Aïe, mes cheveux!

La chute des cheveux est considérée comme normale lorsqu’elle concerne 50 à 100 cheveux par jour. Au-delà de ces valeurs, elle peut aboutir à la calvitie ou alopécie.

On distingue l’alopécie androgénétique et l’alopécie diffuse. La première, à nette prédominance masculine, est caractérisée par une prédisposition héréditaire et une sensibilité accrue des follicules pilaires aux hormones mâles, qui influencent négativement la croissance capillaire. L’alopécie diffuse, quant à elle, peut être causée par de multiples facteurs: carences nutritionnelles, stress, irradiations, dérèglement de la glande thyroïde, prise de certains médicaments (dont les contraceptifs oraux), déficit en œstrogènes (accouchement, ménopause), etc.

Lors d’alopécie androgénétique, des traitements hormonaux (finastéride chez l’homme, acétate de cyprotérone chez la femme) et l’application locale de minoxidil, peuvent être envisagés. Leurs résultats sont très variables.

Les reconstituants capillaires par voie interne représentent l’option de premier choix en cas d’alopécie diffuse. Riches en acides aminés soufrés, kératine, vitamines B, oligo-éléments, etc., ils normalisent la chute des cheveux et en favorisent la repousse, à la condition d’être pris durant 3 à 6 mois. Il va de soi que les préparations hautement dosées sont à privilégier.

- Publicité -