Aïe, aïe, aïe, j’ai mal!

Chaque douleur a sa propre signification, son niveau de gravité, donc de ce fait un traitement adapté. En dévalant les pistes de ski, par exemple, il est nécessaire de contracter les muscles des jambes pour se stabiliser et tourner. Cette activité peut entraîner de fortes douleurs musculaires. Celles-ci sont également parfois dues à un étirement trop intense.

Lors d’une séance de stretching ou d’assouplissement, les muscles étirés picotent ou tremblent. Ces symptômes annoncent un danger: il faut diminuer l’intensité de l’étirement. En effet, l’étirement d’un muscle, tout comme la contraction, crée des microlésions.

Après le sport, il est essentiel de consacrer du temps à la remise en forme des muscles et des articulations.

Comment éviter ces douleurs et réagir en cas de coup dur?

Les conséquences des inflammations musculaires et articulaires peuvent être aiguës ou chroniques. On les retrouve sous plusieurs noms, tels que torticolis, lumbago, sciatique, rhumatismes, contusions ou élongations.

L’arsenal thérapeutique pour lutter contre la douleur est assez vaste, tant au niveau des dernières innovations issues de la recherche, que des médicaments plus anciens, qui ont largement fait leurs preuves.

Les analgésiques ou antalgiques, qui ne traitent pas le malade, sont utilisés uniquement pour rendre la douleur plus supportable. Le périmètre de choix de ces médicaments s’étend des plus basiques, comme le paracétamol ou l’aspirine, aux plus forts, comme les dérivés de la morphine.

En association à la voie orale, des crèmes ou gels à appliquer de façon locale, peuvent également être utilisés.

De cette manière, on agit à la fois grâce au ­principe actif et au massage.

La majorité des principes actifs sont des anti-inflammatoires, dits AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens), tels que l’acide salicylique, le diclofénac ou l’ibuprofène. Ils possèdent un effet analgésique et anti-inflammatoire.

Les huiles essentielles, telles que le camphre et le menthol, sont aussi des composants de certaines crèmes anti-inflammatoires. Elles stimulent la circulation sanguine et provoquent un échauffement local. Un autre principe actif, intéressant et déjà utilisé du temps de nos grands-parents, est l’acide formique, qui agit comme stimulant. La stimulation basale est un concept qui permet d’activer les sensations corporelles. Dans la vie quotidienne, la stimulation basale est naturelle lors des mouvements de tous les jours. En revanche, si une articulation est immobilisée, un muscle blessé, ou lorsque la personne est alitée, la stimulation ne peut plus se faire mécaniquement. Elle doit se produire autrement, grâce à des crèmes à base d’acide formique par exemple. L’acide formique permet d’effectuer des massages efficaces; il soulage la douleur en chauffant la peau et les muscles, ce qui provoque une sensation de «fourmillement». Apaisant, relaxant ou encore vitalisant, le massage a également de nombreuses vertus, qui aident à renouer avec des sensations tactiles très agréables.

- Publicité -