Article n° 4688 | Edition n° 94 | 2017

Sport: le revers de la médaille

Une mauvaise préparation, un manque d’échauffement, un équipement non adapté et même une alimentation déséquilibrée peuvent être à l’origine de blessures sportives.

Le sport est bénéfique pour le système cardiovasculaire, l’appareil locomoteur, la ligne, les neurones, et j’en passe. Mais sa pratique peut s’accompagner de blessures de gravité variable (courbatures, entorses, élongations, claquages, fractures, etc.)

 

Miser sur la prévention

L’activité choisie doit être adaptée à ses capacités et à ses limites, l’entraînement progressif, le matériel adéquat et de bonne qualité. Chaque séance sera précédée par un échauffement et suivie par des étirements.

Une alimentation saine et équilibrée fournit les incontournables antioxydants, (bêta-carotène, vitamine C et E, sélénium, etc.), qui neutralisent les radicaux libres produits par l’effort intense, ainsi que les protéines, qui soutiennent la réparation des tissus. En cas d’entraînement cardiovasculaire poussé, les antioxydants feront l’objet d’un supplément, en cures, tout comme les protéines lors de renforcement musculaire pratiqué de façon intensive.

 

Et si malgré tout l’accident se produit…

Dans les meilleurs délais, il faut immobiliser la partie du corps blessé, la surélever, appliquer de la glace et un bandage compressif. Bien que le recours aux anti-inflammatoires synthétiques par voie externe soit fréquent, de nombreuses personnes sont séduites par une approche douce.

 

L’alternative naturelle

Il existe des pommades et des gels à la formule polyvalente, qui contiennent une palette de plantes à doses homéopathiques. Citons, entre autres, l’arnica, le remède par excellence des traumatismes, qui calme la douleur, tout comme la belladone et la camomille (la première est également un excellent anti-inflammatoire en cas de chaleur et enflure), l’hamamélis, qui favorise la résorption de l’hématome, et même la grande consoude, qui soutient la consolidation osseuse après fracture.
Les remèdes évoqués ci-dessus peuvent également être ingérés, en complément, sous forme de comprimés ou de gouttes. Même lorsque la gravité de la blessure requiert l’intervention du médecin, ces produits pour usage externe ou interne sont indiqués. En cas de fortes douleurs, on y ajoutera un anti-inflammatoire de synthèse.
Il va de soi que ces mesures concernent également les blessures accidentelles, qui ne se produisent pas dans le cadre d’une activité sportive.

 

Document PDF

 

Publicité

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept