Article n° 1432 | Edition n° 14 | 1998

Une huile aux milles vertus

Disponible depuis peu en pharmacie et en droguerie, l’huile de pépins de cassis (en capsules), se profile déjà parmi les compléments alimentaires les plus intéressants.

Il s’agit de l’huile la mieux équilibrée entre les deux familles d’acides gras polyinsaturés (AGP): les oméga-6 (d’origine essentiellement végétale) et les oméga-3 (notamment d’origine animale). Entre autres, elle constitue la deuxième meilleure source d’acide gammalinolénique (après la bourrache) et c’est la seule huile végétale à contenir l’acide stéaridonique (dont le poisson est riche). L’acide gammalinolénique (GLA) exerce de multiples fonctions:

  • Il induit une baisse du cholestérol;
  • Il lutte contre les rhumatismes inflammatoires;
  • Il soulage le syndrome prémenstruel et les troubles de la ménopause;
  • Il lubrifie les peaux sèches et/ou vieillies prématurément.

L’acide stéaridonique (SA) est un des principaux constituants des cellules nerveuses du cerveau et de la rétine et sa présence en quantité adéquate est gage de tonus intellectuel et de bonne acuité visuelle.

Le GLA et le SA sont fabriqués par notre organisme. Néanmoins, leur synthèse est contrecarrée par de nombreux facteurs: le vieillissement, le stress, al prise de corticoïdes, des mauvaises habitudes alimentaires telles que l’excès de cholestérol, de graisses saturées, de sucre et d’alcool, des déficits nutritionnels (notamment en magnésium) et certaines pathologies (le diabète, les infections virales et la défiances hépatique).

Il est aisé d’en déduire que le supplément d’huile de pépins de cassis est justifié, soit si l’on souffre d’une affection censée être soulagée par un ou plusieurs de ses AGP, soit si l’on se trouve dans une situation décrite comme l’ennemie du GLA et du SA.

Quel que soit le résultat recherché, une cure de longue haleine, soit de trois à six mois, s’impose.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Des nutriments bénéfiques pour les yeux

    La nutrithérapie joue un rôle primordial dans la prévention et/ou la thérapie des maladies oculaires. La photophobie (hypersensibilité à la lumière) avec larmoiement peut être rattachée à la carence en vitamine B2. Cette affection est parfois accompagnée par une sensation de sable dans les yeux. La photophobie avec sécheresse oculaire est, quant à elle, provoquée par le déficit en vitamine A. La carence sévère en cette vitamine  est la cause de la xérophtalmie, une maladie consistant en un assèchement de la conjonctive et de la cornée. La même carence est à l’origine de l’héméralopie, appelée également «cécité nocturne», qui se manifeste par la diminution de la vision en lumière basse (crépuscule, éclairage faible). Causes possibles de cécité Des troubles de la vision et l’irritation oculaire figurent parmi les premiers symptômes du diabète. En l’absence d’un traitement adéquat, ces troubles peuvent évoluer vers des lésions graves, voire irréversibles, de la rétine. La rétinopathie diabétique constitue la première cause de cécité dans les pays occidentaux. La cataracte est l’opacification partielle ou totale du cristallin, responsable d’une baisse progressive de la vision. La cataracte du sujet âgé pouvant être assimilée au vieillissement du cristallin, donc à une maladie de dégénérescence oxydative, sa prévention repose sur un apport optimal de substances antioxydantes: la vitamine A, le bêta-carotène, la lutéine, les vitamines C et E, le zinc, le sélénium, le coenzyme Q10, etc. Les mêmes mesures sont valables en cas de dégénérescence maculaire, pathologie caractérisée par une atteinte d’une zone rétinienne, la macula. Elle représente l’une des causes principales de cécité après 50 ans. Enfin, le glaucome se caractérise par une élévation de la pression intraoculaire avec atteinte du nerf optique, pouvant également aboutir à la cécité. Une consommation abusive de caféine favorise l’apparition et l’évolution de cette affection oculaire.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Lorsque la quantité n’a rien à voir avec la qualité

    En nutrithérapie, le terme «nutriments» désigne les substances présentes dans les aliments, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. On distingue les macronutriments et les micronutriments. Les macronutriments, qui fournissent de l’énergie, comprennent les protéines, les glucides et les lipides. Avec l’eau, ils constituent 98% des aliments. Les micronutriments, quant à eux, ne fournissent pas d’énergie et sont nécessaires à l’organisme en petites ou très petites quantités, mais, loin d’être moins importants, ils revêtent un rôle majeur dans tous les processus biochimiques qui s’opèrent dans le corps: la synthèse de nouvelles cellules, la régulation du système immunitaire, la transmission neuromusculaire, la contraction musculaire… et tant d’autres. Les micronutriments regroupent les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras. Notre corps est incapable de synthétiser la grande majorité des micronutriments (parmi les rares exceptions, citons la vitamine D, ainsi que les acides aminés et acides gras non essentiels), d’où l’importance vitale d’un apport constant et équilibré de ceux-ci via les aliments. Ingérer, ce n’est pas assimiler De nombreux facteurs contrecarrent l’assimilation des micronutriments ingérés: les troubles digestifs qui en amoindrissent l’assimilation gastro-intestinale, les métaux toxiques provenant de l’environnement qui inactivent des enzymes et bloquent des processus métaboliques, des carences qui entraînent d’autres carences, etc. A ces éléments s’ajoutent les «voleurs de micronutriments», tels que le stress, le tabagisme, la maladie ou le vieillissement, qui contribuent à épuiser nos réserves. Il n'en faut guère plus pour que les maladies s’installent. Carences nutritionnelles et maladies De très nombreuses carences nutritionnelles aboutissent à des phénomènes pathologiques. A titre d’exemple, la carence en calcium et vitamine D peut être responsable de l’ostéoporose et, celle en magnésium, de maladies cardiaques. Les micronutriments vont certainement nous réserver encore de belles surprises…

  • Article No | Edition no 92 2015
    Soulager la fibromyalgie

    Considéré autrefois comme un troublepsychosomatique, la fibromyalgie est à présent reconnue comme une maladie à part entière, dont on ignore les causes et qui demeure incurable à l'heure actuelle. La fibromyalgie est une maladie rhumatismale chronique, à nette prédominance féminine. Contrairement à l’arthrose et l’arthrite, elle ne touche pas les articulations, mais les parties molles qui les entourent: les ligaments, les tendons et les muscles. Les principales caractéristiques de la fibromyalgie sont la douleur, pouvant aller de la gêne à des souffrances insoutenables, et la fatigue. D’autres symptômes courants sont un sommeil de mauvaise qualité, des difficultés de concentration et des troubles digestifs. La fibromyalgie peut survenir soudainement sans cause apparente, mais se manifeste le plus souvent après un traumatisme physique ou psychique (accident, intervention chirurgicale, accouchement, deuil, etc.). A défaut de la guérir, de nombreuses mesures peuvent soulager la fibromyalgie, à savoir: maîtriser le stress, pratiquer la pensée positive, s’imposer une activité physique douce et régulière, s’accorder du repos après l’effort, privilégier la chaleur sous toutes ses formes. Les antidépresseurs représentent les médicaments les plus prescrits et les plus efficaces pour le traitement de cette maladie. Dans les cas les moins lourds, le millepertuis, un antidépresseur végétal, parvient à soulager les symptômes. Les analgésiques en vente libre peuvent s’avérer efficaces pour certaines personnes et n’avoir aucun effet pour d’autres. Il en va de même pour l’acupuncture. En appoint aux mesures ci-dessus, la nutrithérapie propose: • le calcium et le magnésium, très efficaces lors de troubles nerveux, de l’humeur et du sommeil; le second est, en outre, pourvu de propriétés myorelaxantes; • les vitamines B, qui étoffent le moral, améliorent la mémoire et participent au processus de la digestion; • les acides aminés, qui luttent contre la fatigue physique et nerveuse, notamment la L-carnitine, qui donne de l’énergie tout en fortifiant les muscles; • la vitamine E, qui combat également la faiblesse musculaire.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept