Article n° 1360 | Edition n° 9 | 1996

Vaincre le diabète

La plupart des maladies de notre époque sont étroitement liées à notre façon de nous alimenter. Le diabète non insulino-dépendant en est un des exemples les plus typiques.

Certains oligo-éléments sont pourvus d'un effet régulateur sur la glycémie

Le diabète est une maladie caractérisée par une glycémie trop élevée, provoquée par une sécrétion insuffisante d’insuline par le pancréas. Le rôle de cette hormone est de faire baisser le taux hématique du glucose. Mais la sécrétion d’insuline peut être insuffisante, soit parce que le pancréas n’en fabrique pas assez, soit parce que les besoins du corps sont anormalement importants.

Diabète du jeune et diabète gras

Dans le premier cas, il s’agit du diabète insulino-dépendant : les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas qui produisent l’insuline sont détruites, sans doute à la suite d’une anomalie du fonctionnement du système immunitaire. Cette anomalie est d’origine héréditaire et aucun régime ne peut la corriger. Le diabète insulino-dépendant survient déjà chez le sujet jeune et requiert une thérapie précise et un régime très strict. Dans le second cas, le pancréas fabrique, au moins au début de la maladie, une quantité normale d’insuline, mais les tissus en exigent davantage. C’est le diabète non insulino-dépendant, moins grave et beaucoup plus répandu. Il s’agit aussi d’une maladie familiale, mais fortement influencée par des facteurs nutritionnels. Ce diabète est en effet plus fréquent chez les personnes souffrant d’une surcharge pondérale et un régime amaigrissant peut souvent à lui seul permettre de le contrôler. Le diabète non insulino-dépendant, qui est d’ailleurs aussi appelé « diabète gras », apparaît en général après la cinquantaine. Lorsque cette maladie est associée à un poids excessif, la première chose à faire est d’adopter un régime amaigrissant équilibré. La deuxième mesure concerne évidemment la suppression du sucre pur et des douceurs, qui peuvent être remplacés par des édulcorants ou des produits édulcorés artificiellement.

Fibres, protéines...

Selon des découvertes plus récentes, les sucres raffinés (pain, pâtes et riz blancs) devraient être limités autant que possible et remplacés par des céréales et des produits céréaliers complets. Ceux-ci contiennent des fibres qui contrecarrent l’assimilation intestinale du glucose et des substances minérales qui, comme nous le verrons plus loin, exercent un effet régulateur sur la glycémie. Riches en sucres, mais aussi en fibres et en minéraux, les fruits doivent être consommés raisonnablement, mais pas supprimés par le diabétique. Les légumes, également intéressants par leur teneur en fibres et en minéraux et de surcroît par leur très faible apport calorique, doivent être inscrits quotidiennement au menu, en quantité suffisante. L’oignon mérite tout particulièrement d’être mentionné. En effet, il contient une substance, la glucoquinine, qui a une parenté chimique avec l’insuline et agit en synergie avec celle-ci. Sont aussi à privilégier les aliments protéiniques maigres (notamment volailles, poissons, laitages partiellement écrémés et tofu), dont les acides aminés sont nécessaires pour la synthèse de l’insuline. Diminuer la consommation des graisses est une autre mesure nutritionnelle indispensable lors de diabète, même lorsque celui-ci ne s’accompagne pas d’embonpoint. En effet, l’association dans le sang d’un excès de sucre et d’un excès de graisses et de cholestérol multiplie les risques d’athérosclérose, qui est responsable à son tour des complications du diabète.

... et levure de bière.

Un complément alimentaire de grande valeur pour le diabétique est la levure de bière. Celle-ci contient environ 50 % de protéines aussi complètes que celles d’origine animale et la totalité des minéraux et des oligo-éléments. Parmi ces derniers, le chrome (dont la levure est la meilleure source naturelle) a la propriété de potentialiser l’effet de l’insuline. Le manganèse et le zinc sont aussi pourvus d’un effet régulateur sur la glycémie. En poudre, flocons ou comprimés, la levure de bière peut être intégrée quotidiennement à l’alimentation. L’hyperuricémie et la goutte représentent les seules contre-indications à la prise régulière de ce complément alimentaire, celui-ci étant riche en acide urique.

L’effet hypoglycémiant des oligo-éléments susmentionnés a été découvert dernièrement et presque par hasard. Un rongeur du désert australien, le rat des sables, présente en laboratoire du diabète qui disparaît lorsque l’animal est replacé dans son milieu naturel. Quel élément clé, manquant en laboratoire, ce rat trouve-t-il dans la brousse ? Des analyses approfondies ont révélé que c’est le chrome, lié dans un composé organique, le « facteur de tolérance au glucose » ou « FTG », qui potentialise les effets de l’insuline. La plante contenant suffisamment de chrome pour protéger l’animal est une variété locale de betterave, riche aussi en manganèse et en zinc.

Phytothérapie et homéopathie

De nombreuses plantes courantes sous nos cieux sont connues de longue date pour leur pouvoir hypoglycémiant. Ce sont la bardane, la myrtille, l’olivier et l’ortie. L’homéopathie, quant à elle, propose la teinture mère de mûrier ou de myrtille (Morus nigra ou Mirtillus T.M.) pourvues toutes les deux d’un effet régulateur sur la glycémie et les ampoules buvables de Pancréas en dilution 4 CH, qui augmentent la production d’insuline. La posologie conseillée est de 50 gouttes de la première dans un grand verre d’eau le matin à jeun et de 3 ampoules par semaine du deuxième produit, en cure de deux mois, à renouveler. Enfin, une activité physique régulière (par exemple une demi-heure de marche, de vélo ou de natation, 3 à 4 fois par semaine) est vivement recommandée. Durant l’effort, le corps consomme son glucose sanguin comme source d’énergie, tout en brûlant des calories. Comme nous l’avons vu, une prise en charge nutritionnelle et une amélioration de l’hygiène de vie sont irremplaçables lors de diabète. La phytothérapie et l’homéopathie constituent des mesures d’appoint très valables à côté des médicaments hypoglycémiants traditionnels sur prescription.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • vitaexpress No | Edition no 92 2015
    Equilibre alimentaire: plus c’est tôt, mieux ça vaut…

    Les légumes, c’est bon pour la santé… Hélas, combien d’enfants se fichent éperdument de leur santé et ne raisonnent qu’en fonction du goût des aliments? Soyons honnêtes: nous aussi, enfants, ne nous sommes pas souciés du capital- santé hérité à la naissance, avons souvent cédé à l’attrait des bonbons, des pommes chips et des limonades, avons adoré le fast food… Et nous voilà parents, parfois quelque peu désemparés, mais tout autant motivés que les nôtres l’ont été. A juste titre, car c’est pendant l’enfance et l’adolescence que le corps se construit et constitue ses réserves pour la vie (à titre d’exemple, c’est avant 20 ans que le squelette gagne le plus en solidité et densité). Dès lors, comment s’y prendre? Le parcours du gagnant Pendant la croissance, l’organisme est particulièrement friand de vitamines, minéraux et oligo-éléments, nécessaires pour toutes les réactions biochimiques qui le caractérisent, de protéines, son matériel de construction, ainsi que de glucides, sources, entre autres, d’énergie. Pour couvrir leurs besoins nutritionnels accrus, nos chérubins doivent consommer quotidiennement des fruits, des légumes, des laitages, des aliments protéiniques pauvres en graisses (viandes maigres, oeufs, etc.), ainsi que des céréales complètes et dérivés. Un yogourt, un fruit, un ballon complet, des fruits secs et oléagineux constituent des collations idéales. Les mets et plats d’origine industrielle, trop gras, ainsi que très riches en sucre et en sel, ne seront consommés qu’occasionnellement. Et si, en dépit de nos efforts, l’équilibre alimentaire de nos enfants laisse à désirer? Si, par exemple, ils ont un appétit insuffisant ou refusent catégoriquement certains aliments? Pas de panique! A tout âge, les compléments alimentaires rendent des précieux services. Dans l’assortiment de préparations prévues à cet effet, sont à privilégier celles qui contiennent des principes actifs aisément assimilables et ont été élaborées selon des critères «orthomoléculaires» (elles sont exemptes d’additifs étrangers à l’organisme). ----------------------------------------------------------- Document-pdf  

  • Article No | Edition no 92 2015
    Mesurer sa tension artérielle: il faut y penser!

    En Suisse, un adulte sur quatre est hypertendu, un sur deux à partir de 60 ans. Généralement, l’hypertension ne se fait pas sentir, de sorte que nombre de personnes touchées n’en sont pas conscientes. Les conséquences peuvent être fatales. Les experts parlent d’un «tueur silencieux et invisible». D’une part, le coeur souffre de ’hypertension car elle fait que le myocarde doit forcer anormalement pour pomper le sang, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque. D’autre part, elle endommage les vaisseaux, avec à la clé attaque cérébrale, infarctus du myocarde ou démence vasculaire. Il est indispensable de prendre la tension Étant donné que l’hypertension artérielle ne fait pas mal et ne cause aucun symptôme, il est indispensable de prendre sa tension pour en avoir le coeur net. Même des personnes jeunes peuvent être hypertendues, la Fondation Suisse de Cardiologie recommande donc de contrôler sa tension une fois par an à partir de 18 ans, que ce soit chez le médecin, en pharmacie ou chez soi avec un tensiomètre. Si le résultat est trop élevé, c’est-à-dire supérieur à 140/90 mmHg, il faut consulter un médecin. En effet, si l’hypertension est diagnostiquée précocement et ramenée à la normale, le risque d’attaque cérébrale et d’autres maladies cardio-vasculaires diminue. De bonnes possibilités de traitement Le plus souvent, on ne sait pas pourquoi quelqu’un est hypertendu. Mais l’hypertension n’est pas seulement une fatalité: un mode de vie sain permet à chacun d’agir préventivement. En font partie: consommer le sel avec parcimonie, réduire l’excès de poids, avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, ne pas fumer et réduire le stress. Si ces mesures ne suffisent pas, il existe aujourd’hui de bons raitements médicamenteux. La rédaction en collaboration avec la Fondation Suisse de Cardiologie

  • En tête à tête avec... No | Edition no 92 2015
    Un cycliste pas comme les autres!

    Peter Sagan Le vélo est sa passion. Assoiffé de victoires, il aime le show! Né en 1990 à Zilina, ce talentueux cycliste slovaque, connu pour ses arrivées originales et acrobatiques, se distingue à l’âge de sept ans, quand il gagne une course en VTT avec un vélo de qualité médiocre emprunté à sa soeur. Aujourd’hui, Peter Sagan est considéré comme l’un des cyclistes les plus prometteurs de sa génération. D’où provient votre passion pour le vélo? Pourquoi ce sport et pas un autre? Enfant, j’ai essayé plusieurs sports, notamment le football. Finalement, c’est le vélo qui a «touché mon coeur». Avec mon frère aîné, Juraj, j’ai débuté par le VTT avant de passer au cyclisme sur route. Vous êtes jeune. Vous avez déjà obtenu de nombreuses victoires. Laquelle est particulièrement gravée dans votre mémoire? Chaque victoire est unique pour moi! Mais toutes ces récompenses et ces trophées font déjà partie du passé. J’essaie toujours de me projeter dans l’avenir et de me concentrer sur mes prochains objectifs. En 2015 vous avez intégré une nouvelle équipe. Quels objectifs avez-vous pour cette saison et pour le Tour de France? Rêvez-vous du maillot jaune? Je suis maintenant sous contrat avec Tinkoff-Saxo et suis très content de ce choix. Je veux réussir les classiques du printemps, puis conquérir pour la quatrième fois consécutive le maillot vert au Tour de France. Gagner le maillot jaune? Qui n’en rêve pas! Votre frère fait partie de la même équipe que vous. Que signifie sa présence à vos côtés? Juraj est un cycliste accompli, ainsi qu’une personne très responsable. Il m’a toujours aidé. Nous sommes très complices. Combien d’heures en moyenne passez-vous sur votre vélo? Je passe en moyenne 3 à 4 heures par jour sur ma selle, ce qui représente environ 30'000 kilomètres par an. Surnommé «Tourminator», vous aimez amuser le public en franchissant la ligne d’arrivée à la Forrest Gump? D’où vient cette inspiration? Cela me vient spontanément. Qui sait? Peut-être qu’un jour je deviendrai acteur… Compte tenu de votre entraînement intensif, que faites-vous pour vous maintenir en bonne santé? Une alimentation équilibrée, une vie saine et la récupération font partie de mon quotidien. Propos recueillis par Zuzana Baghin, www.vitamag.ch

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept