Article n° 4331 | Edition n° 92 | 2015

Toux, quand tu nous tiens!

«Au niveau des bronches, le refroidissement est à l’origine de ce qu’on appelle la bronchite aiguë», précise le Dr Eric Breitenstein, pneumologue.

Souvent liée à un refroidissement des voies respiratoires supérieures, la toux peut facilement s’installer pendant deux à trois semaines et rendre la vie pénible, de jour comme de nuit. S’en débarrasser prend donc un certain temps et l’aide d’un médicament est souvent la bienvenue.

Le refroidissement typique peut débuter par un rhume ou une gorge «qui gratte». Les virus responsables colonisent les muqueuses du nez, de la gorge et des bronches avec plus ou moins de force et de réussite. S’il est «en forme», notre système immunitaire est parfaitement en mesure de combattre ces agents pathogènes. Prenez-endonc soin! Dormez suffisamment, veillez à un apport suffisant en vitamines, minéraux et oligoéléments et faites régulièrement de l’exercice, aussi en plein air.

Bronchite aiguë

Le Dr Eric Breitenstein, pneumologue, précise qu’«au niveau des bronches, le refroidissement est à l’origine de ce qu’on appelle la bronchite aiguë. Dans la grande majorité des cas, la cause en est virale. En général, les patients souffrent d’abord d’une infection virale des voies aériennes supérieures, telles que pharyngite (inflammation de la gorge) ou rhume, puis de l’apparition d’une toux sèche due à l’irritation. Si l’inflammation se propage dans les bronches, la toux devient humide et productive, avec des expectorations plus ou moins colorées. Après la phase d’expectoration, la toux redevient sèche, puis disparaît. La guérison est donc normalement spontanée.

A titre de traitement symptomatique, je recommande un mucolytique (expectorant), qui peut aider à fluidifier les sécrétions. Si nécessaire, un médicament antitussif calme le réflexe de la toux, en particulier pendant la nuit.»

En complément, on veillera toujours à boire suffisamment, par exemple une tisane pectorale ou encore une tisane de thym, de tilleul ou de guimauve.

D’une manière générale, des inhalations, des frictions ou un bon bain chaud peuvent également contribuer à soulager les symptômes des refroidissements.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Isabelle Hulmann

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Ne laissons pas l’insomnie gâcher… le tiers de notre vie!

    Selon des estimations récentes, nous dormons en moyenne une heure en moins qu’il y a 20 ans, alors que la fréquence des burnouts ne cesse de croître. Rien d’étonnant à cela: notre style de vie frénétique, avec cette course effrénée à la productivité, nous amène à sacrifier ce qui est, à nos yeux, une perte de temps. Et pourtant… Nous passons environ le tiers de notre vie dans les bras de Morphée! Un sommeil qualitativement ou quantitativement suffisant est une condition sine qua non pour rester en bonne santé, alors que l’insomnie, à moyen ou long terme, est à l’origine des troubles les plus divers: fatigue chronique, difficultés de concentration, baisse de l’immunité, problèmes gastro-intestinaux, hypertension, dépressions, etc. Agir sans tarder Le traitement de l’insomnie fait appel, d’un côté, à la suppression de sa cause (stress, abus de nicotine et de caféine, sédentarité, trouble organique, tel que douleurs ou toux, nuisances sonores, etc.) et, de l’autre, à l’acquisition de bonnes mesures hygiéno-diététiques. En font partie la relaxation, la pratique de la pensée positive, une activité physique douce et régulière, ainsi que, bien sûr, une alimentation équilibrée. La prise d’un hypnotique ne devrait être envisagée qu’en cas d’échec des mesures susmentionnées. Les somnifères en vente libre sont d’origine végétale (valériane, passiflore, mélisse, etc.) ou synthétique (antihistaminiques, comme p. ex. la diphénhydramine). Les premiers sont bien tolérés, mais destinés aux insomnies légères, les seconds, plus efficaces. La diphénhydramine, en particulier, présente plusieurs avantages: une action rapide entraînant l’endormissement 15 à 30 minutes après la prise, une élimination après 4 à 6 heures assurant un réveil aisé, et une bonne tolérance. Elle représente une solution valable dans l’insomnie transitoire ou occasionnelle. Une insomnie persistante (qui dure plus de 2 à 3 semaines) relève de la consultation médicale.

  • vitaexpress No | Edition no 87 2013
    Un double objectif: calmer la toux et faciliter l’expectoration

    Le plus souvent, la toux est l’un des symptômes du refroidissement, c’est-à-dire d’une infection virale, généralement bégnine et très fréquente en automne et en hiver. Deux éléments rassurants sont, d’une part, que la toux est nécessaire à la guérison, puisqu’elle est un réflexe naturel de nettoyage des voies respiratoires et, d’autre part, que son apparition constitue la dernière étape de la maladie, durant laquelle le mucus produit dans les poumons et les cavités nasales est expectoré. Toux sèche ou toux grasse? La grande question! «Votre toux est-elle grasse ou sèche?» Une question très fréquemment posée, car cruciale, en pharmacie ou en droguerie. Elle permet de distinguer la toux servant à expulser des éléments intrabronchiques (toux grasse ou productive), phénomène qu’il ne faut pas chercher à stopper mais, au contraire, qu’il faut faciliter, et la toux qui n’expectore rien (toux irritative ou sèche) et qui est, par conséquent, inutile et à bloquer rapidement. Lors d’un refroidissement, la toux apparaît en général d’abord sous une forme irritative, avant d’évoluer en toux grasse. L’inflammation qui survient dans les bronches entraîne une production accrue de mucus visqueux, qui gêne considérablement le système de nettoyage. L’organisme réagit alors par la toux, afin de favoriser ce nettoyage. La toux, une ennemie du sommeil Les accès de toux, en plus d’être désagréables, perturbent le sommeil, diminuant ainsi les performances du lendemain. Le traitement devrait donc à la fois faciliter l’expectoration du mucus visqueux en le fluidifiant et produire un effet sédatif pour calmer le réflexe de la toux et permettre des nuits de sommeil réparatrices. Des préparations combinent des principes actifs aux effets mucolytique (comme l’acétylcystéine) et sédatif (comme la chlorphénamine, qui a également des propriétés antiallergiques): ainsi, la toux est apaisée pour un meilleur sommeil et les voies respiratoires libérées. Conjointement, il est conseillé de boire deux litres d’eau ou de tisanes antitussives (thym, guimauve, etc.) par jour, pour aider à la fluidification du mucus, et assurer une humidité de l’air suffisante chez soi. -------------------------------------------------------------------------------- Document PDF    

  • Article No 3200 | Edition no 76 2011
    L'«équilibre» de la toux

    Prenons une toux virale, caractéristique d'un refroidissement: pour se protéger, les voies aériennes commencent tout d'abord par sécréter du mucus, qui encapsule les agents pathologiques. Irritantes, les mucosités provoquent l'envie de tousser, favorisant ainsi l'élimination des virus. Parfois, ces mucosités sont trop épaisses et difficiles à déloger. La toux devient tellement violente qu'elle risque d'endommager les voies aériennes, tout en engendrant douleurs et nuits blanches. Fragilisées, les voies aériennes se réinfecteront plus facilement… Un véritable cercle vicieux. Il est donc essentiel de soigner à temps une toux de refroidissement. Fluidifier les mucosités Pour accélérer la guérison, il faut favoriser la fluidification des mucosités, ce qui facilitera leur expectoration. Très efficaces, des inhalations ou cataplasmes pectoraux, à répéter plusieurs fois par jour, sont, hélas, difficilement compatibles avec une vie professionnelle. Plus faciles d'emploi au travail: les tisanes ou autres préparations à base d'actifs fluidifiants (p. ex. la carbocistéine). Calmer la toux, si nécessaire Un sirop qui calme la toux, à prendre le soir, permet de stopper les quintes nocturnes et assure une bonne nuit de sommeil.

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept