Article n° 4572 | Edition n° 93 | 2016

Quels remèdes contre les troubles de la ménopause?

«La sauge est sans conteste la plante régulatrice hormonale des bouffées de chaleur», affirme la droguiste Jeanine Wagner.

Parlant de la ménopause, il y a un avant et un après, mais surtout un pendant qui se caractérise par des troubles plus ou moins gênants, qui affectent la qualité de vie… et la vie tout court!

La périménopause, soit les quelques mois ou années qui précèdent et suivent la ménopause, se caractérise souvent par des troubles plus ou moins sévères, qui, même s’ils ne sont pas dangereux, n’en demeurent pas moins pénibles. La ménopause est la disparition physiologique des règles, due à des modifications hormonales typiques d’un certain âge, en général autour de la cinquantaine. Les bouffées de chaleur et l’hypertranspiration figurent en bonne place parmi les symptômes typiques: désagréables quand on se trouve en société, ces accès peuvent aussi fortement perturber la qualité du sommeil. Parmi les autres symptômes, on citera la sécheresse de la peau et des muqueuses, ainsi qu’une irritabilité parfois très marquée. Que faire dans ces cas-là?

Des remèdes naturels contre les bouffées de chaleur

Pour la droguiste Jeanine Wagner, «la sauge est sans conteste la plante régulatrice hormonale des bouffées de chaleur. Je conseille également l’actée à grappes (Cimicifuga), l’onagre ou la bourrache comme traitement de fond, pour réguler les hormones. Le houblon est très utile lors de bouffées de chaleur avec nervosité, anxiété et troubles du sommeil. Le mélilot est, quant à lui, la plante idéale pour décongestionner, par exemple lors de bouffées de chaleur nocturnes». Jeanine Wagner a aussi parfois recours à l’homéopathie avec les souches Lachesis, Cactus grandiflorus, Glonoinum, Sanguinaria ou encore Sepia. Un mélange spagyrique avec Aconitum, Rauwolfia et Belladonna peut être également préparé en fonction des besoins individuels de
chaque femme.

La substitution hormonale

Conduit par le ou la gynécologue, un traitement de substitution hormonale est la variante médicamenteuse parfois inévitable pour prendre la mesure des troubles liés à la ménopause. Mais il serait faux de se contenter de l’option médicaments. La ménopause est aussi une phase de vie qui invite les femmes à se donner du temps pour parler, réfléchir à l’avenir et apprécier ce que la vie leur a accordé jusque-là.

__________________

Document - PDF


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Isabelle Hulmann

Articles similaires

vit@express
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept