Article n° 4287 | Edition n° 92 | 2015

Une période particulière, des besoins particuliers

S’il y a une période où la prise d’un supplément de vitamines et minéraux est importante, c’est bien la grossesse. Il en va de même pour l’allaitement. Les besoins nutritionnels de la femme enceinte et allaitante sont, en effet, nettement plus élevés que la norme, de manière telle qu’il n’est pas aisé de les couvrir uniquement par l’alimentation. Et il est évidemment déconseillé de manger pour deux, car cela engendrerait une prise pondérale dangereuse autant pour la future maman que pour le foetus.

Une grossesse, ça se prépare

La préparation optimale d’une grossesse se résume en quelques mesures. La femme doit arrêter le contraceptif oral 3 à 6 mois avant la date planifiée de conception et le remplacer par un autre moyen contraceptif. Parallèlement, elle adoptera une alimentation équilibrée et aura recours à un supplément multivitaminé et multiminéral, riche en acide folique, vitamine D, calcium, magnésium et fer, qui l’accompagnera tout au long de sa grossesse et même pendant l’allaitement.

Cette dernière mesure est particulièrement importante chez la femme ayant pratiqué la contraception orale, celle-ci étant à même de perturber le métabolisme de l’acide folique, ainsi que des vitamines B6, B12 et C.

L’importance de l’acide folique

Les besoins en acide folique augmentent considérablement durant la grossesse. Le déficit peut se traduire par des malformations foetales du système nerveux (moelle épinière et cerveau). Or, la formation du système nerveux de l’embryon a lieu entre la 2e et la 4e semaine de la grossesse, c’est-àdire à un moment où la femme ignore le plus souvent qu’elle est enceinte. Il est donc conseillé à toute femme souhaitant une grossesse d’intégrer un supplément d’acide folique, en comprimés ou capsules, idéalement sous forme d’un complexe multivitaminé. Et ce, si possible, 4 semaines avant la conception.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Vous êtes enceinte, vous allaitez? Mot d’ordre: l’équilibre nutritionnel!

    Le verdict est tombé: dans un peu moins de 9 mois, vous allez devenir maman. Dès maintenant, votre alimentation et votre mode de vie acquièrent une importance particulière: non seulement votre santé, mais aussi celle de votre bébé est dans vos mains. Manger deux fois plus? Non, mais deux fois mieux! Alors que les besoins caloriques augmentent d’à peine 300 calories par jour dès le deuxième trimestre, ceux en protéines et micronutriments s’accroissent de 50 à 100%. Evidemment, manger pour deux n’est pas la bonne solution, car cela entraînerait une prise pondérale dangereuse autant pour la future maman que pour le bébé à venir. En revanche, il est grand temps de privilégier la qualité (légumes et fruits frais, céréales et produits céréaliers complets, légumineuses, viandes maigres, poisson, laitages, oeufs, huiles pressées à froid) et de renoncer aux calories vides (sucreries et boissons alcoolisées, ces dernières étant, de surcroît, potentiellement très néfastes pour le foetus). La deuxième mesure, irremplaçable, consiste à adopter un supplément nutritionnel équilibré. En effet, le régime de la plupart des femmes enceintes ne couvre pas leurs besoins accrus, notamment en acide folique, vitamine D, fer, calcium, magnésium et zinc. Les deux tiers des futures mamans présentent des symptômes de déficits nutritionnels portant sur un ou plusieurs nutriments. Une préparation correctement dosée en vitamines, minéraux et oligo-éléments peut aider à prévenir un bon nombre de problèmes, à savoir: • chez la femme, fatigue, anémie, etc.; • chez le bébé, malformations de la colonne vertébrale, naissance prématurée, poids insuffisant, développement inadéquat du squelette et des dents, etc. Après l’accouchement, une telle préparation permet de réapprovisionner le stock nutritionnel épuisé durant la grossesse et de couvrir les besoins accrus de l’allaitement tout en maintenant les réserves nécessaires pour soutenir la fabrication du lait. Savez-vous que: … le poisson est bénéfique pour le développement du cerveau et de la rétine du foetus? … plus de 300 mg de caféine par jour, soit l’équivalent de 3 tasses de café, augmentent les risques de fausse couche? … l’enfant d’une mère fumeuse peut souffrir de troubles de la croissance et de performances intellectuelles amoindries?

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept