Article n° 894 | Edition n° 65 | 2009

Un an pour découvrir l'océan Atlantique en voilier

Je me présente, Stéphanie Grivel, 29 ans. J'ai pris une année sabbatique pour voyager. Mon mode de déplacement est un peu particulier: un voilier, qui s'appelle Yodara. C'est un rêve partagé avec mon ami, Thierry Fellay, 33 ans. Notre escapade a commencé en sep­tembre 2008.

Nous souhaitons, durant cette année, vous relater nos aventures, mais aussi vous décrire comment nous vivons sur un bateau. Nous espérons aussi découvrir pour vous des endroits insolites ou magiques. Prêts pour un bout d'aventure?

Amarres larguées

Départ le 14 septembre 2008 de Loctudy, en Bretagne. Nous commençons par la première difficulté: la traversée du golfe de Gascogne. Trois jours et trois nuits loin de toute côte, toute assistance et toute communication avec la terre. Nous sommes en totale autonomie. Nous nous relayons toutes les deux heures, jour comme nuit, pour barrer le bateau et surveiller les alentours. Impossible de s'arrêter en haute mer, il y en a toujours un qui veille, durant son «quart». Notre sommeil est donc limité à une heure ­environ, rythme difficile à prendre. Et puis, le mal de mer s'invite à bord. Nous suivons toutes les recommandations d'usage, mais prenons des comprimés homéopathiques pour conserver toutes nos capacités mentales. 17 septembre, 3 heures du matin, nous arrivons au port de la Corogne (Espagne). Nous sommes très fatigués, courbaturés, contusionnés, mais heureux! Nous songeons à cette longue nuit de sommeil réparateur qui nous attend.

Direction le Sud

Nous longeons les côtes espagnoles et portugaises, riches en abris rêvés pour un bateau. Nous pouvons ainsi adopter un rythme plus tranquille et nous arrêter pour passer la nuit. Nous immobilisons le bateau sur son ancre, à quelques dizaines de mètres des plages, ou allons dans les ports. Un trésor parmi ces paysages est l'île Cie (Ria de Vigo, Espagne). Certainement un repaire de divinités, tellement la beauté résonne dans chacun des arbres.

Il est déjà temps de regagner Yodara et continuer notre route, direction les îles de l'Atlantique. A bientôt!
www.yodara.ch


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Stéphanie Grivel

Articles similaires

  • Article No | Edition no 94 2017
    Ménopause: réagir au lieu de subir

    S'il y a une période dans la vie de la femme qui «jouit» d’une sinistre réputation, c’est bien la ménopause. A juste titre, car elle peut être accompagnée par une foule de désagréments physiques et psychiques: bouffées de chaleur, transpiration excessive, douleurs articulaires, sécheresse vaginale, baisse de la libido, fatigue, déprime. Mais, contrairement à leurs grand-mères, qui subissaient la ménopause comme un mal inévitable, les femmes d’aujourd’hui disposent de nombreux moyens pour soulager ces symptômes.   Une femme sur quatre est épargnée par les troubles de la ménopause. Parmi les moins chanceuses, certaines en souffrent au point de devoir recourir à un traitement de substitution hormonale. Mais, dans la majorité des cas, des approches thérapeutiques douces apportent le soulagement souhaité.   La reine des plantes médicinales Gorgée des vertus les plus diverses, la sauge mérite le prix de l’excellence dans le traitement des troubles de la ménopause. Déjà utilisée dans l’Antiquité pour soulager différents troubles féminins, elle s’est avérée particulièrement efficace en cas de bouffées de chaleur et d’hypertranspiration. Son action se manifeste quelques jours, voire deux semaines après le début de la prise. La sauge peut être ingérée en infusion, en grande quantité, ou sous la forme plus pratique de comprimés ou de gouttes.   Et encore… La nutrithérapie propose l’acide gamma-linolénique (huile de bourrache ou d’onagre) et la vitamine E, qui soulagent aussi bien les bouffées de chaleur et l’irritation vaginale que la fatigue et l’humeur dépressive. En homéopathie, deux remèdes aux modalités très différentes, Lachesis et Sepia, rivalisent en efficacité et se profilent comme traitement de fond. Le premier convient aux femmes très excitées, nerveuses et hyperactives, le second, à celles qui souffrent de déprime et d’épuisement. En appoint, d’autres médicaments homéopathiques soulagent des symptômes très spécifiques: Glonoïnum (battements violents dans les artères du crâne et du cou), Sanguinaria (afflux de sang à la tête et à la poitrine avec joues brûlantes),Veratrum (sueurs froides abondantes), Sulfur (mains et pieds brûlants), etc.

  • Article No | Edition no 93 2016
    Quels remèdes contre les troubles de la ménopause?

    Parlant de la ménopause, il y a un avant et un après, mais surtout un pendant qui se caractérise par des troubles plus ou moins gênants, qui affectent la qualité de vie… et la vie tout court! La périménopause, soit les quelques mois ou années qui précèdent et suivent la ménopause, se caractérise souvent par des troubles plus ou moins sévères, qui, même s’ils ne sont pas dangereux, n’en demeurent pas moins pénibles. La ménopause est la disparition physiologique des règles, due à des modifications hormonales typiques d’un certain âge, en général autour de la cinquantaine. Les bouffées de chaleur et l’hypertranspiration figurent en bonne place parmi les symptômes typiques: désagréables quand on se trouve en société, ces accès peuvent aussi fortement perturber la qualité du sommeil. Parmi les autres symptômes, on citera la sécheresse de la peau et des muqueuses, ainsi qu’une irritabilité parfois très marquée. Que faire dans ces cas-là? Des remèdes naturels contre les bouffées de chaleur Pour la droguiste Jeanine Wagner, «la sauge est sans conteste la plante régulatrice hormonale des bouffées de chaleur. Je conseille également l’actée à grappes (Cimicifuga), l’onagre ou la bourrache comme traitement de fond, pour réguler les hormones. Le houblon est très utile lors de bouffées de chaleur avec nervosité, anxiété et troubles du sommeil. Le mélilot est, quant à lui, la plante idéale pour décongestionner, par exemple lors de bouffées de chaleur nocturnes». Jeanine Wagner a aussi parfois recours à l’homéopathie avec les souches Lachesis, Cactus grandiflorus, Glonoinum, Sanguinaria ou encore Sepia. Un mélange spagyrique avec Aconitum, Rauwolfia et Belladonna peut être également préparé en fonction des besoins individuels de chaque femme. La substitution hormonale Conduit par le ou la gynécologue, un traitement de substitution hormonale est la variante médicamenteuse parfois inévitable pour prendre la mesure des troubles liés à la ménopause. Mais il serait faux de se contenter de l’option médicaments. La ménopause est aussi une phase de vie qui invite les femmes à se donner du temps pour parler, réfléchir à l’avenir et apprécier ce que la vie leur a accordé jusque-là.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Y a-t-il autant de ménopauses que de femmes?

    Soyons clairs: la ménopause prive la femme de sa fertilité, mais pas de sa beauté ou de sa féminité. Il s’agit certes d’une période qui peut comporter des difficultés, mais qui est suivie, le plus souvent, par des décennies épanouies. On parle de ménopause une année après la disparition des règles, qui coïncide avec la cessation complète de l’activité ovarienne. Elle est précédée par la périménopause, caractérisée par la baisse de la production de la progestérone. La ménopause se produit en moyenne à 52 ans, une année et deux mois plus tôt pour les fumeuses. Nous ne sommes pas toutes égales face à la ménopause Les très redoutés troubles de la ménopause (et de la périménopause) sont notamment les bouffées de chaleur et la transpiration excessive; en font partie aussi la sécheresse vaginale, la tendance à la prise pondérale, l’humeur dépressive, la fatigue, l’insomnie et les douleurs articulaires. Une bonne nouvelle: 25 à 30% des femmes ne ressentent aucun désagrément; pour les moins chanceuses, les troubles se manifestent à des degrés très différents. Dans la majorité des cas, ceux-ci sont soulagés par des règles hygiéno-diététiques (alimentation riche en phyto-oestrogènes – voir tableau –, activité physique en plein air) et par des thérapies douces, telles que la phytothérapie et l’homéopathie. Universelle et millénaire sauge Déjà utilisée dans l’Antiquité, considérée au Moyen Age comme la panacée des plantes médicinales, appréciée par la médecine populaire qui lui consacre des célèbres dictons («Celui qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin», «Comment l’homme peut-il mourir si la sauge pousse dans son jardin?», la plante que le phytothérapeute Jean-Jacques Descamps appelle «la merveilleuse sauge» fait preuve d’une efficacité remarquable lors de troubles de la ménopause, en particulier les bouffées de chaleur et l’hypertranspiration.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept