Article n° 4657 | Edition n° 94 | 2017

Quand la peau s’enflamme

Les diabétiques et les sujets traités aux immunodépresseurs sont plus sujets aux furoncles. Ils veilleront à une hygiène rigoureuse.

Qu'elles soient superficielles ou profondes, les inflammations de la peau sont inesthétiques, désagréables, voire douloureuses.

 

On peut définir l’inflammation cutanée comme la réaction de défense à l’agression d’un agent irritant, corrosif ou pathogène. Selon le philosophe Celse (2e siècle ap. J.-C.), quatre éléments caractérisent ce phénomène: rubor (rougeur) avec vasodilatation locale, calor (chaleur), tumor (gonflement, oedème), dolor (douleur).
En 1848, le docteur Rudolf Virchow ajouta la functio lesa, c’est-à-dire l’impotence fonctionnelle: à juste titre, car un organe lésé ne peut plus remplir correctement ses fonctions.
La vasodilatation locale a pour but d’augmenter la circulation du sang, afin d’évacuer les cellules mortes et les toxines et d’apporter les éléments nécessaires à la guérison, les globules blancs notamment. Ce phénomène provoque la rougeur et la chaleur, ainsi qu’un épanchement de l’eau du plasma sanguin, d’où l’oedème. Ce dernier comprime les nerfs alentour et cause douleurs et démangeaisons.

 

Inflammation de la face, boutons douloureux du visage, abcès, panaris, furoncle…

Le panaris est une infection aiguë touchant un doigt de la main (beaucoup plus rarement, un doigt de pied). Si la cause est en général bactérienne (staphylocoque ou streptocoque), une plaie ou une écharde peuvent favoriser son développement.
L’abcès est l’accumulation de pus dans une cavité néoformée. Il peut être provoqué par les facteurs les plus divers, tels que bactéries, parasites, corps étrangers ou chimiques.
Le furoncle, très fréquent, est l’infection aiguë du follicule pilosébacé, la cavité où le poil prend naissance. Le plus souvent, l’agent pathogène est une bactérie, le staphylocoque doré.
Une hygiène rigoureuse (du visage, des mains, des instruments de la manucure, etc.) est la règle de base de la prévention.

 

Comment traiter?

Des bonnes recettes de grand-mère (compresses de mauve, décoctions de bouillon blanc, cataplasmes d’argile) aux antibiotiques en passant par l’acte opératoire, l’arsenal thérapeutique est bien fourni.
En fait aussi partie le sulfobituminate d’ammonium, qui exerce une triple action: anti-inflammatoire, antibactérienne et antiprurigineuse. Il est disponible en plusieurs concentrations, adaptées aux différentes inflammations. La concentration 50% est également destinée aux inflammations de l’appareil locomoteur et des blessures sans saignements.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 94 2017
    Longue vie au curcuma!

    La nature est un immense réservoir de trésors de valeur inestimable. Chacune à son tour, des plantes, telles que, par exemple, l’ail, le millepertuis ou le ginseng, par ailleurs toujours d’actualité, ont connu leur heure de gloire. C’est à présent au curcuma de faire l’objet d’un grand intérêt, amplement mérité. Pour ma part, je lui prédis un avenir brillantissime.   Epice et plante médicinale à la fois, originaire du Sud-est de l’Inde, où il jouit d’une grande notoriété, le curcuma est consommé en moyenne à raison de 1,5-2 g par jour par les Indiens et utilisé en médecine indienne depuis des millénaires. Cette plante hors du commun contient des vitamines comme la C et le carotène et des sels minéraux comme le potassium, mais ses principaux principes actifs sont les curcuminoïdes. Ceux-ci possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires exceptionnelles.   Le stress oxydatif fait des ravages Le stress oxydatif (pollution, fumée, herbicides, pesticides et additifs présents dans les aliments, prise de certains médicaments, abus d’alcool, exposition prolongée au soleil, etc.) nous concerne tous et toutes. Or, les dégâts provoqués par les facteurs oxydants ne se limitent pas à notre apparence (vieillissement prématuré), mais intéressent la totalité de notre corps. De très nombreuses maladies peuvent être assimilées à des phénomènes de dégénérescence oxydative: l’arthrose, l’artériosclérose, la cataracte, la dégénérescence maculaire, des pathologies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) et même les cancers. Et cette liste est loin d’être exhaustive.   Les inflammations entravent notre qualité de vie Les propriétés anti-inflammatoires du curcuma, très appréciables, concernent autant les articulations que la sphère digestive. A relever également que l’efficacité du curcuma se double d’une excellente tolérance. On ne lui reconnaît qu’une légère action anticoagulante, qui entraîne quelques restrictions d’emploi: pas de prise avec des médicaments anticoagulants (sauf avis contraire du médecin) ou les quelques semaines qui précèdent les interventions chirurgicales. Mal assimilé lorsqu’il est ingéré seul, le curcuma l’est aisément si on l’associe au poivre noir et à de la matière grasse. Il existe, en outre, une méthode qui permet de le rendre soluble dans l’eau. Le curcuma hydrosoluble, dont la biodisponibilité est excellente, peut être avantageusement associé à d’autres antioxydants, tels que par ex. la vitamine C et le thé vert.

  • Article No | Edition no 92 2015
    La vitamine des quatre saisons

    A juste titre, on fait appel à la vitamine C, immunostimulante, durant la mauvaise saison. Il serait toutefois erroné de l’identifier à celle-ci, car elle possède bien d’autres indications… non saisonnières! Protection contre les radicaux libres (action antioxydante) Ces molécules oxydantes, produites par notre corps ou provenant de l’environnement, accélèrent les processus dégénératifs, dont font partie le vieillissement prématuré, la cataracte, l’arthrose, l’artériosclérose, certaines maladies cardiaques, neurologiques et tant d’autres. Fatigue La vitamine C combat la fatigue en intervenant dans la synthèse de la carnitine, substance apparentée aux acides aminés, qui transforme les graisses en énergie. Production de collagène Le collagène est la substance fondamentale du tissu conjonctif, présent dans la peau, les vaisseaux sanguins, les muscles, les ligaments, les os, etc., auxquels la vitamine C confère élasticité, force et/ou solidité. La carence se manifeste par: saignements des gencives, mauvaise cicatrisation des plaies, fragilité capillaire, faiblesse ligamentaire et musculaire, etc. Allergies La vitamine C contrôle le taux d’histamine, médiateur de l’allergie, dans le sang et les tissus. Anémie ferriprive La vitamine C favorise l’assimilation du fer. Stress, déprime En intervenant dans la synthèse des hormones du stress (l’adrénaline et la noradrénaline), la vitamine C augmente la résistance au surmenage physique et psychique. Et il y a mieux: elle est impliquée dans la production de deux neuromédiateurs cérébraux, appelés «hormones de la bonne humeur»: la sérotonine et la noradrénaline. Désirez-vous en savoir davantage sur cette précieuse vitamine? Consultez notre site vitamag.ch et introduisez les mots clés «vitamines» dans notre moteur de recherche.

Article
Ichtholan®_Medinova_94
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept