Article n° 4723 | Edition n° 95 | 2017

Refroidissements: et si on essayait d’agir à la racine?

L’extrait d’échinacée traite les refroidissements en agissant comme immunomodulateur, anti-inflammatoire, antiviral et antibactérien.

Les nombreux virus qui sont à l’origine des refroidissements sont plus ou moins libres de nous «envahir» et de se multiplier jusqu’à ce que notre système immunitaire ait trouvé la parade. Résultat: plusieurs jours de symptômes très gênants et la tentation d’utiliser un ou plusieurs médicaments de synthèse pour les soulager. Mais n’y a-t-il pas d’autres solutions?

La médecine phytothérapeutique traditionnelle répond oui à cette question! L’extrait de rudbeckie, ou échinacée, est utilisé depuis des décennies dans les pays occidentaux et depuis des millénaires par les Indiens d’Amérique du Nord. Des recherches ont mis en évidence que l’extrait d’échinacée pourpre déploie une action anti-inflammatoire tout en inhibant les virus susceptibles de coloniser les voies respiratoires et, à de hautes concentrations, les rhinovirus. L’échinacée est également pourvue de propriétés antibactériennes. Chez les personnes enrhumées ou grippées, ces effets se traduisent par un soulagement des symptômes. L’échinacée est donc en mesure de traiter efficacement les refroidissements en agissant comme immunomodulateur, anti-inflammatoire, antiviral et antibactérien. Son action immunomodulatrice permet également d’utiliser cette plante à titre préventif, en cure.
En phytothérapie, on connaît de nombreuses autres plantes utiles en cas de rhume, de toux et de maux de gorge. Le tilleul, la sauge, le sureau ou le cynorrhodon en tisanes, les décoctions de gingembre…

Une boisson chaude fait toujours du bien

Avant même de boire, les vapeurs d’une tisane contribuent à dégager le nez et les voies respiratoires. Ensuite, la prise de liquide est essentielle pour fluidifier les glaires, qui encombrent les bronches en cas de toux grasse. La chaleur est finalement bienfaisante sur les muqueuses de la gorge. Agrémentée de jus de citron et de miel et prise à plusieurs reprises au cours de la journée, une bonne tisane aidera à passer le cap. Les plantes indiquées ci-dessus, ainsi que les différents mélanges que l’on trouve dans le commerce, conviennent parfaitement.

Il existe également un sirop destiné à la préparation d’une délicieuse boisson chaude à base d’échinacée, aromatisée aux baies de sureau.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Isabelle Hulmann

Articles similaires

  • Article No | Edition no 97
    Maux de gorge? Des plantes nous viennent en aide

    Les inflammations de la gorge et de la cavité buccale sont extrêmement dérangeantes. La muqueuse du pharynx est sèche ou irritée et il en résulte des difficultés à avaler, à parler ou à respirer  normalement. Les précieux extraits de diverses plantes peuvent alors nous rendre service. Utilisées depuis toujours comme plantes médicinales par les Indiens d’Amérique du Nord et d’Amérique centrale, les différentes espèces d’échinacée sont réputées pour leurs propriétés immunostimulantes. Sous la forme d’extraits alcooliques de la racine ou de plantes fraîches, l’échinacée entre dans la composition de différents produits phytothérapeutiques à visée préventive ou curative contre les maux de gorge, les inflammations de la cavité buccale et les refroidissements. Huiles essentielles = «antibiotiques» naturels Les huiles essentielles étaient déjà connues des anciens Egyptiens pour leurs effets sur les parasites, les champignons ou les bactéries. Au fil des siècles, elles sont demeurées des produits utilisés, parfois plus en cosmétique qu’en médecine. Mais l’aromathérapie est depuis de nombreuses années à nouveau sur le devant de la scène. En tant que produit d’agrément, on apprécie l’odeur des huiles essentielles qui remplit nos demeures d’une note rafraîchissante, dépaysante ou tout simplement bonne ! En médecine, de nombreuses expériences sont réalisées dans le but de démontrer scientifiquement les connaissances ancestrales dont on dispose pour certaines essences. In vitro, c’est-à-dire en laboratoire, on a «découvert» l’effet antiviral ou antibiotique de certaines d’entre elles. Pour n’en citer que quelques-unes, il s’agit de la sarriette, de la cannelle ou du thym. Sélectionnées avec soin, diverses huiles essentielles sont donc aussi utilisées dans des produits contre les maux de gorge ou les refroidissements. Et combinées à des extraits d’échinacée pour encore plus d’efficacité!

  • Article No | Edition no 97
    Refroidissements: la phytothérapie à la rescousse

    La médecine phytothérapique offre un large éventail de plantes utiles en cas de rhume, toux ou maux de gorge: en font partie le tilleul, la sauge, le cynorrhodon, le gingembre, etc. L’échinacée pourpre ou rudbeckie (Echinacea purpurea) revêt un rôle particulier, car elle agit autant à titre préventif que curatif. Un véritable souffre-douleur pour les refroidissements! Un peu d’histoire Plante ancestrale, l’échinacée est connue depuis des millénaires par les Indiens d’Amérique du Nord, qui l’utilisaient pour combattre les infections respiratoires et les maux de gorge. Elle a été redécouverte il y a quelques décennies dans les pays occidentaux. Le naturopathe et phytothérapeute Alfred Vogel a joué un rôle de pionnier: il aimait raconter qu’il avait reçu en guise de cadeau des graines d’échinacée de la part d’un chef de la tribu indienne Oglala Lakota, au début des années 50. Plus tard, il s’était mis à cultiver cette plante en Suisse, qui était rapidement devenue sa plante favorite. Ainsi, la réputation de la rudbeckie s’était rapidement répandue dans notre pays. Prévention et thérapie Pourvue d’un pouvoir immunomodulateur (immunorégulateur), qui lui permet de soutenir le système immunitaire sans jamais le stimuler excessivement, l‘échinacée est une panacée pour nos défenses naturelles. Elle peut être ingérée sur d’assez longues périodes (deux mois) sans diminution de son efficacité, contrairement à ce que l’on croyait il y a quelques années encore. En cas d’agression de l’organisme par un germe pathogène, l’action de la plante est d’autant plus forte que la prise est rapide. Et, dans la pire des hypothèses, les symptômes et la durée du refroidissement seront considérablement réduits. Une action à large spectre Outre son pouvoir immunomodulateur, l’échinacée possède des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. Elle agit ainsi à visée préventive et curative sur un grand nombre d’états grippaux. Une boisson bienfaisante Les préparations à base d’échinacée sont disponibles sous forme de gouttes ou comprimés. Il existe aussi un sirop naturellement aromatisé aux baies de sureau, pour la préparation d’une boisson chaude bienfaisante. La rudbeckie (echinacée) plus que jamais d’actualité! Pendant la saison froide, échapper complètement aux (très) nombreux virus et bactéries qui nous entourent relève de la mission impossible! Il nous reste donc à soigner les symptômes des refroidissements ou, encore mieux, à les prévenir. Entre les bons conseils de maman, ceux des collègues et les messages publicitaires, il n’est pas facile de faire son choix. Faut-il soigner son rhume et son mal de gorge par des inhalations? Utiliser plutôt un spray nasal? Ou encore préférer les tisanes sucrées au miel? Pour les futés et les autres existe encore une autre solution: celle de la prévention! Plutôt que de laisser les virus nous attaquer, tâchons plutôt de leur barrer la route le plus rapidement possible. Par exemple en dopant le système immunitaire grâce la rudbeckie rouge (Echinacea purpurea). Diverses études réalisées sur des cellules épithéliales des voies respiratoires correspondant bien aux conditions «in vivo» ont mis en évidence la triple action de cet extrait végétal: il est antiviral, antibactérien et anti-inflammatoire. En prévention ou lors des premiers symptômes d’un refroidissement, la rudbeckie peut donc rendre de précieux services. Une alimentation saine, riche en vitamines et en oligo-éléments, et un minimum d’activité physique sont les deux autres éléments essentiels de la prévention des refroidissements.

Article
Echinaforce®_95
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept