Article n° 4890 | Edition n° 96 | 2018

Un accident est si vite arrivé…

Les parties molles entourant les articulations (tendons, ligaments, muscles) sont les plus touchées lors d’accidents.

Un échauffement insuffisant, un matériel inadéquat, l’envie de se surpasser ou tout simplement un instant d’inattention… et l’accident est là. Cela concerne autant le sportif chevronné que le promeneur du dimanche dont le regard est plus souvent attiré par le paysage que par le sol inégal. Le plaisir est certes gâché, mais il existe des moyens pour soulager les symptômes pénibles et accélérer le processus de guérison, qu’il s’agisse d’entorses, luxations ou contusions.

Les premiers gestes, irremplaçables

Dans les meilleurs délais, il faut stopper l’activité, surélever le membre blessé, appliquer un bandage de soutien légèrement compressif et de la glace.

L’étape suivante consiste à appliquer et à ingérer un médicament antalgique/anti-inflammatoire. Les mêmes substances peuvent, en effet, être employées par voie externe (pommade, gel à l’effet refroidissant) et interne (comprimés, gouttes) et leur synergie donne les meilleurs résultats.

Les anti-inflammatoires de synthèse sont certes efficaces, mais il existe des alternatives naturelles, phyto-homéopathiques, très valables.

L’union (des plantes médicinales homéopathiques) fait la force

Qui ne connaît pas l’arnica (Arnica montana), le remède souverain des traumatismes, qui apaise la douleur et favorise la cicatrisation? Chamomilla recutita, Hypericum perforatum et Aconitum napellus sont également pourvues de propriétés antalgiques, Calendula officinalis, Symphytum officinale et Bellis perennis, d’une action cicatrisante.
Atropa belladonna agit particulièrement bien en cas de douleur aiguë, rougeur marquée, chaleur brûlante et tuméfaction. Sa combinaison avec Achillea millefolium, Bellis perennis et Hamamelis n’a pas d’égale pour réguler la coagulation sanguine et soigner les hématomes.

Et après la guérison…

Vérifier attentivement son équipement, reprendre l’entraînement progressivement, ne jamais faire l’impasse sur l’échauffement et le stretching, bien s’hydrater, privilégier les antioxydants, qui neutralisent les radicaux libres produits par l’effort intense: autant de mesures pour se faire du bien… sans se faire mal!

Document PDF

 

Publicité


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept