernent les parties molles entourant les articulations (muscles, tendons, ligaments). Elles sont les plus touchées par les blessures sportives et accidentelles (entorses, contusions, claquages musculaires, etc.).

Articulations: miser sur la prévention

Les sportifs chevronnés pèchent parfois par excès de confiance et font l’impasse sur l’échauffement et le stretching nécessaires aux articulations.
Les sportifs du dimanche, quant à eux, notamment les randonneurs, se laissent parfois distraire par la beauté du paysage en éloignant le regard des aspérités du sol… qu’ils finissent par rejoindre!
Bien s’hydrater, s’alimenter correctement, se munir d’un matériel adéquat et de bonne qualité représentent des mesures préventives dont l’efficacité n’est pas négligeable.

Et si malgré tout l’accident se produit…

Dans les meilleurs délais, il faut stopper l’activité, surélever le membre blessé, appliquer un bandage de soutien légèrement compressif et de la glace.
L’étape suivante consiste à appliquer et à ingérer un médicament antalgique/ anti-inflammatoire (ibuprofène, diclofénac).
Les mêmes substances peuvent, en effet, être employées par voie externe (pommade, gel à l’effet refroidissant, tissugel) et interne, leur synergie donne les meilleurs résultats. Les tissugels ou plasters à base de diclofénac sont flexibles et autoadhésifs. Ils présentent l’avantage de libérer progressivement le principe actif et d’avoir ainsi une action nettement plus durable.
Une application quotidienne sur les articulations douloureuses suffit. En outre, ils permettent d’éviter les désagréments du contact direct de la glace avec la peau (brûlure, picotements).
Il existe également un tissugel associant le diclofénac à l’héparine, indiqué lors d’hématome et d’oedème (très fréquents lors de blessures accidentelles!), dont il accélère la guérison. Il agit rapidement et en profondeur tout en permettant de renoncer au massage, contre-indiqué dans ces cas.
Le traitement dépend de la gravité des symptômes; il ne devrait toutefois pas dépasser les 10 jours.

Vous trouverez davantage d’informations sur:
www.blessuressportives.ch

Rita Ducret-Costa
Rédactrice en chef de vitamag®, pharmacienne diplômée de l’Université de Bologne, nutritionniste et homéopathe.

A lire aussi

La recherche en Suisse aide à combattre la tuberculose

Berne (ots) - Au 22e symposium sur la tuberculose de la Ligue pulmonaire à Münchenwiler, des experts nationaux et internationaux ont discuté des derniers...

Les doigts en souffrance

Picotements, engourdissements, fourmillements ou décharges électriques dans les doigts… Les premiers symptômes du syndrome du canal carpien ne sont pas particulièrement pénibles. Mais il ne faut pas attendre les complications pour intervenir!

Un supplément de vitamines? Oui, mais pas n?importe lequel!

Si vous souffrez de fatigue, lassitude ou baisse de concentration, il se peut que vous songiez, tout naturellement, à un supplément de vitamines. Mais comment bien choisir dans la vaste gamme disponible en pharmacie et droguerie?

Protection solaire de qualité optimale

La peau, notre plus grand organe, est chargée de nombreuses fonctions de protection. Comparée à la peau de l'adulte, celle de l'enfant est plus...

Profiter des bienfaits des acides gras oméga-3

On entend de plus en plus parler des oméga-3. A juste titre, car leurs bienfaits sont fort nombreux et clairement établis.