Accueil Vie Mon animal & moi Animal et bébé: une cohabitation bénéfique

Animal et bébé: une cohabitation bénéfique

De nombreux futurs parents s’interrogent sur les risques potentiels que peut représenter leur animal de compagnie pour leur bébé à naître. L’inquiétude est d’autant plus grande lorsqu’il s’agit d’un chien; les chats sont en effet de nature plus craintive face à ce nouvel arrivant. Et pourtant, il se trouve qu’un chien à la maison s’avère très bénéfique pour la santé de bébé!

Les symptômes infectieux respiratoires sont courants au cours de la première année de vie. Ils sont généralement causés par un virus (le rhinovirus humain étant le pathogène le plus courant). La fréquentation de la crèche, les frères et sœurs plus âgés et le manque d’allaitement ont d’ores et déjà été identifiés comme étant des facteurs pouvant favoriser les infections des voies respiratoires précoces. La présence d’un animal à ses côtés, en particulier un chien, pourrait en revanche permettre à l’enfant d’être moins malade.

Moins d’infections respiratoires

Une étude finlandaise, menée en 2012, rapporte que vivre aux côtés d’un animal de compagnie, notamment un chien, protégerait l’enfant de nombreuses infections au cours de sa première année. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont suivi près de 400 enfants, depuis la grossesse de la mère jusqu’à l’âge d’un an. L’objectif était de répertorier la fréquence des infections respiratoires et les éventuels contacts de l’enfant avec des animaux.

Chaque semaine, les parents devaient renseigner un journal de bord, dans lequel était consigné chaque maladie de l’enfant et ses symptômes, ainsi que le temps passé par leur animal (chien ou chat, s’ils en avaient un) au sein du foyer. Résultat: les enfants ayant des chiens à la maison ont eu moins d’infections des voies respiratoires que les autres enfants. Ils ont développé moins de toux, d’otites et de rhinites et ont eu besoin de moins d’antibiotiques au cours de leur première année.

Un compagnon qui stimule le système immunitaire

Ces résultats soutiennent la théorie selon laquelle au cours de la première année de vie, les contacts avec les animaux sont importants. Ceux-ci semblent conférer une meilleure résistance aux maladies respiratoires infectieuses pendant l’enfance.

Les données ont montré également que les enfants vivant avec un chien qui passe peu de temps dans la maison (6 heures ou moins) affichaient le plus faible risque d’infections. L’explication? Ces chiens qui passent beaucoup de temps dehors rapportent beaucoup plus de saletés et de bactéries au sein du foyer.

Or, la quantité de saleté est susceptible d’être corrélée à la diversité bactérienne dans le milieu de vie. Et cette diversité permet de stimuler le système immunitaire de l’enfant. «La présence du chien fait mûrir le système immunitaire du jeune enfant, ce qui lui permet de subir de moins fréquentes et de moins longues infections », explique Eija Bergroth, pédiatre et principale auteure de l’étude.

Vous pourrez donc remercier votre fidèle compagnon: sa présence évitera peut-être quelques consultations d’urgence chez le pédiatre…

A lire aussi