Article n° 4915 | Edition n° 97 |

Refroidissements: la phytothérapie à la rescousse

Pour la prévention et le traitement des états grippaux, l’échinacée représente un des meilleurs boucliers dont la nature nous a fait cadeau. Elle devrait faire partie de toute pharmacie de ménage.

La médecine phytothérapique offre un large éventail de plantes utiles en cas de rhume, toux ou maux de gorge: en font partie le tilleul, la sauge, le cynorrhodon, le gingembre, etc. L’échinacée pourpre ou rudbeckie (Echinacea purpurea) revêt un rôle particulier, car elle agit autant à titre préventif que curatif. Un véritable souffre-douleur pour les refroidissements!

Un peu d’histoire

Plante ancestrale, l’échinacée est connue depuis des millénaires par les Indiens d’Amérique du Nord, qui l’utilisaient pour combattre les infections respiratoires et les maux de gorge. Elle a été redécouverte il y a quelques décennies dans les pays occidentaux. Le naturopathe et phytothérapeute Alfred Vogel a joué un rôle de pionnier: il aimait raconter qu’il avait reçu en guise de cadeau des graines d’échinacée de la part d’un chef indien prénommé Oglala Lakota, au début des années 50. Plus tard, il s’était mis à cultiver cette plante en Suisse, qui était rapidement devenue sa plante favorite. Ainsi, la réputation de la rudbeckie s’était rapidement répandue dans notre pays.

Prévention et thérapie

Pourvue d’un pouvoir immunomodulateur (immunorégulateur), qui lui permet de soutenir le système immunitaire sans jamais le stimuler excessivement, l‘échinacée est une panacée pour nos défenses naturelles. Elle peut être ingérée sur d’assez longues périodes (deux mois) sans diminution de son efficacité, contrairement à ce que l’on croyait il y a quelques années encore. En cas d’agression de l’organisme par un germe pathogène, l’action de la plante est d’autant plus forte que la prise est rapide. Et, dans la pire des hypothèses, les symptômes et la durée du refroidissement seront considérablement réduits.

Une action à large spectre

Outre son pouvoir immunomodulateur, l’échinacée possède des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. Elle agit ainsi à visée préventive et curative sur un grand nombre d’états grippaux.

Une boisson bienfaisante

Les préparations à base d’échinacée sont disponibles sous forme de gouttes ou comprimés. Il existe aussi un sirop naturellement aromatisé aux baies de sureau, pour la préparation d’une boisson chaude bienfaisante.

La rudbeckie (echinacée) plus que jamais d’actualité!

Pendant la saison froide, échapper complètement aux (très) nombreux virus et bactéries qui nous entourent relève de la mission impossible! Il nous reste donc à soigner les symptômes des refroidissements ou, encore mieux, à les prévenir.

Entre les bons conseils de maman, ceux des collègues et les messages publicitaires, il n’est pas facile de faire son choix. Faut-il soigner son rhume et son mal de gorge par des inhalations? Utiliser plutôt un spray nasal? Ou encore préférer les tisanes sucrées au miel?

Pour les futés et les autres existe encore une autre solution: celle de la prévention! Plutôt que de laisser les virus nous attaquer, tâchons plutôt de leur barrer la route le plus rapidement possible. Par exemple en dopant le système immunitaire grâce la rudbeckie rouge (Echinacea purpurea). Diverses études réalisées sur des cellules épithéliales des voies respiratoires correspondant bien aux conditions «in vivo» ont mis en évidence la triple action de cet extrait végétal: il est antiviral, antibactérien et anti-inflammatoire. En prévention ou lors des premiers symptômes d’un refroidissement, la rudbeckie peut donc rendre de précieux services.

Une alimentation saine, riche en vitamines et en oligo-éléments, et un minimum d’activité physique sont les deux autres éléments essentiels de la prévention des refroidissements.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 92 2015
    Toux, quand tu nous tiens!

    Souvent liée à un refroidissement des voies respiratoires supérieures, la toux peut facilement s’installer pendant deux à trois semaines et rendre la vie pénible, de jour comme de nuit. S’en débarrasser prend donc un certain temps et l’aide d’un médicament est souvent la bienvenue. Le refroidissement typique peut débuter par un rhume ou une gorge «qui gratte». Les virus responsables colonisent les muqueuses du nez, de la gorge et des bronches avec plus ou moins de force et de réussite. S’il est «en forme», notre système immunitaire est parfaitement en mesure de combattre ces agents pathogènes. Prenez-endonc soin! Dormez suffisamment, veillez à un apport suffisant en vitamines, minéraux et oligoéléments et faites régulièrement de l’exercice, aussi en plein air. Bronchite aiguë Le Dr Eric Breitenstein, pneumologue, précise qu’«au niveau des bronches, le refroidissement est à l’origine de ce qu’on appelle la bronchite aiguë. Dans la grande majorité des cas, la cause en est virale. En général, les patients souffrent d’abord d’une infection virale des voies aériennes supérieures, telles que pharyngite (inflammation de la gorge) ou rhume, puis de l’apparition d’une toux sèche due à l’irritation. Si l’inflammation se propage dans les bronches, la toux devient humide et productive, avec des expectorations plus ou moins colorées. Après la phase d’expectoration, la toux redevient sèche, puis disparaît. La guérison est donc normalement spontanée. A titre de traitement symptomatique, je recommande un mucolytique (expectorant), qui peut aider à fluidifier les sécrétions. Si nécessaire, un médicament antitussif calme le réflexe de la toux, en particulier pendant la nuit.» En complément, on veillera toujours à boire suffisamment, par exemple une tisane pectorale ou encore une tisane de thym, de tilleul ou de guimauve. D’une manière générale, des inhalations, des frictions ou un bon bain chaud peuvent également contribuer à soulager les symptômes des refroidissements.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Un système immunitaire à toute épreuve

    Entre la personne qui traverse les épidémies de grippe sans fléchir et celle qui passe d’un refroidissement à l’autre sans discontinuer, la différence se résume en quelques mots: l’état du système immunitaire. Alimentation déséquilibrée, acidose, sédentarité, pensées négatives, flore intestinale perturbée: autant de facteurs qui affaiblissent le système immunitaire. Comment doper le système immunitaire • Adopter une alimentation saine et équilibrée, riche en légumes, fruits, aliments protéiniques maigres, céréales et produits céréaliers complets. • En cas d’acidité tissulaire excessive, privilégier les aliments générateurs de base: les légumes, les fruits, la pomme de terre, le lait, le yogourt, le soja, l’huile d’olive, l’amande. • Pratiquer une activité physique régulière en plein air. • Combattre le stress, adopter une attitude positive, rire de bon coeur. • Assainir au besoin la flore intestinale, dans laquelle se trouvent 80% des cellules responsables de l’immunité. Aller plus loin En cas d’alimentation déséquilibrée et carencée, un complexe multivitaminé et multiminéral fera très bien l’affaire. Lors d’acidose chronique, décelée par la mesure du ph urinaire, un complément alcalinisant permet d’atteindre rapidement l’équilibre. En présence d’une altération de la flore intestinale, le recours à une préparation probiotique s’avère bénéfique. Heureusement pour notre système immunitaire, les substances qui augmentent les défenses naturelles sont légion, à savoir: • l’échinacée (Echinacea purpurea), pourvue d’une action préventive et curative, notamment lors d’infections respiratoires et grippe; • la levure végétale plasmolysée, source d’une foule de vitamines, minéraux, oligoéléments et acides aminés; • la célébrissime vitamine C; • l’oligo-élément zinc; • les acides aminés. Cette liste, qui n’est de loin pas exhaustive, permet de prendre conscience de l’ampleur des mesures immunostimulantes. Il est donc aisé de comprendre qu’une prédisposition aux refroidissements et aux maladies infectieuses n’est jamais une fatalité. Mais un système immunitaire fort, ça se mérite!

  • Article No | Edition no 3 2014
    Grippe - Refroidissements

    Grippe, refroidissements: si semblables, si différents Il vous est certainement déjà arrivé qu’une personne de votre entourage, en vous voyant vous moucher ou en vous entendant tousser, s’exclame: «Mais tu es grippé!» Et pourtant, le rhume, la toux, bref, les refroidissements, n’ont pas grand-chose à voir avec la «vraie» grippe. Il existe une multitude de virus présentant une forte affinité pour les voies respiratoires: très contagieux, ils sont responsables de refroidissements aussi  pénibles que bénins. Peu ou pas traités, ceux-ci peuvent toutefois évoluer vers une surinfection bactérienne (bronchite, sinusite) nécessitant souvent une antibiothérapie. Bien qu’ils surviennent tout au long de l’année, les refroidissements manifestent une nette prédilection pour les mois froids, lorsque les muqueuses respiratoires sont fragilisées et les longs séjours à l’intérieur favorisent la propagation des virus. La grippe, quant à elle, est  provoquée par un virus saisonnier, le Myxovirus influenzae, qui provoque des épidémies, le plus souvent entre novembre et mars. L’atteinte des voies respiratoires, bien que fréquente, n’est pas toujours présente. En revanche, des symptômes, tels que forte fièvre, céphalée, prostration et courbatures, ne laissent pas planer le doute!  En l’absence de médicaments antiviraux, susceptibles de guérir les refroidissements ou la grippe, l’accent sera mis sur la prévention. Prévenir les pathologies virales Il existe mille et une façon de renforcer l’immunité: adopter une alimentation équilibrée, prendre un  supplément de vitamines et minéraux, pratiquer des activités en plein air, maîtriser le stress, etc. La grippe (elle seule!) peut être prévenue par la vaccination, recommandée notamment aux sujets affaiblis ou âgés. Il se peut néanmoins que ces mesures ne parviennent pas à éviter qu’un méchant virus prenne possession de notre organisme. Dans ce cas, que faire? Se reposer, rester au chaud, beaucoup boire, manger léger et… choisir, au besoin, un ou des médicaments adapté(s). Une préparation composée passe-partout Au lieu de multiplier les remèdes (gouttes nasales, tablettes à sucer, antidouleurs en comprimés), il peut s’avérer pratique et judicieux d’avoir recours à une préparation composée, qui couvre la totalité des symptômes. Un atout supplémentaire de cette préparation disponible en comprimés: deux formules différentes, adaptées aux besoins spécifiques du jour (pas de somnolence) et de la nuit (effet sédatif de la toux qui favorise l’endormissement). Ce traitement ne devrait toutefois pas dépasser les 4 jours.

Article
Echinaforce® Hot Drink_vitamag_97
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept