Article n° 3795 | Edition n° 86 | 2013

Pour rester jeune plus longtemps: les antioxydants

«Votre avis nous intéresse! Participez à vitablog! Accès: vitamag.ch > vitablog»

En 1956, le Dr Denham Harman de l’Université du Nebraska formula pour la première fois la théorie du vieillissement par les radicaux libres.

D’un point de vue chimique, un radical libre est un fragment de molécule contenant un atome d’oxygène hautement réactif. Très instable, car pourvu d’une charge électrique libre, il réagit avec les molécules voisines. Cette première réaction déclenche une série de réactions en chaîne pouvant atteindre des milliers de molécules.

Les méfaits des radicaux libres

Les radicaux libres accélèrent le processus du vieillissement de plusieurs manières. Ils altèrent la membrane cellulaire entraînant une mort lente de la cellule. Ils endommagent l’ADN et l’ARN, nécessaires à la synthèse des protéines et des enzymes. Enfin, ils dégradent directement les protéines par un mécanisme appelé «cross linkage» (un phénomène analogue au tannage du cuir). La détérioration du collagène et de l’élastine, les protéines de la peau, se traduit par la perte du tonus et le flétrissement de celle-ci.
De plus, l’action des radicaux libres sur les lipides cutanés aboutit à la formation de la lipofuscine, le pigment des taches de vieillesse. Malheureusement, la liste des facteurs oxydants ou producteurs de radicaux libres est longue: la pollution, la fumée, les radiations, l’exposition excessive au soleil, l’entraînement physique poussé, l’abus d’alcool, les additifs alimentaires et pesticides, etc. Heureusement pour nous, notre corps lutte contre les radicaux libres en produisant les enzymes qui les détruisent.

De surcroît, certaines substances présentes dans les aliments, que l’on appelle antioxydantes ou antiradicalaires, favorisent la synthèse de ces enzymes ou en potentialisent l’action. Il existe de nombreux antioxydants. Citons, entre autres, les caroténoïdes, les vitamines C et E, les oligo-éléments manganèse, sélénium et zinc, les acides aminés soufrés, la coenzyme Q10 et l’OM24®. Les céréales complètes et les produits céréaliers non raffinés, les légumes et les légumineuses, ainsi que les fruits frais, secs et oléagineux représentent de bonnes sources d’antioxydants.
Ces précieuses substances peuvent faire l’objet d’un supplément, en cure, même à long terme. 


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 94 2017
    Longue vie au curcuma!

    La nature est un immense réservoir de trésors de valeur inestimable. Chacune à son tour, des plantes, telles que, par exemple, l’ail, le millepertuis ou le ginseng, par ailleurs toujours d’actualité, ont connu leur heure de gloire. C’est à présent au curcuma de faire l’objet d’un grand intérêt, amplement mérité. Pour ma part, je lui prédis un avenir brillantissime.   Epice et plante médicinale à la fois, originaire du Sud-est de l’Inde, où il jouit d’une grande notoriété, le curcuma est consommé en moyenne à raison de 1,5-2 g par jour par les Indiens et utilisé en médecine indienne depuis des millénaires. Cette plante hors du commun contient des vitamines comme la C et le carotène et des sels minéraux comme le potassium, mais ses principaux principes actifs sont les curcuminoïdes. Ceux-ci possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires exceptionnelles.   Le stress oxydatif fait des ravages Le stress oxydatif (pollution, fumée, herbicides, pesticides et additifs présents dans les aliments, prise de certains médicaments, abus d’alcool, exposition prolongée au soleil, etc.) nous concerne tous et toutes. Or, les dégâts provoqués par les facteurs oxydants ne se limitent pas à notre apparence (vieillissement prématuré), mais intéressent la totalité de notre corps. De très nombreuses maladies peuvent être assimilées à des phénomènes de dégénérescence oxydative: l’arthrose, l’artériosclérose, la cataracte, la dégénérescence maculaire, des pathologies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) et même les cancers. Et cette liste est loin d’être exhaustive.   Les inflammations entravent notre qualité de vie Les propriétés anti-inflammatoires du curcuma, très appréciables, concernent autant les articulations que la sphère digestive. A relever également que l’efficacité du curcuma se double d’une excellente tolérance. On ne lui reconnaît qu’une légère action anticoagulante, qui entraîne quelques restrictions d’emploi: pas de prise avec des médicaments anticoagulants (sauf avis contraire du médecin) ou les quelques semaines qui précèdent les interventions chirurgicales. Mal assimilé lorsqu’il est ingéré seul, le curcuma l’est aisément si on l’associe au poivre noir et à de la matière grasse. Il existe, en outre, une méthode qui permet de le rendre soluble dans l’eau. Le curcuma hydrosoluble, dont la biodisponibilité est excellente, peut être avantageusement associé à d’autres antioxydants, tels que par ex. la vitamine C et le thé vert.

  • Article No 3098 | Edition no 74 2011
    Redoutables radicaux libres

  • Article No 3100 | Edition no 74 2011
    La vitamine C, toujours d'actualité

    Synthèse du collagène La vitamine C joue un rôle clé dans la formation du collagène, la substance fondamentale du tissu conjonctif, qui cimente les cellules entre elles. Le tissu conjonctif se concentre dans les os, les dents, les cartilages, les ligaments, les parois des vaisseaux sanguins et l’épiderme, auxquels il confère force et élasticité. Ainsi, lors de carence en vitamine C: les os et les dents se décalcifient; le cartilage se dégrade; les ligaments s’affaiblissent; les vaisseaux sanguins perdent leur tonicité, d’où fragilité capillaire et veineuse, tendance aux hématomes, saignement des gencives; l’épiderme perd sa souplesse et fermeté. Protection cardiovasculaire De par ses propriétés antioxydantes et hypolipidémiantes, la vitamine C intervient dans la ­prévention de l’athérosclérose (durcissement des parois artérielles) et de l’artériosclérose (dépôt d’athéromes, constitués de graisses et cholestérol, dans les artères). Stress et déprime La vitamine C participe à la synthèse des ­hormones du stress (l’adrénaline et la noradrénaline), ainsi qu’à la production des neuromédiateurs de la «bonne humeur», la noradrénaline et la sérotonine. De ce fait, son déficit peut se traduire par une faible résistance au stress et déprime, voire dépression. Des découvertes récentes Selon une étude menée durant 20 ans, une prise élevée de vitamine C (500 mg et plus) est associée à un moindre risque de goutte et de calculs biliaires. L’effet protecteur est directement ­proportionnel à la dose ingérée. Selon une quarantaine d’études, le risque d’asthme est accru en cas de faible apport des vitamines C et A. D’autres études ont mis en évidence que les ­personnes âgées prenant des suppléments des vitamines C et E sont moins sujettes à la démence sénile. Et les recherches se poursuivent…

Gros plan
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept