Accueil Vie Mon animal & moi Au secours, mon chat a des parasites !

Au secours, mon chat a des parasites !

Votre petit compagnon peut parfois abriter malgré lui des parasites. Ceux-ci peuvent se développer dans son corps, ou bien proliférer au sein de sa fourrure. Dans les deux cas, il faut agir vite pour éviter que ces nuisibles entraînent des problèmes de santé.

Si votre chat présente des troubles digestifs ou qu’il se gratte frénétiquement, c’est peut-être le signe d’une infection parasitaire. Pour soulager votre animal et enrayer l’infection rapidement, une visite chez le vétérinaire s’impose.

Les parasites internes

Des vers peuvent se développer dans le système digestif de votre chat (plus rarement, dans l’appareil respiratoire, le cœur ou les yeux de l’animal). La contamination fait généralement suite à l’ingestion de larves ou d’œufs présents dans l’environnement, ou transmis par d’autres nuisibles (rats, puces).

La présence de vers entraîne la plupart du temps des troubles digestifs (diarrhées, vomissements), une toux, une perte de poids, voire la mort dans les cas les plus extrêmes (par occlusion ou perforation intestinale). Dans le cas du ténia, outre un amaigrissement soudain et des diarrhées, l’infection peut être repérée par la présence d’anneaux dans les selles de l’animal.

En cas de symptômes, consultez rapidement votre vétérinaire (en apportant, si possible, un échantillon de selles). La prescription d’un vermifuge suffit généralement à se débarrasser de ces parasites indésirables. En prévention, la vermifugation est indispensable et doit être effectuée quatre fois par an (deux fois par an peuvent suffire si votre compagnon ne sort jamais de la maison).

parasites chat
Les parasites sont plus fréquents chez les chats qui sortent souvent.

Les parasites externes

Le chat est généralement touché par trois parasites externes : la puce, l’ortodecte cynotis (un acarien responsable de la gale) et l’aoûtat. Les tiques sont plus rares chez le chat, sauf s’il aime explorer les hautes herbes.

Les puces sont de petits insectes bruns, de 2 à 4 millimètres. Elles sont hématophages et sont très présentes entre fin mars et fin octobre. Leurs piqûres provoquent de sévères démangeaisons, des papules et des croûtes. Votre chat se lèche plus fréquemment.

Le parasite à l’origine de la gale prolifère, quant à lui, dans le conduit auditif. Il provoque une inflammation avec une importante production de cérumen, particulièrement odorant et de couleur foncée. Dans ce cas, le chat se gratte et secoue la tête assez souvent.

Enfin, les aoûtats se logent dans les zones où la peau est la plus fine. Ils entraînent eux aussi d’intenses démangeaisons et des lésions dues au grattage.

Pour prévenir l’infestation, il est essentiel d’adopter des règles d’hygiènes simples. Pour commencer, contrôlez régulièrement les oreilles et le pelage de votre chat. Nettoyez fréquemment les endroits fréquentés par votre animal, ainsi que ses couvertures favorites. Votre vétérinaire vous prescrira un anti-parasite, sous forme de spray à pulvériser, de collier pré-traité ou bien de traitement oral.

A lire aussi

Combattre la transpiration sous les bras

Combattre la transpiration sous les bras n'est pas chose facile. Il faut dire que ce mécanisme dû au système nerveux autonome est...

Les oméga-3, les alliés santé de notre cerveau

Hypotenseurs, hypolipidémiants, anticoagulants: ces propriétés des acides oméga-3 sont scientifiquement établies et largement connues. Moins connu, mais non moins important, est le rôle des...

La population suisse se nourrit de manière peu équilibrée

En Suisse, on mange plus de viande que recommandé, mais trop peu de produits laitiers. C’est ce que révèlent les derniers résultats de l’étude...

Votre santé, notre priorité

Chères lectrices, chers lecteurs, L’accueil très positif que vous avez réservé au vitamag® magazine guide 2015 nous a beaucoup touchés. Vos suggestions intéressantes nous ont...

Halibut® les 60 ans d’histoire d’une marque aussi intemporelle que vivante

Depuis près de 200 ans, l’huile de foie de poisson est considérée comme une source de santé issue de la mer, grâce à sa haute teneur en vitamines naturelles A et D. Malgré une alimentation grasse et riche en protéines et un taux de cholestérol très élevé, les Inuits ne souffraient pratiquement pas de maladies cardio-vasculaires ou cérébro-vasculaires, ni de troubles circulatoires. Les chercheurs ont découvert que ce phénomène était lié à la prise d’extrait froid de foie de poisson, l’huile. En 1824, les scientifiques allemands ont découvert les excellentes vertus de l’huile de foie de poisson contre le rachitisme. Au milieu du XXe siècle, un agent actif appelé vitamine D put être isolé de l’huile de poisson.